Retour sur l'ePrix de Mexico : Bluff payant pour Di Grassi !

Retour sur l'ePrix de Mexico : Bluff payant pour Di Grassi !

Victoire improbable du pilote brésilien, qui a exploité une tactique osée pour renouer avec le succès ! Il devance Jean-Eric Vergne et Sam Bird, à l'issue d'une course mouvementée. Sébastien Buemi a perdu ses nerfs et de gros points au classement général !  Icon For Chat#6  1

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© FIA Formula E -Le podium d'une course folle !
© FIA Formula E -Le podium d'une course folle !
La saison 2016-2017 a fait sa révolution de palais ! Invaincu jusque là, Sébastien Buemi est tombé de haut à Mexico.
Au-delà d'un ePrix chaotique terminé en 14e position, le pilote Renault e.Dams voit revenir son principal adversaire au championnat. Lucas di Grassi en personne a fait le bon coup de cette manche. Grâce à une stratégie risquée et à un pilotage économe, le Brésilien, pourtant parti 15e, a remporté l'une de ses plus belles victoires !

« Nous avons vu ce que représente la Formule E : vous ne devez jamais abandonner, peu importe si la situation paraît désespérée ! » a reconnu après coup le pilote Abt Schaeffler, aux anges. Avec cette victoire, combinée au maigre total de Buemi (reparti avec le point du meilleur tour), le Pauliste revient à cinq points de la tête du championnat !

Le grip redistribue les cartes lors des Qualifications

Le samedi mexicain avait déjà commencé sur des bases étonnantes. Les fervents spectateurs mexicains ont assisté à une séance qualificative inédite, dominée sur la piste par Daniel Abt. Le pilote germanique prenait le meilleur sur ses quatre camarades de la super Pole. Parmi eux, Jean-Eric Vergne s'était encore invité dans le top 5. Mais le pilote Techeetah, en proie à des problèmes de grip ne parvenait pas à établir un chrono de référence. Successivement, Mario Engel, José Maria Lopez, Daniel Abt et Oliver Turvey s’invitèrent devant le Français. Dans l'ordre du classement, Abt établissait un chrono en 1:02:711. Suffisant pour devancer le pilote Nextev, dernier concurrent en piste.

Cependant, le bonheur du coéquipier de di Grassi fut de courte durée : pénalisé pour une pression illégale de pneumatiques, l'Allemand était relégué en fond de grille ! La position de pointe revenait donc pour la première fois à Turvey, qui fêtait ses 30 ans le jour même.

À ses côtés en première ligne, José Maria Lopez récupérait la place initialement échue au surprenant Mario Engel. Mais le pilote Venturi rétrogradait aussi sur la grille, pour un changement de boite de vitesses. Cette hécatombe profitait également à Vergne qui montait au troisième rang, et à Heidfeld et Bird, respectivement quatrième et cinquième. Lésé par un passage en premier pilote du Groupe 1, Sébastien Buemi grimpait quand même au septième rang à la faveur des différentes pénalités. Mécontent de la formule des Qualifcations, le Suisse s'est plaint de cette absence de grip après avoir joué le rôle d'ouvreur, à l'image des pilotes du WRC.

Un peu plus loin sur la grille, les observateurs saluaient la neuvième place d'Esteban Gutiérrez pour sa toute première séance qualificative dans une monoplace électrique. Dans la deuxième partie du tableau, on retrouvait Nico Prost, 13e, deux places devant Lucas di Grassi, autre pilote piégé par cette piste poussiéreuse.

Les pilotes Dragon Racing se partageaient la dernière ligne, avec Jérôme d'Ambrosio et Loic Duval, dernier après avoir embrassé le mur TecPro du premier virage lors de son tour lancé.



Lucas di Grassi, vainqueur de l'impossible

Disputé dans la nuit française ( minuit ), en plein après-midi au Mexique (16h, heure locale), ce quatrième rendez-vous de la saison fut hautement spectaculaire, dès l'entame. Une bousculade dans la chicane du quatrième virage fut provoquée par Stéphane Sarrazin. Le pilote Venturi loupait complètement son freinage et venait percuter Lucas di Grassi. Nico Prost était aussi un acteur indirect de la mésentente. Les trois concurrents cités repassaient par les stands pour réparer leurs montures, et repartir en fond de cale.

Dans l'affaire, la voiture de sécurité était de sortie pour enlever les débris laissés sur la piste. Oliver Turvey avait gardé le leadership, alors que Jean-Eric Vergne était dépassé par Nick Heidfeld. Sébastien Buemi gagnait une place, en cueillant Rosenqvist. Le néophyte Esteban Gutiérrez tombait quant à lui en fond de classement.

