Au Mans, tout le monde s'active dans le paddock avant les 24 Heures

WEC. Au lendemain de la journée test, les pilotes sont au repos. Au contraire des membres de leur équipes et des dizaines de personnes chargées d'animer le circuit.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Chez Isotta Fraschini, on travaille sur le moteur de l'Hypercar.
© Motors Inside / Morgan Parmentier / Chez Isotta Fraschini, on travaille sur le moteur de l'Hypercar.

Les derniers instants de calme avant une semaine qui s'annonce animée. Pas de roulage. Pas de bruit de moteur. Pas de pilotes coursés par des fans pour leur demander un autographe. En ce lundi 10 mars, l'activité au circuit est en apparence très faible.

Motors Inside sans pub ?
Abonnez-vous

La réalité est tout autre. Dans les motorhomes, dans les camion des équipes, tous les mécaniciens s'activent. Certains nettoient les pièces des voitures. D'autres travaillent sur des réglages. Quelques-uns sont concentrés sur les moteurs et les boîtes de vitesses. Un spectacle qui attire le regard. Car assister à telle préparation n'est pas possible tous les jours.

Chez Ferrari, le personnel s'occupe des ailerons avant et arrière. Quelques réparations ici et là, un bout de scotch noir pour lui redonner son apparence initiale. Et masque les chocs entre le carbone et la piste. Le tout pour lui redonner son efficacité.

© Morgan Parmentier

Un peu plus haut sur le circuit, au niveau du village, rien n'a encore vraiment pris vie. Les stands Michelin, Ferrari ou encore Peugeot ne sont composés que de quatre murs, un toit et une moquette. En fin de matinée, quelques éléments sont arrivés. Chez le manufacturier, la 499P reste bien cachée sous sa bâche. La même hypercar, en jaune, est également planquée en face chez la Scuderia.

Le stand Good Year a attiré les quelques rares spectateurs déjà présents ce lundi matin. Un camion blanc, toutes portes ouvertes, contenait la Nascar du Garage 56 qui a participé à la course l'an dernier. Délicatement, une équipe s'est chargée de lui faire quitter sa navette pour la poser sur son emplacement.

© Morgan Parmentier /

L'opération, commandée par une poignée d'Italiens, a été méticuleuse et a duré une grosse dizaine de minutes. Le bolide devait être placé au centimètre près sur l'espace qui lui était dédié.

À midi, Corvette a comme d'habitude réveillé le paddock avec sa sirène bruyante, synonyme d'appel au casse-croûte. Quelques pilotes ont fait ainsi leur apparition. Notamment dans le team Jota. Ils n'ont pas pu échapper à la demande d'autographe d'une commissaire de piste, présente avec sa pochette remplie d'éléments à faire dédicacer.

Si cette première journée est assez calme, cela devrait monter d'un cran en intensité demain, avec la visite du paddock et le pit stop challenge.

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut