Pour Inter Europol Racing, le cauchemar est devenu un rêve au Mans

WEC. Au Mans, une très belle histoire a eu lieu lors du centenaire. L'équipe polonaise Inter Europol Racing a remporté la course dans la catégorie LMP2. Pourtant, l'écurie n'a pas été épargnée par les épreuves.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Lors du premier arrêt aux stands, Fabio Scherer s'est fait rouler sur le pied par une Corvette.
Motors Inside - Morgan Parmentier / Lors du premier arrêt aux stands, Fabio Scherer s'est fait rouler sur le pied par une Corvette.

Le centenaire des 24 heures du Mans a été mouvementé. De nombreux incidents ont eu lieu sur la piste. Ferrari s'est finalement après 50 ans d'absence dans la Sarthe. Dans la catégorie LMP2, c'est l'équipe Inter Europol Racing qui s'est imposée. Mais la course aurait pu virer au cauchemar pour l'un de ses pilotes.

Motors Inside sans pub ?

Une blessure tôt dans la course

Lors des premiers tours de courses, au moment du premier arrêt aux stands sous voiture de sécurité, Fabio Scherer, pilote suisse, se fait rouler sur le pied par la Corvette, victorieuse de la catégorie GTE Am. Au bout de quinze minutes de course, le Suisse est donc blessé. Mais cela ne l'a pas empêché de garder son poste et d'aller au bout de la course.

Fabio Scherer a donc piloté dans son prototype avec un pied largement touché, avec probablement plusieurs fractures. Mais rien n'a empêché l'équipe d'aller chercher sa première victoire en endurance. Une performance très solide, de plus, dans des conditions difficiles.

« Je pense que demain, mon pied n'ira pas bien. Je n'ai pas voulu vérifier l'état réel de mon pied car cela m'aurait perturbé dans ma course. Au début, forcément, cela m'a gêné. J'ai dû changer ma façon de freiner en utilisant toute ma jambe et pas seulement le pied. C'était douloureux, surtout après les relais », a indiqué Fabio Scherer.

Un problème de communication

La blessure est arrivée au pire des moments mais le Suisse ne voulait pas ruiner la préparation intense faite par son équipe pour cette course mythique. Fabio Scherer a oublié la douleur, effacée par l'adrénaline. Une méthode qui a donc fonctionné puisque Inter Europol s'est imposé en LMP2.

« Nous devions nous battre contre des équipes presque d'usine. Nous avons été bons dans toutes les conditions, surtout dans les deuxième et troisième relais. C'est à ce moment que nous avons fait la différence. J'étais plus inquiet des zones de ralentissement et des voitures de sécurité, c'est ce qui nous avait fait perdre à Portimao », a témoigné le Suisse.

Ce problème n'a pas été le seul qui a touché l'équipe polonaise dans la quête du titre au Mans. Au bout de seulement quelques heures, la communication a été rendue compliquée puisque la radio de la voiture a été coupée et ne fonctionnait plus. Une épreuve de plus qui a été surmontée. Comme à l'époque, un panneau a été utilisé pour indiquer les informations.

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut