24 Heures du Mans - Essais libres 4 : Ferrari toujours devant, Peugeot face aux soucis

WEC. La 4e et dernière séance d'essais libres a vu la Ferrari N°51 s'octroyer le meilleur temps, jeudi soir, après avoir signé la pole des 24 heures du Mans. Une des Peugeot a été arrêtée, provoquant un drapeau rouge.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Ferrari, dans une séance peu représentative, a confirmé qu'elle resterait aux avant-postes à la régulière.
© MotorsInside / Bastien Dauby / Ferrari, dans une séance peu représentative, a confirmé qu'elle resterait aux avant-postes à la régulière.

La dernière séance d'essais libres de la semaine était lancée pour une heure de travail, ce jeudi soir. Les deux Ferrari pouvaient se targuer d'avoir fait mordre la poussière à Toyota, mais il fallait repartir au boulot.

Motors Inside sans pub ?
Abonnez-vous

Dans ces 24 heures du Mans, qui s'annoncent ô combien serrées, la fiabilité sera un facteur clé. Peugeot est parti d'emblée au charbon, avec Paul Di Resta sur la N°93. L'Ecossais a été suivi par la Glickenhaus 709 d'Esteban Gutierrez et la Vanwall de Tom Dillmann.

Les Toyota et les Porsche sont restées discrètes, pendant que la Cadillac 311 de l'Action Express Racing a limé le bitume : Alexander Sims, à son volant, a enchaîné les tours, avant que la Ferrari N°51, détentrice de la pole position, ne reprenne les devants.

Du côté des LMP2, le Racing Team Turkey (N°923) était en tête au premier tiers de séance, grâce à Dries Vanthoor. Les têtes d'affiche, dont les WRT, l'Idec Sport (en pole) et les Prema sont restées sages.

Les GTE-Am, quant à elles, suivaient le même schéma : la Ferrari N°66 du JMW Motorsport menait les débats, alors que la Corvette, auteur de la pole, faisait son petit bonhomme de chemin sans trop se montrer.

Demi-heure calme, une Peugeot à l'arrêt

En ce début de séance, les niveaux d'essence étaient très disparates d'une équipe à l'autre, ce qui expliquait notamment la 2e place provisoire de la Glickenhaus N°709, toujours pilotée par Esteban Gutierrez. Le Mexicain, ex-pilote de F1 chez Sauber et Haas, a tourné en 3'28"278, à une seconde de la Ferrari de tête.

La Nascar du Hendrick Motorsport (N°24), démontrait toujours son rythme diaboliquement supérieur à celui des GT. Jenson Button a pris le volant pour parfaire les réglages de la Chevrolet, avec des rythmes réguliers (aux alentours des 3'51").

Passée la dernière demi-heure, une slow-zone avant la seconde chicane des Hunaudières, à cause de l'arrêt de la Peugeot N°93, pilotée par Jean-Eric Vergne. Les soucis ne semblent pas vouloir épargner l'Hypercar du Lion.

Rien n'a vraiment bougé en termes de classement, puisque la hiérarchie des LMP2 est restée la même un bon bout de temps. En revanche, tout restait compliqué pour Alpine, dont la meilleure représentante était la N°36 de Charles Milesi.

Le drapeau rouge a alors été brandi pour assurer au mieux le dégagement de la voiture sochalienne, à 20 minutes du terme. La séance est repartie dans les dix dernières minutes, mais a été rallongée d'un quart d'heure supplémentaire, afin que le temps perdu soit rattrapé.

Les chronos sont redescendus avec la tombée des températures et chacun a travaillé son rythme en plus longs relais.

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut