ePrix de Mexico : Présentation et enjeux

Entre le Grand Prix d'Australie et de Chine, place à la Formule E, avec le quatrième ePrix de la saison, disputé ce samedi dans la ferveur de l'Autódromo Hermamos Rodriguez ! Profitons du moment pour faire le point sur les dernières informations du monde 100% électrique.
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Les spectateurs mexicains seront au rendez-vous pour encourager les débuts d'Esteban Gutiérrez
Les spectateurs mexicains seront au rendez-vous pour encourager les débuts d'Esteban Gutiérrez
Buemi en dernière minute, mais dans un fauteuil

Qui pourra se mettre en travers de son chemin ? Avec ses 75 points, la saison de Sébastien Buemi est jusqu'ici parfaite. Il y a un peu plus d'un mois à Buenos Aires, le champion en titre a établi un record en devenant le premier pilote de la Formule E à enchaîner trois victoires consécutives.
Et par conséquent, son avance au championnat des pilotes s'est creusée de façon significative. Quoi qu'il arrive à Mexico, c'est bien le Suisse qui repartira en tête du classement général. Seul un pilote peut prétendre revenir à sa hauteur en cas de carton plein (les 25 points de la victoire combinés aux trois points de la pole et au point du meilleur tour) : il s'agit de Lucas di Grassi.
Après sa toute première pole personnelle décrochée en Argentine, le Brésilien voudra à tout prix passer la vitesse supérieure, après une deuxième place à Hong-Kong et une troisième marche à Buenos Aires. En fait, di Grassi n'a pas connu l'ivresse de la plus haute marche depuis plus de 11 mois, et sa victoire dans les rues de Paris ! Une éternité pour le pilote Audi Schaeffler Abt, vainqueur moral de l'édition 2016 au Mexique, disqualifié après l'arrivée. Mais l'ex-pilote Formule 1 chez Virgin pourra compter sur le calendrier surchargé de son rival. Et pour cause: après avoir participé à l'inauguration de sa nouvelle Toyota lors du Prologue WEC, à Monza, Buemi n'a décollé pour le Mexique qu'en fin de journée ce Vendredi. Le fer de lance de l'écurie française n'arrivera ainsi que très tôt samedi, tout juste avant les essais libres. Comme Stéphane Sarrazin et José Maria Lopez, tous membres de la marque nippone en Endurance.
Pour l'anecdote, Sarrazin est d'ailleurs remplacé par Tom Dillmann ( champion Formule V8 3.5 en 2016 et ex-pilote GP2) à bord de la Venturi, le temps du shakedown.

Au-delà de ces têtes d'affiche, l'attention sera portée sur le garage Techeetah. D'un côté, nous surveillerons la confirmation des progrès de Jean-Eric Vergne, qui est venu décrocher le premier podium de l'histoire de l'écurie sur le tarmac argentin (avec sa deuxième place).
Mais surtout, l'attraction du week-end sera bien Esteban Gutiérrez. L'équipier du Français, qui avait lui aussi sauté en son temps de la Formule 1 à la Formule E vient s'installer dans le baquet de Ma Qing Hua. Officialisé il y a plus d'une semaine, l'ex-pilote Haas (0 point en 2016) disputera donc son premier ePrix, devant ses fans. Pour monter en température, le natif de Monterrey a même donné un avant-goût à ses supporters en offrant ce dimanche dernier un premier run dans les rues de Mexico. Cette titularisation est en tout cas très intéressante et il sera bon de comparer l'apprentissage de Gutiérrez au regard de son équipier, maintenant très expérimenté, avec 13 départs dans la discipline.
Régulier à chaque course (trois quatrièmes places), Nico Prost cherchera quant à lui à hausser son niveau de jeu, histoire de renforcer l'avance de Renault e.Dams chez les constructeurs. Pour rappel, le team dirigé par Jean-Paul Driot possède (déjà !) 51 points sur l'équipe de chasse, Abt Schaeffler Audi Sport.
Derrière, n'oublions pas le jeune et rapide Felix Rosenqvist, auréolé d'une pole, un podium (tous deux à Marrakech) et deux meilleurs tours cette saison.
Peu en vue, Jérôme d'Ambrosio se rappellera au bon souvenir de l'édition 2016. Le Belge avait bénéficié de la disqualification de Lucas di Grassi pour remporter l'ePrix de Mexico, sur tapis vert.


Un circuit de caractère !

Les suiveurs de la Formule 1 connaissent désormais ce circuit des frères Rodriguez, cadre de 17 Grands Prix, rénové en 2015.
Se disputant sur le même site, le tracé de la Formule E est bien plus court, avec ses 2,1 kms de longueur. La piste des monoplaces électriques emprunte une partie de la ligne droite principale ainsi que le dernier secteur, sinueux , composé de virages lents, autour d'un stade base-ball. Une arène qui rappelons-le peut accueillir jusqu'à 27 000 spectateurs en configuration course ! Afin de casser la vitesse, deux chicanes sont toujours au menu : dans le 1er virage et le 14e virage. N'oublions pas également le virage 3, très longue courbe en forme de U, qui peut creuser des différences majeures en terme d'adhérence.

De plus, le seul circuit permanent de la saison est aussi atypique avec ces 2 500 mètres d'altitude, qui offre des conditions de courses inédites au vu des autres meetings de la saison !


Quoi de neuf depuis Buenos Aires ?

Les constructeurs engagés pour la saison 5 sont dévoilés

La Formule E pérennise son activité. La FIA a récemment annoncé les constructeurs inscrits pour la saison 2018-2019. Parmi eux, nous retrouverons des têtes connues, comme ABT (associé à Audi), Mahindra, Jaguar ou Renault e.Dams. Déjà partiellement inscrits, les constructeurs BMW et DS prendront le total contrôle de leur équipe. En outre, Jaguar Land Rover, NextEV NIO, Penske Auosport et Venturi Automobiles sont les autres teams en lice, pour le moment.
Curiosité, on notera que l'intérêt de Mercedes n'est pas encore concrètement réalisé, par son absence sur la liste des participants. Toutefois, point de conclusion hâtive : la firme à l'Etoile est toujours en lice pour concourir dans le futur. Et d'ailleurs, elle n'est pas la seule. Ce jeudi, Sergio Marchionne en personne a déclaré dans un magazine de la FIA que Ferrari a « besoin d'être engagé en Formule E ». Selon lui, l'hybridation, « fait partie de notre futur ».

Rappelons que cette cinquième saison est annonciatrice d'une véritable révolution. Les pilotes rouleront en effet avec une seule voiture sur toute la durée de la course, avec une batterie qui passera de 28kWh à 54kWh !

La nouvelle piste de l'ePrix de Berlin se révèle.

Appelée à la hâte pour colmater la brèche laissée par le retrait de Bruxelles, le double événement de la capitale allemande connaît désormais son tracé. Après un meeting 2016 dans le cœur de la ville, due à la crise des migrants qui avait réquisitionné l'aéroport de Tempelhof, l'ePrix de Berlin revient sur la piste support de la première saison, sur une configuration modifiée. Les pilotes s'affronteront sur un tracé réaménagé de 2,25 kilomètres. Le nouveau tracé comptera 10 virages, dans un sens antihoraire. Cette piste repensée répondra aux exigences des voitures de la saison 3 de la Formule E, plus rapides par rapport à leurs devancières.
La Formule E attend sa petite sœur

Le succès de la Formule E est en passe de faire des émules.A l'image de la F2 (ex GP2 Series), la série d'Alejandro Agag cherche à développer sa propre série support. Un consortium entre Dallara et des ingénieurs belges a récemment abouti au développement d'une voiture de type Formule 3, 100% électrique. Propulsée par une batterie de 15kWH, la monoplace avoisinerait une puissance de 200 kW, soit un peu plus de 270 chevaux. Comme en Formule E, les pilotes auraient à changer de voiture à mi-parcours.
Ambitieux, Thierry Deflandre, CEO du circuit de Zolder, est le responsable de ce beau projet. Son objectif ? Composer une grille entière de voitures labellisées Formulino E, et ce dés la fin de la saison actuelle de Formule E. Le but ultime est bien de créer un championnat à part entière pour la prochaine saison.
Dans la même veine, rappelons que l'électrique s'est également installé en rallye-cross avec la création d'un championnat 100% autonome, appelé E/RACING, qui verra le jour à l'automne prochain.

Attentif aux évolutions, Jean Todt a dressé à ce titre un constat allant dans le sens de l'électrique. Pour le président de la FIA, le sport automobile est en plein changement. Interrogé dans un magazine dédié, il déclara ;« :Je suis convaincu que l'hydrogène sera une technologie utilisée dans le futur. Je pense que le sport automobile est en plein changement. Peut-être que dans 5 ans, la voiture de rallye sera 100% autonome ! »

Votre programme TV

Toujours détenteur des droits, le groupe Canal+ vous proposera de vivre en direct cet ePrix de Mexico. Pour cela Il faudra veiller ! Le rendez-vous est pris ce Samedi 1er Avril pour les Qualifications, diffusées à 22h45 en différé sur Canal+Sport. 

Vous n'aurez pas à changer de chaîne pour suivre la Course, retransmise en direct, avec un départ prévu à Minuit!
Partager
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Top