ePrix de Marrakech : Présentation du circuit et enjeux

ePrix de Marrakech : Présentation du circuit et enjeux

Après une première manche marquée par des retrouvailles au sommet entre les deux rivaux de la discipline, la Formule E se dirige vers un nouveau continent pour disputer le premier ePrix de Marrakech. Motors Inside fait le point sur ce circuit inédit et sur les dernières informations du monde 100% électrique.

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Fia/Formula E - Grande première à Marrakech ce samedi !
© Fia/Formula E - Grande première à Marrakech ce samedi !
Le point sur les forces en présence

Disputé il y a un peu plus d'un mois dans les rues de Hong-Kong, l'ePrix inaugural de cette troisième saison de Formule E a révélé les premières tendances. Tout en haut du podium, le champion du monde sortant était déjà de retour sur la plus haute marche.
Sébastien Buemi remportait en Asie le septième ePrix de sa carrière, la référence absolue dans le domaine. Revenu de la 19e place sur la grille, Lucas di Grassi est quant à lui (encore !) monté sur la deuxième marche du podium. Avec 14 places dans le top-trois, le Brésilien est ici le spécialiste de la régularité.
Mais Sébastien Buemi a été particulièrement en réussite, après avoir profité des déboires successifs de Nelson Piquet Jr (NextEV) et de Sam Bird (DS Virgin), tous deux leaders au cours de cette manche, mais aussi victimes de divers pépins, un accident pour Piquet, un arrêt aux stands catastrophique pour Bird.

De façon générale, la bonne surprise de ce weekend d'ouverture fut le rythme de certains outsiders. Derrière Renault e.dams, NextEV et DS Virgin Racing se sont signalés, notamment par une vitesse intéressante lors des Qualifications.
En Course, Mahindra par l'intermédiaire de Nick Heidfeld a su profiter des malheurs des uns pour monter sur le podium, à une troisième place prometteuse.

Dés lors, ces seconds couteaux de choix pourront t-ils se tailler une place sous le soleil marocain ? Dans la lignée des essais privés déjà réussis, l'écurie Renault e.Dams est déjà sûre de sa force..

Ceci étant, cette nouvelle manche sera t-elle aussi piégeuse ? Le quart du plateau (cinq pilotes) a effectivement dû mettre pied à terre à Hong Kong. Nous ne sommes qu'en début de saison et nul doute que les monoplaces seront encore perfectibles sur le tracé de Marrakech.

À la découverte du circuit Moulay El Hassan !

Quatorzième ville à accueillir une course de Formule E, Marrakech marquera l'histoire ce Samedi, pour une grande première sur le continent Africain, le cinquième exploré à ce jour par Alejandro Agag et les siens. Tracé de 2,97 km et décomposé de 12 virages, le circuit Moulay El Hassan (du nom d'Hassan II, Roi du Maroc entre 1961 et 1999) est la deuxième piste la plus longue utilisée par la Formule E. Les monoplaces électriques emprunteront le même tracé que celui utilisé en Championnat du monde de Touring Car (WTCC) cette année. Toutefois, le circuit existe déjà depuis 2009, initialement sur une version plus longue. Une portion permanente dessinée par la société d’Hermann Tilke a été ajoutée il y a peu et la partie urbaine a été modifiée. Le circuit empruntera notamment la route de l'Ourika et le boulevard Mohammed VI.



Pour joindre les écrits aux images, retrouvez la caméra embarquée virtuelle de ce circuit marocain.


Pour l'anecdote, la pole position du WTCC avait été réalisée en 1:21.743 par Rob Huff sur sa Honda, mais cette référence n’est pas très représentative pour les Formule E qui développent des performances radicalement différentes.

Seul José Maria Lopez a donc déjà couru sur cette version du circuit dans le cadre du championnat WTCC 2016. Le triple champion de la discipline avait d’ailleurs fini second de la course une et avait remporté la course deux. Ma Qing Hua a quant à lui roulé sur l’ancienne version du tracé en 2015, toujours en WTCC. Il avait d’ailleurs fini second de la course principale derrière un certain pilote Argentin cité ci-dessus...

