Un résultat "pas complètement satisfaisant" pour Peugeot aux 24 Heures du Mans

WEC. Les deux Peugeot 9X8 ont vu l'arrivée des 24 Heures du Mans. Mais elles ont terminé en dehors de la zone des points.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Les Peugeot n'ont pas connu de soucis particulier en termes de fiabilité au Mans.
© Motors Inside / Bastien Dauby / Les Peugeot n'ont pas connu de soucis particulier en termes de fiabilité au Mans.

Si proches, mais si loin à la fin. Les Peugeot ont bouclé cette 92e édition des 24 Heures du Mans aux 11e et 12e places. Soit en dehors de la zone des points. Un résultat qui n'est pas une bonne nouvelle pour la marque française. Pourtant, en analysant les performances des 9X8, on remarque qu'elles n'ont terminé qu'à deux tours de la Ferrari #50. Ce qui n'est pas si mal.

Motors Inside sans pub ?
Abonnez-vous

« Si le résultat n'est pas complètement satisfaisant, il est honorable et récompense l'énorme travail fait par toutes les équipes de Peugeot Sport. On a rendu une copie parfaite en termes de fiabilité, ce qui est l'exigence première en sport automobile et des clients Peugeot. Nos voitures ont roulé 24 heures dans un environnement d'une sévérité extrême. Cela concrétise l'énorme travail et toute la rigueur dans l'exécution », analyse Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport.

Pourtant si à l'aise sous la pluie mancelle l'an dernier, les Peugeot version 2024 n'ont pas réussi à tirer leur épingle du jeu. Déjà car les spécificités de la nouvelle Lionne ne leur permettent pas d'aller aussi vite qu'avec l'ancienne. Mais aussi parce que la course a été neutralisée pendant plus de trois heures en raison des conditions météorologiques.

« On s'attendait à une course compliquée vu les conditions météo et on n'a pas été déçus. Il y a eu une longue interruption dans la nuit. Notre choix de pneus pluie en début de course n'était pas le meilleur, après coup c'est vrai qu'on aurait dû rester en slicks, mais on a choisi la sécurité. On a été distancés et on a perdu le tour du leader. On a réussi à revenir à un tour, mais les voitures de tête roulaient plus vite que nous. Je retiens la fiabilité des voitures. Maintenant il faut trouver de la vitesse pour se battre avec les meilleurs », ajoute Olivier Jansonnie, directeur technique Peugeot Sport.

Chez Peugeot, il y a donc un sentiment partagé sur le résultat de la plus grande course d'endurance au monde. À la fois, on se satisfait de la fiabilité des deux Hypercars. Mais d'un autre côté, on est conscient que les 9X8 manquent de rythme par rapport au reste du plateau.

Pour progresser, pilotes, ingénieurs et tout le personnel devront plancher sur l'analyse des données pour trouver des réglages optimums pour la suite du championnat. Mais le temps presse. La prochaine course est dans moins d'un mois. Tout le WEC a rendez-vous au Brésil le 14 juillet.

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut