24 Heures du Mans 2024 - Les perspectives par constructeurs : Alpine

WEC. Les premiers essais libres de la 92e édition débuteront ce mercredi : l'occasion de jauger, avant que les choses sérieuses ne commencent, ce que peuvent espérer les quelque quatorze constructeurs engagés en Hypercar et en LMGT3. Alpine fait son retour dans la classe reine, avec cette fois une véritable Hypercar. Et des ambitions mesurées.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Avec l'A424, Alpine veut briller au Mans, à son niveau.
© Alpine / Avec l'A424, Alpine veut briller au Mans, à son niveau.

Les victoires s'étaient enfilées comme des perles au Mans pour Alpine, durant ses années LMP2. Le passage provisoire en Hypercar, avec une LMP1 bridée, puis la transition en P2 de l'an dernier, a rapporté moins de succès, mais c'était pour mieux préparer l'arrivée dans l'élite de l'endurance mondiale. Ce qui porte à deux le nombre de constructeurs français engagés en WEC cette année, aux côtés de Peugeot.

Motors Inside sans pub ?
Abonnez-vous

En l'occurrence, les sublimes A424 N°35 et N°36 sont venues au Mans pour écrire une nouvelle belle page de l'histoire d'Alpine.

Il faut aussi dire que, grâce à des courses sages depuis le début de la saison, la marque de Dieppe pointe à une surprenante 4e place au championnat des constructeurs. La N°35 était rentrée dans les points à deux reprises, tandis que les autres marques peinaient à scorer de gros points.

Evidemment, les pilotes Alpine l'avaient fait remarquer : la priorité, c'est Le Mans. Les équipes, notamment les stratèges, avaient réalisé un délice de course l'année dernière, en LMP2, en passant tout proche d'un podium. Et les troupes de Philippe Sinault se verraient bien mettre à éxécution le travail effectué en amont.

Les deux trios de pilotes sont de grande qualité. Sur la N°35, Ferdinand Habsburg fait son retour après deux courses d'absence, aux côtés de Charles Milesi et Paul-Loup Chatin. La voiture sœur, elle, pourra bénéficier de la grande expérience de Nicolas Lapierre et Matthieu Vaxivière. Mick Schumacher, lui, suivra les traces de son père, pour sa première dans la Sarthe.

Certains voyants sont au vert, mais il convient de rester réaliste : Alpine débute seulement avec son Hypercar et seuls des faits de course pourraient lui permettre de se bagarrer avec les leaders. Il s'agira d'un apprentissage sur 24 heures, qui aura certainement son effet pour, d'ici l'année prochaine, s'engager possiblement en IMSA.

Cela sera également l'occasion pour Oreca, le fournisseur du châssis d'Alpine, de montrer son savoir-faire en matière de grandes courses d'endurance. La preuve a été donnée via Acura, outre-Atlantique, que la firme française savait fournir un matériel gagnant. Ce serait une belle victoire pour Hugues de Chaunac, le patron d'Oreca, que de ramener des points du Mans, dès la première sortie de l'Hypercar dans la Sarthe.

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut