> > > > Nico Rosberg crédule, ne s'attendait pas à la tactique finale de Lewis Hamilton !

Nico Rosberg crédule, ne s'attendait pas à la tactique finale de Lewis Hamilton !

Nico Rosberg a dû finalement attendre son 206ème Grand Prix et les 55 dernières boucles à Abu Dhabi avant d’être sacré Champion du monde pour la première fois de sa carrière. À n’en pas douter cette course – et en particulier les dix derniers tours - resteront gravés dans sa mémoire, en particulier lorsque Lewis Hamilton a décidé de ralentir son rythme pour que les poursuivants jouent un rôle dans la décision du titre.

© Mercedes - Nico Rosberg a tenu sous la pression et la tactique de Lewis Hamilton© Mercedes - Nico Rosberg a tenu sous la pression et la tactique de Lewis Hamilton

Le tout récent Champion du monde 2016 est revenu dans les colonnes d’Autosport sur les points cruciaux de sa course à Yas Marina et en particulier les moments les plus tendus où tout pouvait virer à la catastrophe pour lui, notamment lorsqu’il comprit en fin de course que son rival et coéquipier ralentissait délibérément afin de permettre à leurs concurrents de revenir sur eux.

Auparavant, l’Allemand a dû faire face à Max Verstappen, derrière lequel il était ressorti lors de son premier arrêt. Et difficile de ne pas envisager le pire lorsque son ingénieur de course l’a informé qu’il devait absolument passer Max Verstappen alors second : « J’ai entendu Tony (son ingénieur de course) dire que c’était capital de passer Verstappen pour le championnat. Je me suis dit Mon dieu. Ce n’est pas une bonne chose d’entendre ça. C’était mauvais, un sentiment horrible. »

Finalement il vint à bout du Néerlandais, et a peut-être effectué le dépassement de sa carrière sur cette action : « Au moment où j’ai réalisé que je l’avais dépassé, c’était un sentiment que je n’avais jamais eu avant dans une voiture. »

Mais il n’en avait pas encore terminé pour autant avec l’augmentation de ses pulsations cardiaques, car il ne s’attendait pas du tout à ce que Lewis Hamilton ralentisse son rythme de course lors des dix derniers tours, afin de tout tenter pour l’obtention du titre mondial. Pour cela, le Britannique avait besoin que la meute des poursuivants (Red Bull et Ferrari) reviennent sur eux et éjecte Nico Rosberg du podium.

Sur ce point, malgré les suggestions officielles de Christian Horner à Lewis Hamilton de ralentir en course, le lauréat 2016 était à milles lieux d’imaginer que ce scénario se produirait : « Je ne m’attendais pas à ça. C’est peut-être naïf de ma part mais je ne m’attendais pas du tout à ça. Mais en même temps, vous pouvez comprendre Lewis parce que c’est un championnat du monde. Nous sommes là pour lutter et nous sommes des pilotes de course. Donc vous pouvez comprendre qu’il ait voulu essayer quelque chose. »

Lewis Hamilton avait d’ailleurs ignoré la directive de Paddy Lowe lui intimant d’augmenter son rythme de course, au risque probable de perdre la victoire.

Néanmoins, au moment où le leader du Championnat comprit ce qu’était entrain de manœuvrer Lewis Hamilton, il eut des sueurs froides : « Je les voyais se rapprocher (Verstappen et Vettel) et avec ce qu’était entrain de faire Lewis, nous ne savions pas jusqu’où il allait pousser. Il aurait pu aller encore plus loin et cela aurait été un vrai gâchis. Je ne savais pas à quoi m’attendre et c’était aussi très difficile. »

Puis ce fut au tour de Sebastian Vettel paré des super-softs de se manifester dans les rétroviseurs de Nico Rosberg, à cette vue son ingénieur de course tenta de le conforter en lui rappelant qu’il n’avait besoin que d’une troisième place pour être sacré. Or, l’Allemand avait conscience que c’était s’exposer au retour de Max Verstappen à une seconde des trois premiers : « J’avais Vettel et Verstappen directement derrière moi. Je voulais essayer de tenir ma seconde place parce que je savais que si je rétrogradais, qui sait ce qui allait se produire ensuite juste devant. Et Verstappen était juste derrière et je ne tenais pas à ce qu’il soit juste derrière moi à la fin. »

On peut alors se demander pourquoi, Nico Rosberg n’a pas tenté de dépassement sur Lewis Hamilton qui délivrait un faux rythme : « Je ne pouvais pas. J’ai essayé quelque fois mais Lewis protégeait bien sa position. Il poussait fort à la sortie du 21ème virage à l’entame du premier secteur jusqu’à la moitié du deuxième et c’est là que vous pouvez dépasser. Je ne pouvais pas être plus près, il a la même voiture que moi. Puis il ralentissait dans la partie où je ne pouvais pas doubler. Il le faisait à la perfection et il n’y avait aucun moyen pour moi. »

Au terme d’une fin de saison plus palpitante pour les spectateurs mais pleine de tensions pour les deux acteurs concernés, le Champion du monde 2016 put enfin reconnaître qu’il a vécu des moments critiques malgré une approche course après course et positive : « Je suis toujours optimiste mais il y a toujours des moments où cela devient compliqué. Même là durant la course, il y a eu des moments terriblement difficiles, comme lorsque je me suis retrouvé derrière Verstappen et à la fin de la course. C’est dur de rester optimiste dans pareille situation. »


Bilan, Rosberg et Yas Marina Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.