Faites partie de l'équipe

Nous privilégions la qualité et l'expérience de lecture. Bénéficiez de nos contenus premiums et d'une expérience plus rapide et sans publicités.

Voir les avantagesDécouvrir les abonnements
Sans engagement
A partir de 4€ / mois

1812 kilomètres du Qatar - Course (Maj) : A Porsche la gloire, à Peugeot les honneurs puis l'horreur

WEC. La saison est lancée : Porsche a emmené un triplé sur la manche d'ouverture, les 1812 kilomètres du Qatar, avec la N°6 (Estre/Lotterer/L.Vanthoor), devant la 963 N°12 de chez Jota et l'autre officielle de Stuttgart, la N°5...alors qu'une 2e place tendait les bras à la Peugeot N°93, qui a connu une panne puis un déclassement.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
La N°6 est devenue la première LMDh à triompher sur une manche du WEC.
© Porsche / La N°6 est devenue la première LMDh à triompher sur une manche du WEC.

Un plateau majestueux, des V6, des V8 et des V10 qui ronronnent ou chantent...et au bout de plus de 350 tours de course, quasiment dix heures, le spectacle a été assuré aussi bien en Hypercar qu'en LMGT3.

Dans la catégorie reine justement, il y a eu beaucoup à dire, notamment au départ, quand la Ferrari N°50 s'est payé le luxe de faire l'extérieur à tout le monde pour prendre la tête, au nez et à la barbe de la Porsche N°5, partie de la pole et d'une héroïque Peugeot N°93 ! L'autre lionne, la N°94, a eu entrée-plat-dessert au menu des ennuis : un contact avec la Cadillac N°2, une crevaison et une course très très compliquée, malgré un rythme intéressant.

Mais il faudra surtout retenir le mano a mano presque inattendu entre Porsche et Peugeot : ce dernier, avec la N°93, a fait preuve d'un rythme très solide, de la à mener une bonne partie de la course. Mais Porsche, avec quatre voitures prêtes pour le podium, avait l'avantage du nombre.

C'est ainsi que la N°6 a fait preuve d'une belle autorité, en mettant à distance la Peugeot (Vergne/Muller/Jensen), plus irrégulière en termes de rythme.

Porsche a parfaitement déroulé son plan de route pour marquer l'histoire : devenir le premier constructeur à s'imposer avec une LMDh ;être le premier à briser l'hégémonie Toyota/Ferrari depuis l'an dernier ;emmener un triplé !

Car le constructeur de Stuttgart a fait mieux que gagner avec la N°6 : la Jota N°12 (Nato/Stevens/Ilott) a tenu tête à l'officielle N°5, qui était partie de la pole (avec Campbell/Christiensen/Makowiecki). Mais où est passé Peugeot dans l'histoire ? La 9X8 N°93 a fait le caprice qu'il ne fallait pas, au moment où il ne fallait pas : dans le dernier tour.

La lionne de Sochaux, héroïque et disposant d'une balance impeccable, a vécu une dernière apparition sans aileron arrière digne d'une tragédie. Une course quasi parfaite, jusqu'à une maigre 7e place, au ralenti...Avant d'être tout bonnement déclassée après la course ! Vraiment, un samedi à oublier pour la marque sochalienne...

Toyota et Ferrari distancés

Bien sûr, d'aucuns pourraient à juste titre pointer du doigt la BoP, qui a alourdi Toyota et Ferrari quasiment au maximum. Cela n'a pas empêché les Italiens de mener une partie du début de course et les Japonais (avec la N°7 De Vries/Kobayashi/Conway) d'être en première ligne.

La N°8 japonaise a mangé son pain noir, en manque de rythme, pour ne prendre que la 9e place. Un sacré contraste quand on a été champion du monde...Et la N°7 n'a pu faire mieux que 6e, avec ses armes.

Quant à Ferrari, de bêtes pénalités pour les limites de piste ont été comptabilisées, ce qui a pesé dans la lutte pour accéder au Top 5. Les officielles N°50 (Fuoco/Molina/Nieslen) et 51 (Pier Guidi/Calado/Giovinazzi) ont échoué à de lointaines 7e et 13e places. Voilà qui fait tâche, surtout quand l'AF Corse privée (N°83, Kubica/Ye/Schwartzman) ont franchi la ligne 5e. Les oreilles vont siffler à Maranello, surtout avant d'aller à Imola...

La Cadillac N°2 a même franchi la ligne 4e : une sacrée remontée, alors que la voiture de Bourdais/Lynn/Bamber avait démarré avec un capot avant cassé. Belle perf' !

Alpine dans les points !

Et les nouveaux dans tout ça ? BMW a fait montre d'un rythme pas si mal que cela, même si, à la fin, c'était insuffisant pour se battre vers les points. La N°20 (S. Van Der Linde/Frinjs/Rast) a rallié l'arrivée au 12e rang, quand la seconde Bavaroise (N°15, D. Vanthoor/Marciello/Wittmann) a échoué à la 15e place.

Lamborghini a dû se contenter du 14e rang, alors que le constructeur de Sant'Agata Bolognese faisait sa première course dans la catégorie reine de l'endurance, même si la voiture n'a pas souffert de problèmes majeurs. La N°63 (Kvyat/Mortara/Bortolotti) aura au moins engrangé beaucoup de kilomètres avant Imola. Pour Isotta Fraschini, il était attendu que la n°11 (Vernay/Serravalle/Bennett) allait souffrir : elle n'a fait que la moitié de la course. Et, en panne au départ, a bien failli ne pas partir.

Mais la bonne surprise vient d'Alpine : si la N°36 au trio expérimenté (Lapierre/Vaxivière et Schumacher) a été plus en relative difficulté sur les longs relais (12e), la voiture sœur, la N°35 (Milesi/Habsburg/Chatin) a réalisé une course d'une constance impeccable !

Aucun problème majeur rencontré, un rythme de course vraiment honorable pour une voiture débutante et voilà trois points (8e après le déclassement de la Peugeot) parfaitement mérités pour l'équipe de Philippe Sinault ! Le châssis Oreca a fait ses preuves et les choses s'annoncent bien pour les Bleus.

LMGT3 : Porsche et Manthey au top, Rossi au pied du podium !

La bagarre n'en était pas moins belle dans la toute nouvelle catégorie LMGT3 et son contingent de neuf constructeurs ! La Corvette N°81 du TF Sport avait signé une pole stratosphérique, qui pouvait présager d'un rythme de course infernal...raté.

Très vite, la Z06 GT3 est rentrée dans le ventre mou du peloton...Mou n'est peut-être pas le mot le plus exact : il y avait de la bagarre à n'en plus finir en début de course !

La Porsche 911 du Team Manthey (N°92) a imité son homologue de l'Hypercar pour remporter la toute première course de l'ère GT3 du championnat du monde. L'équipage de l'équipe lituanienne a devancé deux Aston Martin : l'une du Heart of Racing (N°27), de seulement quatre secondes (!) et l'autre, à un tour, du D'Station Racing (N°777).

Attraction de cette nouvelle catégorie, Valentino Rossi a bien failli s'offrir un premier podium en mondial sur quatre roues, avec la BMW N°46 du team WRT. Lui et ses équipiers Ahmad Al Harty et Maxime Martin ont misé sur l'allongement de leurs relais pour contester la 3e marche du podium, pour n'échouer qu'à douze secondes du D'Station Racing.

Cette première manche de la saison a été riche en intensité, d'un bout à l'autre de la grille. Pas loin de Losail, c'était bien autre chose...

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :
- 20+ déplacements / saison à travers le monde (F1, WEC, Karting),
- Des journalistes et des photographes,
- Du contenu de qualité depuis 2007,
- Des reportages, insides et des interviews exclusives.

Voir les avantages

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :
- 20+ déplacements / saison à travers le monde (F1, WEC, Karting),
- Des journalistes et des photographes,
- Du contenu de qualité depuis 2007,
- Des reportages, insides et des interviews exclusives.

Voir les avantages
Sans engagement, à partir de 4€ / mois

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut