F2 - Italie - Retour sur le week-end : Fuoco et Ghiotto prophètes en leur pays

F2 - Italie - Retour sur le week-end : Fuoco et Ghiotto prophètes en leur pays

Le neuvième meeting de la discipline a réservé son lot de surprises. Au sommet, deux pilotes italiens, Antonio Fuoco et surtout Luca Ghiotto ! Charles Leclerc a quant à lui connu un week-end gâché par un accrochage dans le dernier tour de la course longue. Heureusement, ses rivaux marquent aussi le pas...

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© FIA Formula 2 - Luca Ghiotto, l'homme du week-end à Monza !
© FIA Formula 2 - Luca Ghiotto, l'homme du week-end à Monza !
Une course folle le samedi et un doublé italien sur la piste

La Formule 2 a suivi le dénouement d'une séance qualificative de Formule 1 elle-même surprenante, disputée dans des conditions météorologiques difficiles. Quelques minutes après la pole de Lewis Hamilton, les vingt pilotes du plateau se présentaient à leur tour sur une piste détrempée, hasardeuse, obligatoirement en pneumatique pluie . les voitures de F2 n"étant pas équipées de pneus intermédiaires.

Dés lors, le résultat des Qualifications du vendredi pèserait peu dans la balance. Nobuharu Matsushita s'élançait pour la première fois de sa carrière en pole position. Après deux drapeaux rouges, le Japonais de ART Grand Prix avait réalisé un chrono de 1:30:982, devant Nyck de Vries (Racing Engineering) et Louis Deletraz (Rapax). Un beau retour sur le devant de la scène pour le protégé de Honda, qui a subi un gros crash dans l'Eau Rouge lors du dernier meeting en Belgique.
Le leader du championnat Charles Leclerc s'élançait quant à lui en septième position devant son équipier de chez Prema Racing, Antonio Fuoco.

Les cartes étaient bel et bien rebattues. Pour cela, il a fallu attendre six tours et le retrait de la Safety Car, pour enfin voir une course : six tours et un départ avorté précisément. La première procédure fut effectivement annihilée par Santino Ferrucci (Trident), calé sur la grille.
La deuxième fut donc la bonne ! Pour la première fois de l'histoire de la série, les acteurs du F2 prenaient un départ arrêté sous la pluie.
A l'envol, Matsushita prenait une mauvaise impulsion et perdait la main. de Vries se portait en tête et protégeait sa position vers le premier virage en fermant la porte au Japonais. Dans le même temps, Markelov surgissait dans la phase de freinage à l'intérieur. Beaucoup trop gourmand, le pilote Russian Time allumait ses pneumatiques et freinait désespérément sur le vibreur, tout en emportant la monoplace de Nyck de Vries. Dés lors, les deux leaders et même Matsushita partaient au-delà de la trajectoire et court-circuitait la chicane ! Le pilote Néerlandais gardait tout de même l'avantage à la sortie.
L’intensité du départ se prolongeait jusque dans la deuxième chicane, où trois voitures arrivaient à même hauteur, le pilote lésé était celui au milieu à savoir Alexander Albon (ART Grand Prix), qui partait en tête à queue.

Évitant le tumulte, Charles Leclerc avait fait la différence en se portant en troisième place. Puis en deuxième dés le premier passage de la Parabolique ! Le Monégasque faisait plier Matsushita, dans une magnifique manœuvre à l'extérieur puis à l'intérieur de la trajectoire.
Derrière le trio de tête, on trouvait les deux Rapax, Deletraz devant Roberto Mehri et Oliver Rowland (DAMS), deuxième au classement général du championnat du monde des pilotes. Luca Ghiotto était derrière ce petit groupe en septième place, après un gain de quatre positions depuis le départ.
L'impression de facilité se dégageait chez le pilote de l'écurie Russian Time, qui avait visiblement choisi des bons réglages sur la piste humide. L'Italien rejoignait le trio devant lui. Rapidement débarrassé de Déletraz, Ghiotto offrait un festival au huitième tour, en dépassant les deux voitures devant lui en deux secteurs. Sa meilleure traction fit notamment la différence sur Matsushita, à la ré-accélération, après Lesmo 2.

En tête, Leclerc mettait maintenant la pression sur de Vries, sans être capable de dépasser pour autant. La course basculait au dix-septième tour, avec l'arrêt aux stands de Matsushita, qui enfilait un nouveau jeu de pneus pluie. Leclerc effectuait son arrêt un tour plus tard. Le pilote de la Ferrari Academy tentait l'undercut. Raté puisque de Vries gardait l'avantage lors de son passage par la pit-lane au 18e tour, imité par Rowland et Ghiotto.

La course connaissait alors un tournant majeur, avec la malchance du pilote Britannique. Sa roue arrière gauche avait été mal fixée par les mécaniciens. Sa course folle s'achevait dans les barrières, laissant son pilote à l'abandon au 19e tour.

La Safety Car montait en piste et regroupait le peloton. Le meilleur scénario possible pour une fin en feu d'artifice. Après deux tours de neutralisation, de Vries relançait la meute à sa manière en compactant un maximum ses adversaires.
Mais le leader n'avait pas assez pris d'élan ! A l'aspiration, Charles Leclerc se portait à sa hauteur dans la ligne droite principale ! Cependant, le futur pilote d'essais Sauber était trop optimiste et prenait l'échappatoire du premier virage. Pendant ce temps, de Vries peinait à ré-accélérer en sortie de virage, provoquant une foire d'empoigne dans la chicane.

Cela profitait à Ghiotto qui passait à l'intérieur de la longue courbe Curva Grande ! Et coup double : au ralenti pour rendre la position prise involontairement, Leclerc se faisait passer. Le natif de la région de Venise montait donc en tête de la course pour la première fois de la journée !

Au mental, Ghiotto tenait roue contre roue dans la ligne droite face au pensionnaire de chez Racing Engineering. Mais comme Leclerc un tour plus tôt, le leader ratait son freinage. La différence cette fois, le pilote Russian Time passait par l'herbe et non par le dégagement asphalté. Cette erreur allait lui être fatale...
Il évitait malgré tout le match de Vries contre Leclerc. Un affrontement qui se termina en double KO. A la dérive à la remise des gaz, le premier cité entraînait le second dans l'herbe et le mur quelques mètres plus loin. Leclerc parvenait à revenir en catastrophe sur la piste mais son heure était passée.
Son équipier prenait le relais : revenu troisième Fuoco bénéficiait de la crevaison du Hollandais dans sa touchette avec Leclerc. Comme à la parade, deux pilotes italiens se présentaient dans la dernière ligne droite en tête.
Luca Ghiotto pensait tenir son premier succès de la saison. Monté sur la plus haute marche, il fut toutefois dépossédé de sa coupe quelques heures plus tard. En cause, son passage court-circuité de la première chicane. Ghiotto n'avait pas rendu la position à de Vries et se voyait ainsi affecté d'une pénalité de cinq secondes.

Sur tapis vert, l'autre italien du plateau ramassait la mise, en la personne d'Antonio Fuoco ! Auteur de deux podiums en 2017, l'autre membre de la Ferrari Academy décrochait sa première victoire en Formule 2. Nobuharu Matsushita et Nicholas Latifi complétaient le podium de cette course folle. Luca Ghiotto était finalement comptabilisé au quatrième rang, devant Sean Gelael. Charles Leclerc ne terminait pas mieux que 17e devant de Vries, pénalisé de vingt secondes sur son classement pour sa manœuvre dangereuse du dernier tour.
Ghiotto confirme et s'impose vraiment le dimanche !

Mais Ghiotto allait prendre sa revanche. Et de quelle manière ! Sous le soleil retrouvé de Monza, la course s'élançait sous le commandement du poleman Gustav Malja, huitième de la course du samedi. Mais la pole n'était décidément pas un cadeau. Le Suédois de chez Racing Engineering laissait la place au tonitruant Sean Gelael (Pertamina Arden), qui sortait du premier virage devant Delétraz, Sette Camara (MP Motorsport) et Malja. Ghiotto conservait sa sixième place de la grille. Après avoir dépassé le décevant Malja dans la Parabolique, Ghiotto nous gratifait d'un nouveau show de dépassements. Sa première victime fut Gelael (qui avait cédé le leadership à Déletraz), dans une magnifique manoeuvre dans Lesmo 1. En suivant Sette Camara, l'Italien se jettait dans l'espace libre à l'intérieur pour écœurer l'indonésien, qui perdait deux places d'un coup.

Ghiotto ne perdait pas de temps et mettait la pression sur Sette Camara, qui craquait des le tour suivant, en loupant son freinage dans la Variante della Roggia, deuxième chicane. Le onzième tour était quant à lui décisif, avec l'ultime dépassement de Ghiotto, sur le leader Louis Déletraz. Malgré une défense courageuse du Suisse sur tout le premier secteur, le nouveau pilote d'essais Williams (lors des derniers essais privés à Budapest) bénéficiait d'une meilleure traction après la première chicane. Il se présentait à l'intérieur avant Lesmo 1 et trouvait l'ouverture.

Dés lors, il ne lui restait plus qu'à parcourir les 15 tours restants sur les 21 tours que proposaient cette course sprint. Derrière lui, Sette Câmara tentait bien de faire illusion, histoire de confirmer sa victoire sur la course sprint de Spa-Francorchamps. Il dépassa Deletraz au DRS dans la ligne droite principale mais échoua à rattraper le leader qui ne laissa cette fois à personne le soin de récupérer la victoire !

Quelques heures après le dénouement du samedi, Luca Ghiotto montra toute son émotion à la suite de ce triomphe, le deuxième de sa carrière en Formule 2 (après un succès lors d'une course sprint à Sepang en 2016)
« Comme j'ai dis à la radio après la ligne d'arrivée, c'est la victoire que je ressens le plus de ma carrière ! Il n'y a pas meilleur sentiment au monde de vous imposer le jour d'après une défaite sur tapis vert ! »
Pour la dernière marche du podium, l'autre homme fort du week-end surgissait sur la fin. Antonio Fuoco passait Déletraz au premier virage de l'avant-dernier tour !

Plus loin, dans le milieu du peloton, Charles Leclerc avait connu des batailles épiques depuis sont 17e emplacement sur la grille de départ. Le pilote Prema Racing manquait de peu la crevaison après avoir percuté un débris d'aileron avant de la voiture de Matsushita. Le Monégasque a toutefois pris tous les risques pour aller cueillir des points, notamment en se jetant avant Ascari, dans un dépassement osé sur Alexander Albon. Peine perdue avec cette neuvième place à l'arrivée. Maigre consolation : heureusement pour lui, Oliver Rowland s'est plaint d'une voiture en manque de performance. Sa onzième place à l'arrivée derrière Norman Nato illustre bien sa course difficile.
D'un point de vue global, la course est restée un tantinet plus calme que la palpitante manche du samedi après-midi.
Toutefois, beaucoup de freinages approximatifs furent recensés au premier virage, dans la première chicane. L'agressivité des pilotes était bien visible en ce week-end sur le temple de la vitesse...

Le point sur le championnat

Rentrée difficile pour Charles Leclerc. Après dix petits points glanés à Spa-Francorchamps, le Monégasque repart d'Italie avec un zéro pointé, soit son pire week-end de la saison. Même total pour Oliver Rowland, qui reste quand même deuxième au classement général. Luca Ghiotto fait quant à lui un beau rapproché, en revenant à neuf points du Britannique, à deux points d'Artem Markelov. Le Russe n'a marqué que deux petits points à Monza, confirmant la curieuse impression laissée par les candidats au titre...

Pilotes pouvant encore être sacrés (96 points encore distribuables, au maximum):
PiloteEquipeTotal
1C. LeclercPrema Racing218
2O. RowlandDAMS159
3A. MarkelovRussian Time152
4L. GhiottoRussian Time150
5N. LatifiDAMS132


Chez les constructeurs, tout se resserre au sommet ! L'écurie française DAMS perd le commandement et voit passer devant le Russian Time ainsi que le Prema Racing.

Constructeurs pouvant encore être sacrés (156 points encore distribuables, au maximum):
EquipeTotal
1Russian Time302
2Prema Racing295
3DAMS291
4ART Grand Prix190


Pour maintenant, la Formule 2 prend un temps ses distances du F1 Circus. Le prochain meeting se déroulera hors week-end de Grand Prix, sur le circuit de Jerez de la Frontera, du vendredi 6 au dimanche 8 octobre. En revanche, la grande finale se tiendra fin novembre à Abu Dhabi, en même temps que le dénouement de la catégorie reine...
Partager cet article
    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    arrow-up icon