Quelques virages plus loin, stupeur ! Le commandement changeait de main. La NEXTEV en tête offrait une mauvaise surprise à son pilote au 13e tour. Totalement à l'arrêt dans la ligne droite, Turvey abandonnait totalement ses espoirs en se garant au bout de la ligne droite des stands. Le leadership était récupéré par José Maria Lopez, la course se neutralisait de nouveau le temps d'évacuer la monoplace chinoise.

Grosse surprise, Lucas di Grassi profitait du moment pour changer de voiture ! Avec 27 tours restant à parcourir sur les 45, le vice champion 2016 prenait clairement un gros risque. Même opération pour Jérôme d'Ambrosio, percuté par Loic Duval, son propre équipier, juste avant la neutralisation.

L'Argentin emmenait à son tour le peloton lors de la deuxième relance. Situation idéale pour le pilote DS, qui s'échappait alors que son premier poursuivant luttait. Nick Heidfeld faisait en effet de la résistance sur Vergne, mais aussi sur Bird et Buemi, au 5e rang à mi-course. La palette de stratégie était devenue plus large avec les neutralisations. Lopez, Heidfeld, Bird et Buemi observaient en même temps leurs arrêts, un tour plus tard que Jean-Eric Vergne. Bonne pioche pour le Francilien, qui sautait Heidfeld.

Titulaires d'une stratégie audacieuse, di Grassi et d'Ambrosio montaient en tête. Mais une énième immobilisation en piste attisait la tension. La Dragon de Loic Duval était en panne et la voiture de sécurité regroupait une fois encore les voitures. Retombé dixième après un arrêt raté, Buemi ne mâchait pas ses mots dans sa radio.

Bien placés derrière le duo, Lopez et Vergne sentaient l'odeur de la victoire. Dès le drapeau vert, le pilote Techeetah montrait les dents et se portait à hauteur de son ancienne voiture. Habitué des duels portière contre portière en WTCC, "Pechito" montrait une franche résistance, en n'hésitant pas à couper les limites de la piste. Ralenti par la Dragon devant lui et mis sous pression derrière, l'Argentin craquait au 35e tour en partant à la faute dans le premier freinage. Quelques dixièmes de secondes plus tard, Buemi arrivait à son tour en perdition, en évitant de justesse la DS Virgin ! L'image des deux voitures à la dérive restera certainement un moment fort de ce week-end mexicain. Et sur le plan comptable, catastrophe pour Buemi qui retombait au 16e rang, loin des points. Le leader du championnat abandonnait tout espoir de points sur cette mésaventure.

D'autant que le pari fou de di Grassi devenait payant. En économisant au mieux sa batterie dans les phases de décélération, l'ex-pilote Audi en Endurance amenait sa voiture en bonne posture dans les derniers tours. Comme l'an passé, d'Ambrosio se faisait remarquer en deuxième position, en défendant son bien. Trop au goût de "JEV" qui n'a pas hésité à critiquer l'attitude du pilote Dragon Racing : « Ce qu'il a fait est totalement inacceptable, il m'a percuté à plusieurs reprises et m'a forcé à aller en dehors de la piste. Je me demande même s'il a un cerveau ! »

Menacé par la DS de Bird, Vergne parvenait finalement à faire sauter le bouchon belge dans la 43e boucle.
Mais il était trop tard pour revenir ! Dans un remake de la fable du lièvre et de la tortue, c'est bien Lucas di Grassi qui allait au bout de sa folle entreprise ! Cerise sur le gâteau, ce dernier était protégé par un drapeau jaune dans le tout dernier tour, après un carton spectaculaire dans le secteur du stadium, initié par un accrochage entre Nico Prost et Nick Heidfeld.

Opportuniste, di Grassi empochait donc le jackpot avec cette victoire à Mexico, sa première de la saison, la cinquième de sa carrière ! Certainement la plus inattendue de toutes, en atteste l'enthousiasme du pilote lors des ses premiers mots post-course : « Les tours après mon arrêt aux stands furent certainement les meilleurs de ma carrière : j'ai géré mon énergie tout en évitant les erreurs. Mes remerciements vont à l'équipe, qui a tenté un risque avec cette stratégie audacieuse ! »

À ses côtés sur le podium, Vergne récupérait une nouvelle deuxième place, devant Sam Bird, qui revenait sur le podium après sa belle prestation à Marrakech. Jérôme d'Ambrosio terminait quant à lui à l'arrêt, après avoir épuisé sa batterie. Ce malheur faisait notamment les affaires de l'écurie Jaguar et d'Esteban Gutiérrez, qui décroche son premier point ! Une belle façon de remercier les 40 000 fans massés autour de l'Autódromo Hermamos Rodriguez tout au long de la journée.