Les actualités chaudes de la Formule E :

L'évolution de l'engagement d'Audi en Formule E après le retrait en WEC ?

Avant le début de la saison, Audi avait annoncé que son implication en Formule E s’intensifierait auprès de l'écurie ABT, à partir de la saison 2017-2018. Depuis, la marque aux anneaux a annoncé se retirer du championnat du monde d'endurance (WEC) dés la fin de cette année 2016, pour se tourner entièrement vers la Formule E. Le facteur déterminant qui a poussé la marque du groupe Volkswagen à ce choix est très certainement la dernière révélation du "Dieselgate" : le scandale des logiciels pour tromper les tests de pollution.
Dans ce sens, la Formule E et son message correspondront bien mieux au groupe allemand, dans une volonté de redorer son image dans un championnat "propre".
Cependant, difficile de dire à ce stade si cela aura pour conséquence une accélération du calendrier de l'engagement d'Audi. Nous savons juste à l'heure actuelle qu'Audi utilisera partiellement ses structures de Neuburg, mais que l'usine dans son ensemble rejoindra l'équipe technique de développement déjà en place.
Quoi qu'il advienne, ce retrait précipité en Endurance aura des répercutions sur les programmes de Loic Duval et Lucas Di Grassi, qui devront (pour l'instant) se contenter de piloter en Formule E.

Le symbole : la Formule E s'associe avec la COP22.

Les organisateurs du championnat ont récemment annoncé un partenariat entre l'ePrix de Marrakech et la COP 22. La vingt-deuxième session de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22) se tient actuellement dans la "Ville rouge", jusqu'au 18 novembre.
À cette occasion, un documentaire spécial sera présenté aux acteurs de la COP22 ce dimanche. Celui-ci reviendra sur la performance incroyable réalisée par Lucas di Grassi il y a deux mois. Le Brésilien a pu rouler sur la glace arctique du Groenland avec un modèle de Formule E, et ce afin de sensibiliser l'opinion d'un déplacement sans émission de dioxyde de carbone dans l'atmosphère (CO2).


L'hommage: décès du co-fondateur et co-président de NextEV, Martin Leach.

La Formule E a été marquée par une bien triste nouvelle en ce début du mois de Novembre. Nous avons appris le décès du co-fondateur et co-président du groupe NextEV Martin Leach. L'Anglais de 59 ans a succombé a un cancer. Sa belle et longue carrière depuis plus de 40 ans dans le sport automobile avait été marquée par des postes chez Ford, Mazda et Maserati avant de rejoindre le groupe chinois au début de l'année 2015. Rappelons que Leach a joué un rôle clé dans la gestion de NextTEV en Formule E en s'associant avec Team China à la mi-saison de la première saison de la série. Cette alliance a contribué au sacre de Nelson Piquet, victorieux du premier titre des pilotes. La saison 2 fut bien plus difficile pour Leach, avec des mauvais résultats et une restructuration générale de l'écurie. Ainsi, cet e-Prix de Marrakech sera l'occasion de rendre hommage à cet homme qui aura dévoué sa vie à l'automobile et à la naissance d'une écurie 100% électrique.




Votre programme TV :

Un beau samedi de sport mécaniques vous attend sur les chaînes du groupe Canal+. Entre les différentes séances du Grand Prix du Brésil en Formule 1, retrouvez les Qualifications de l'ePrix de Marrakech à 12h50, sur Canal+Sport (heure française).
Malheureusement, la course tombera quant à elle au même moment que la bataille pour la pole à Interlagos.
Vous retrouvez ainsi l'ePrix de Marrakech dés 16h45 sur Canal+Décalé, pour un départ donné à 17h00 !
Partager cet article
    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    arrow-up icon