Ayrton Senna, le mythe : Prost à la retraite, la fin d'une époque
Le podium d'Adélaïde en 1993 est le dernier d'une longue série avec Prost et Senna, comme ici, au Grand Prix du Canada 1988.
Retour

Ayrton Senna, le mythe : Prost à la retraite, la fin d'une époque

 Icon For Chat#6  2 commentaires
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Le podium d'Adélaïde en 1993 est le dernier d'une longue série avec Prost et Senna, comme ici, au Grand Prix du Canada 1988.

2014 marque un bien triste anniversaire : celui du décès d'Ayrton Senna il y a vingt ans. Pendant l'hiver, Retour de volant vous propose de rouler dans les traces du triple champion du monde brésilien mythifié après le 1er mai 1994. Aujourd'hui, retour sur la retraite de son vieux rival, Alain Prost. A Adélaïde 1993, le podium est chargé d'émotion.

Finalement, 1993 a fortement ressemblé à 1992 pour Senna. La Williams-Renault était devant. Seule l'image du rival a changé, perdant sa moustache pour des bouclettes brunes. L'état d'esprit du Brésilien a pourtant été fort différent. Son pilotage a brillé de mille feux, notamment à Donington, où il a ridiculisé tout le monde. Il a déjoué les pronostics en menant le championnat du monde. Une sensation du travail accompli lui permet d'être serein, au moment de disputer ses dernières courses pour McLaren. La bataille était trop rude. Sur des circuits rapides comme Montréal, Silverstone ou encore Hockenheim, le moteur Ford V8 HB est bien trop poussif face au V10 Renault, Impuissant, le Brésilien voit son vieux rival Alain Prost se diriger tranquillement vers une quatrième couronne. Mais pas sans coups d'éclat, comme la magnifique empoignade qui a opposé les deux champions en Angleterre.

Parti quatrième, Senna réussit un excellent départ et double Prost. Décidé à ne pas céder, il utilise tous les arcanes du pilote « blessé » pour empêcher le Français de passer : freinages à la limite, trajectoires défensives, énorme prise de risque. Le duel dure six tours avant qu’Alain Prost ne réussisse à passer. Six tours durant lesquels le temps s’arrête. Six tours gravés dans les mémoires comme un des plus beaux combats entre ces deux monstres sacrés du sport automobile. Six tours à l'image de la situation au championnat : une résistance héroïque mais inutile. Au Portugal, deux manches avant la fin de la saison, Prost remporte définitivement le titre de champion du monde 1993.

La voie vers Williams-Renault se libère



Estoril est décisif à plus d'un titre. Prost annonce sa retraite. Williams-Renault, la meileure écurie du plateau, est maintenant prête à accueillir Ayrton Senna. Le Brésilien est libéré d'un poids. Il remporte la course au Japon après un duel de haute lutte contre Alain Prost. Alors que tout le monde s’attend à une réconciliation et que les deux pilotes sont côte à côte sur le podium, rien de spécial ne se passe. Quelques années plus tard, Prost se rappelle : « Avant la course de Suzuka, nous avions prévu une certaine forme de réconciliation. Nous nous sommes retrouvés sur le podium, mais rien ne s’est produit. J’étais déçu, mais j’ai compris qu’il fallait que ça vienne de lui, pas de moi. C’était toute l’ambiguïté du personnage. Il voulait avoir la maîtrise de la situation et ne montrer aucune faiblesse. Surtout vis-à-vis de moi. »

Première ligne nostalgique



Deux semaines plus tard, un intense sentiment de nostalgie règne sur la grille de départ. Une dernière fois, les deux frères ennemis partagent la première ligne. Comme un symbole, Senna ne laisse aucune chance à Prost de remporter la dernière course de sa carrière. Pour la dernière fois de la sienne, il monte sur la première marche du podium. Plus jamais il n'entendra retentir l'hymne brésilien.

Aussitôt la course terminée, Senna montre un tout autre visage. Il discute avec Prost en allant vers le podium, lui dit qu’il va s’ennuyer, qu’il devrait encore rester un an ou deux. Avant que ne soient joués les hymnes, les désormais anciens rivaux se serrent la main. Senna invite Prost à le rejoindre sur la première marche. L'image est belle. Sept titres de champion du monde sont réunis. Des années de combats fratricides prennent fin.

Leur carrière respective est tellement liée à celle de l'autre que le Brésilien sent qu’il va perdre une partie de lui-même. Le Français est un repère que Senna souhaitait battre par-dessus tout. La référence. Difficile de la voir disparaître subitement. « Le soir de la course d’Adélaïde, il m’a encore demandé si je m’arrêtais vraiment de courir. Il doutait de ma décision, croyait à un piège. » Maintenant, c’est lui qui va devenir la référence pour les plus jeunes et il va devoir apprendre à gérer ce nouveau statut. De nouveaux défis l’attendent : la nouvelle génération des jeunes loups, emmenée par Michael Schumacher, Damon Hill ou Mika Hakkinen, et surtout, la Williams-Renault dont il a rêvée ces dernières années et avec laquelle il espère battre tous les records.

(A suivre...)

Retrouvez les autres articles de la biographie :

Ayrton Senna, le mythe : le funambule n'a pas peur de l'eau

Ayrton Senna, le mythe : "Magic" émerge du déluge
Ayrton Senna, le mythe : d'un souffle...
Ayrton Senna, le mythe : début de règne à Monaco
Ayrton Senna, le mythe : l'aura mystique de "Magic"
Ayrton Senna, le mythe : champion du monde !
Ayrton Senna, le mythe : Imola 1989, la déchirure...
Ayrton Senna, le mythe : Quitte ou double à Hondaland
Ayrton Senna, le mythe : Règlement de comptes à O.K. Suzuka
Ayrton Senna, le mythe : Prophète en son pays
Ayrton Senna, le mythe : Gerhard Berger, le meilleur pote
Ayrton Senna, le mythe : Le miracle de Monaco 1992
Ayrton Senna, le mythe : Schumacher, Prost et Williams, sources de frustration
Ayrton Senna, le mythe : "Magic" marche sur l'eau à Donington
 Icon For Chat#6  2 commentaires

    Icon For Contact#1
    Aifaim, 13 Mar. 2014, 16:52

    Kyalami n'a pas été mal non plus dans le genre avec les trois protagonistes (sur youtube également). Rétrospectivement, en nombre de titres mondiaux, elles valent cher, ces bagarres !!


    Icon For Contact#1
    MercipourtoutAyrton, 14 Mar. 2014, 1:55

    quelle belle saison ! quels beaux duels! quelle belle fin de carrière (à trois courses près) pour ces deux champions ! quel formidable pilote, ce Senna. Ce qu'il a fait cette année avec cette Mclaren est exceptionnel... Bien aimé l'article... Bon, on y est les gars... 2014 commence! Excellente saison à tous et à toute


divider graphic

Les autres magazines

Top