F1 - Mosley est mécontent des réactions de la FOTA

Logo Mi Redaction
Rédigé par
L'air grave de Max Mosley... sous les projecteurs
© GEPA / L'air grave de Max Mosley... sous les projecteurs
L’avenir de Max Mosley en Formula 1 est une nouvelle fois au centre des préoccupations puisque le président de la FIA garde l’éventualité d’une réélection en Octobre prochain. Les raisons de ce retournement de situation proviennent des « tentatives délibérées » des équipes d'induire en erreur les médias.

Quelques heures après que Mosley soit parvenu à un accord avec la FOTA qui a mis fin en même temps à la menace d'un championnat parallèle, le britannique a réagi avec colère sur ce qu'il appelle de « fausses allégations » faites par la Formula One Teams Association (FOTA) sur la nature de leur accord.

Dans une lettre envoyée à Luca di Montezemolo, président de la FOTA, Mosley exprime toute sa colère envers l’organisation, sur la façon de présenter les termes de l’entente.

Et compte tenu de la façon dont la FOTA traite la question, le président de la FIA semble lui aussi traiter avec légèreté, son avenir à partir du mois d’Octobre.

« Compte tenu des tentatives délibérées de tromper les médias, je vais maintenant examiner mes options pour le futur, » a écrit Mosley dans une lettre. « Au moins jusqu'à Octobre, je suis le président de la FIA ayant la pleine autorité de ce bureau. »

Mosley est furieux envers les représentants de la FOTA qui prétendent plusieurs choses : Que le président du Sénat de la FIA, Michel Boeri incarnerait le changement en F1, que Mosley a été contraint de démissionner et qu'il ne jouera plus aucun rôle au sein de la FIA, une fois qu'il n’en sera plus le président en Octobre.

«Nous avons passé mercredi un accord à Paris à propos des difficultés récentes de la Formule 1, » explique Mosley. « Ce qui a été conclu est positif pour le sport et la moindre des choses est de présenter la vérité aux médias. »

« J'ai donc été étonné d'apprendre de la FOTA que M. Boeri s’occuperait mieux que moi de la Formule 1, c’est faux, que j'avais été forcé de démissionner, c’est aussi faux et que apparemment, je n'aurait plus aucun rôle au sein de la FIA après Octobre, ce qui est évidemment un non-sens au vue de mes statuts. »

« En outre, j’ai entendu le mot de ‘dictateur’, une accusation qui est totalement insultante pour les 26 membres du Conseil mondial du sport automobile qui ont voté toutes les règles et les procédures de la Formule 1 depuis les années 1980, sans oublier les représentants de la FIA à travers 122 pays qui ont démocratiquement approuvé tout ce que j'ai fait au cours de ces 18 dernières années. »

La lettre adressée à la FOTA parle d’un accord convenu mercredi qui risque de s'effondrer si des excuses ne sont pas formulées. La lettre a été envoyée avant la conférence de presse de la FOTA à Bologne jeudi après-midi, au cours de laquelle Mosley espérait des excuses qui ne sont jamais arrivées…

Mosley a déclaré: « Si vous souhaitez que l'accord survive, la FOTA doit immédiatement corriger ses actions. Vous devez corriger les fausses déclarations qui ont été faites. Vous devez délivrer une correction et des excuses lors de votre conférence de presse de cet après-midi (jeudi après-midi). »

La situation est donc une nouvelle tendue, la guerre n’est peut-être pas terminée…
Partager
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Dernières actualités F1

    Toutes les actualités F1
    Top