Règlement sportif : voie des stands ou voie rapide?

Audi n’est pas passé loin d'un coup de maître en course 2 à Londres en profitant des largesses du règlement. La Formule E n’a plus le choix : les textes doivent évoluer.
Logo Mi Redaction
Rédigé par
On ne devrait pas voir de monoplace passer aux stands sans raison valable à Berlin-Tempelhof
© Audi / On ne devrait pas voir de monoplace passer aux stands sans raison valable à Berlin-Tempelhof

L’opportunisme d’Audi mal récompensé



Nous sommes dimanche 25 Juillet 2021 à l’ExCel London, en direct sur les télévisons du monde entier. Alors que l’ensemble des pilotes roule à vitesse réduite derrière la voiture de sécurité, Lucas Di Grassi s’engouffre dans la voie des stands. Evoluant alors en huitième position, il semble dire adieux aux points qui lui étaient promis. Pourtant, quelques virages plus loin, on le retrouve en tête du peloton. Le visionnage des rediffusions sera nécessaire pour comprendre ce qu’il s’est réellement passé.

Voyant le Safety Car imposer un rythme très faible aux concurrents, Audi demande en fait à Di Grassi de passer par la voie des stands pour gagner du temps. Malheureusement, l'exécution pêche : dans la précipitation, la voiture du pilote brésilien ne marque pas un arrêt complet devant son stand. Or le règlement est clair: dans ces conditions, les pilotes sont autorisés à entrer dans la pit lane seulement s’ils s’arrêtent à leur stand. Après étude de données telles que les vitesses de roue de la voiture numéro 11, son pilote se verra infliger un drive-through puis finalement un drapeau noir, n’ayant pas observé cette première pénalité.

Le (presque) arrêt au stand de Di Grassi :



Comme un air de déjà vu



Les spécialistes de la discipline ne s’y méprendront pas : ce n’est pas la première fois que des équipes tentent d’utiliser la pit lane comme raccourci pour glaner des positions. Lors de la sixième course de la saison 2019/2020 à Berlin, trois autos s’y étaient risquées. Avec succès ce coup-ci. Il s’agissait de la Nissan de Buemi et des deux Mahindra de Lynn et d’Ambrosio.

Lors de la première course d’un meeting qui en comptait alors six, épidémie de Covid oblige, les trois hommes avaient emprunté la voie des stands sous régime de Full Course Yellow (FCY). Cela avait été rendu possible par le fait que la vitesse maximale à observer sous FCY était égale à celle du pit limiter. Même en s’arrêtant au stand, ce qui était déjà obligatoire, ils étaient parvenus à gagner du temps et des positions dans l’opération sans que les commissaires ne trouvent rien à y redire. Avant même la course suivante, la vitesse maximale autorisée dans les stands avait été réduite de 15km/h afin d’éviter que cela ne se reproduise.

Une refonte s’impose



En comptant la disqualification de Werhlein à Puebla, c’est la seconde fois cette saison que la voiture déclarée vainqueur n’est pas celle ayant passé la ligne d’arrivée en premier. Cela complique la lecture de la course pour les spectateurs, ce qui n’est évidemment pas souhaitable. Ainsi, après l’épisode de Londres, la FIA a décidé de durcir les règles en vue de la finale de Berlin des 14-15 Août.
Partager
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Dernières actualités Formule E

    Toutes les actualités Formule E
    Top