500 miles d'Indianapolis - course : Montoya, 15 ans après

Juan Pablo Montoya réécrit l'histoire en s'imposant une deuxième fois aux 500 miles d'Indianapolis en 15 ans d'intervalle. Simon Pagenaud, victime d'un bris d'aileron, termine 10ème, juste devant Sébastien Bourdais.  Icon For Chat#6  6
Logo Mi mini
Rédigé par
Montoya, l'homme fort de la saison 2015 d'IndyCar
© IndyCar / Jim Haines / Montoya, l'homme fort de la saison 2015 d'IndyCar
L'inusable Colombien, 39 ans, sort vainqueur d'une bagarre en IndyCar contre son coéquipier Will Power. Le Bad Boy de Bogota revient de loin ;parti 15ème, il est tombé à la 30ème place suite à un changement d'aileron arrière avant d'effectuer la plus belle remontée de la course.

Trois Français sur la grille

Tristan Vautier rejoint Simon Pagenaud et Sébastien Bourdais sur la grille départ des 500 miles. Le champion Indy Lights 2012 remplace Carlos Huertas dans la monoplace du Dale Coyne Racing. Le Colombien n'a pas eu l'autorisation de prendre le départ de la course d'IndyCar suite à un problème d'oreille interne.

Des stars donnent le départ

Jeff Gordon, champion de NASCAR, donne le rythme des tours de chauffe dans le Pace Car. Avant même le départ, l'Américain Conor Daly est contraint à l'abandon sur casse mécanique. Pendant ce temps, l'acteur et pilote d'endurance Patrick Dempsey agite le drapeau vert de la 99ème édition des 500 miles d'Indianapolis.

Un p'tit tour et puis s'en va

Dès le premier tour, Sage Karam rentre en contact avec Takuma Sato, provoquant le premier Safety Car et l'abandon de l'Américain. Le drapeau jaune va s'éterniser jusqu'au 12ème tour à cause d'un morceau de carrosserie perdu par Juan Pablo Montoya. Le Colombien repasse par les stands pour changer son aileron arrière et ressort 30ème.

Peu après le restart, Simon Pagenaud, parti 3ème, se retrouve en bagarre avec Will Power, Tony Kanaan et Scott Dixon. Ces deux derniers s'échangent régulièrement la tête de course sur une longue période de drapeau vert pendant que le pilote français profite de l'aspiration de ses adversaires afin d'économiser de l'essence.

Un troisième américain en difficulté

Au 64ème tour, Bryan Clauson fait une erreur de pilotage. Le jeune champion de dirt track tape le mur extérieur et déclenche une salve de ravitaillement pendant le drapeau jaune, dont Simon Pagenaud ressort en tête. Au drapeau vert, les dépassements s'enchaînent. Le Français redescend à la 4ème place avant de remonter au classement. Au même moment, Sébastien Bourdais se retrouve à la 18ème position alors qu'il était 7ème sur la grille.

À la suite des ravitaillements entamés à la mi-course, au 99ème tour, Pagenaud est de nouveau en tête devant Kanaan et Montoya.

Un nouvel incident dans les stands

Un nouvel accrochage implique Ed Carpenter et Oriol Servia au 114ème tour. L'Américain a tenté un dépassement osé sur l'Espagnol, qui s'est rabattu sur lui. Lors des ravitaillements sous drapeau jaune, Pippa Man percute la voiture de James Davison, qui fauche deux des mécaniciens de Tristan Vautier. L'Australien et le Français abandonnent sur problèmes mécaniques. Les mécaniciens du Dale Coyne Racing sont rapidement pris en charge par les équipes de secours et sont évacués en ambulance.

À la reprise de la course, la guerre est déclarée entre les équipes Penske (Pagenaud, Montoya, Power) et Ganassi (Dixon, Kanaan). Les voitures se passent et se repassent en tête de course.

Les ravitaillements suivants débutent sous drapeau vert à partir du 150ème tour avec Scott Dixon. Les trois Penske de Pagenaud, Montoya et Power se disputent virilement la place d'honneur à la sortie des stands, dont le Français sort vainqueur. Peu de temps après, l'expérimenté Tony Kanaan perd le contrôle et détruit sa monoplace.

À 32 tours de la fin, un débris sur la piste provoque un nouveau drapeau jaune et un dernier passage aux stands. Les 6 voitures les plus rapides en ravitaillement sont des Penske et des Ganassi : Power, Montoya, Dixon, Pagenaud, Castroneves, Kimball, tandis que Carlos Munoz et Justin Wilson décident de rester en piste et paradent brièvement en tête.

La grande désillusion

À 24 tours de l'arrivée, Simon Pagenaud est victime d'un bris de son aileron avant. Il tombe rapidement au classement. Le Français était pourtant un des hommes forts de la course. Il a été cité par Kanaan comme un sérieux concurrent à la victoire. Au même moment Hawksworth et Saavedra partent en tête à queue. Ce dernier est percuté par Stefano Coletti, qui ne peut l'éviter. Saavedra reste bloqué un long moment dans sa monoplace. Son pied droit reste bloqué au niveau du pédalier suite au choc avec le pilote monégasque. Les équipes de secours doivent intervenir dans le nez de la monoplace pour extraire le Colombien de son cockpit.

En fin de course, une très grosse bagarre oppose Juan Pablo Montoya, Will Power, Charlie Kimball et Scott Dixon. Les pilotes finissent dans cet ordre. Le Colombien empêche ainsi son coéquipier australien de décroché sa première victoire dans cette mythique course. Montoya est le premier pilote de l'année à compter 2 victoires. Il conforte ainsi son avance au championnat.

Dernières actus sur IndyCar

Plus d'actualités
 Icon For Chat#6  6 commentaires

    Icon For Contact#1
    Germain, 25 May. 2015, 0:17

    Autant le Grand Prix de Monaco m a déçu, autant là, malgré le problème de Pagenaud, je me suis régalé. Si la F1 ne change pas vite, je vais la délaisser pour l IndyCar.


    Icon For Contact#1
    didi, 25 May. 2015, 0:53

    Monumentale remontée de Montoya qui était dernier après que de Silvestro lui ai mis son aileron au cul !


    Icon For Contact#1
    didi, 25 May. 2015, 10:17

    Interressant de vivre les deux courses Monaco et Indianapolis dans la foulée. Il y a beaucoup à dire sur le point de vue du spectateur (TV) et si la course de Monaco a pu être ennuyeuse, je ne serais pas d'accord d'encenser la formule Indy. D'un coté la F1, des dépassements impossibles, une hierarchie figée, et un dénouement surprise et injuste, de l'autre, une course en paquet, avec changement de leader à chaque tour, sans que l'on puisse comprendre comment et pourquoi. On ne peut pas dire que Indy est passionnante comme a pu l'être la F1 certaines années. On a l'impression d'un tirage au sort, même si un groupe de pilote ou deux ou trois écuries se révèlent à la longue sur une année supérieurs aux autres. Entre les choix de la F1 et de l'Indy, il y aurait un compromis à trouver ?


    Icon For Contact#1
    didi, 25 May. 2015, 10:19

    cependant, dans les deux cas, ce qui retient le souffle du Fan de course auto devant sa TV, c'est le frisson.


    Icon For Contact#1
    Waddle, 25 May. 2015, 13:38

    Indianapolis semble assez atypique en ce qui concerne l'indycar... Je ne sais pas combien il y a de courses sur ovales, mais j'ai vu en zappant des bouts des courses précédentes...Circuit en ville affreux à Long Beach en comparaison avec Monaco, circuit routier riquiqui (victoire de Newgarden je crois) je ne sais plus où en comparaison avec les standards F1...monoplaces affreuses avec tous ces appendices aéro et encore plus volumineuses que les F1 (qui ont déjà un empattement de 3,50m...) Donc, même s'il y a pas mal de choses à revoir en F1, je ne suis vraiment pas tenté de la délaisser pour l'ndycar...


    Icon For Contact#1
    bouvman, 26 May. 2015, 0:33

    Ces 500 miles sont très impressionnant. Mais alors c'est un vrai somnifère passé 20 minutes. Enfin c'était un peu mieux que l'Indy car sur les autres circuits, que je trouve franchement inintéressant...


Dernières actus Indycar

Toutes les actualités Indycar
graphical divider
Media centre Barcelone
Le site web pour

Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

Rejoignez @motorsinside sur :

Haut