Classement de l'ePrix de Mexico

1. L. di Grassi (ABT Schaeffler Audi Sport)
2. J-E. Vergne (Techeetah) : +1.966
3. S. Bird (DS Virgin Racing) : +5.480

4. M. Evans (Panasonic Jaguar Racing) : +9.370
5. N. Prost (Renault e.Dams) : +9.956
6. J-M. Lopez (DS Virgin Racing) : +10.631
7. D. Abt ( ABT Schaeffler Audi Sport) : +11.694
8. A. Carroll (Panasonic Jaguar Racing): +13.722
9. N. Piquet Jr (Nextev Nio): +14.156
10. E. Gutiérrez (Techeetah): +15.317

11. R. Frijns (Andretti): +21.459
12. N. Heidfeld (Mahindra): +27.232
13. J. d'Ambrosio (Faraday Future Dragon Racing) : +32.646
14. S. Buemi (Renault e.Dams) : +1:01.365 (Meilleur tour)
15. S. Sarrazin (Venturi): +1 Tour
16. F. Rosenqvist (Mahindra): +2 Tours

Abandons:
17. M. Engel (Venturi)
18. A-F. da Costa (Andretti)
19. L. Duval (Faraday Future Dragon Racing)
20. O. Turvey (Nextev Nio)

Classement général des pilotes

PiloteEcurieTotal
1S. BuemiRenault e.Dams76
2L. di GrassiABT Schaeffler Audi Sport71
3N. ProstRenault e.Dams46
4J-E. VergneTecheetah40
5S. BirdDS Virgin Racing33
6F. RosenqvistMahindra Racing20
7D. AbtABT Schaeffler Audi Sport20
8N. Heidfeld Mahindra Racing17
9N. Piquet JrNextev Nio 15
10O. TurveyNextev Nio15
11M. EvansPanasonic Jaguar Racing12
12A-F. da CostaAndretti10
13J-M. LopezDS Virgin Racing10
14J. d'AmbrosioFaraday Future Dragon Racing10
15L. Duval Faraday Future Dragon Racing9
16R. FrijnsAndretti8
17A. CarrollPanasonic Jaguar Racing4
18M. EngelVenturi2
19S. SarrazinVenturi1
20E. GutierrezTecheetah 1
21Q. MaTecheetah0


Classement général des constructeurs

EcurieTotal
1Renault e.Dams122
2Abt Schaeffler Audi Sport91
3DS Virgin Racing43
4Techeetah41
5Mahindra Racing37
6Nextev Nio30
7Dragon Racing19
8Andretti18
9Jaguar Racing16
10Venturi3


Après avoir concouru en Asie, en Afrique puis en Amérique, la Formule E revient désormais en Europe. Le rendez-vous est pris à la mi-mai pour deux courses en deux week-ends.

Le samedi 13 mai, le cinquième ePrix de la saison se disputera dans les rues de Monaco. Dans la foulée, le samedi 20 ;nous retrouverons Paris pour une manche exceptionnelle, disputée autour des Invalides !
Partager cet article
 Icon For Chat#6  1 commentaire

    Icon For Contact#1
    casper, 4 Apr. 2017, 21:19

    Une chouette course, vue en direct peine de rebondissements, de voiture qui ne se rangent pas et bouchonnent, de manque de fiabilité de certaines team, de piment et de stratégie (même improbables), d'attaques roues dans roues sans pénalités... j'ai du mal à imaginer çà dans une version hybride avec les règlements actuels ! et puis une fois n'est pas pas coutume j'ai trouvé JeV très bon, çà faisait bien longtemps ! Bon après les déclarations après course ont dérapé, mais comme c'est JeV les détracteurs habituels de grosjean sur des propos moins virulents n'en diront rien, et honnêtement je préfère ce genre de déclarations pleines d'émotions que la soupe habituelle. Buemi qui se plante çà fait drole, bon je dois vous avouer aussi un moment de grand désarroi. lorsque prost a dépassé guttierez. là je me suis dit, non tout de même esteban ne mérite pas çà. bref j'ai du mal à comprendre tous ceux qui crachent sur ce format, il offre de chouettes moments.


La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
arrow-up icon