> > > > Manor de nouveau proche de la faillite

Manor de nouveau proche de la faillite

Deux ans après son sauvetage in extremis, Manor se retrouve de nouveau dans une situation financière très difficile. Elle pourrait être contrainte à la faillite avant le début de la saison.

© Manor - Manor pourrait être au crépuscule de son existence en F1© Manor - Manor pourrait être au crépuscule de son existence en F1

Au cours de l'hiver 2014-2015, Manor avait déjà été tout proche de disparaitre des paddocks, après avoir manqué les trois dernières épreuves de la saison précédente. Finalement, une situation avait été trouvée au dernier moment.

Mais deux ans plus tard, la situation semble se répéter avec de nouveaux gros doutes sur la survie de la petite équipe. Ainsi Matthew Sommers a indiqué aujourd'hui qu'il avait reçu l'information de la part d'un membre de l'équipe qu'un nouveau processus de mise en administration judiciaire pourrait être mise en place très prochainement : « Après avoir diffusé l'information bienvenue d'un potentiel rachat juste avant Noël, c'est avec grande tristesse que je dois rapporter la nouvelle de l'arrêt de Manor Racing. Ma source, qui m'avait fourni l'information d'un potentiel rachat par un consortium asiatique, m'a contacté hier soir avec le coeur lourd pour me faire savoir que l'accord avait échoué et que les propriétaires actuels ne souhaitent plus supporter les coûts financiers de l'équipe. »

Pourtant, à Abu Dhabi, Stephen Fitzpatrick, le propriétaire de l'équipe, avait tenu à faire savoir qu'un accord avait été trouvé avec un nouvel investisseur : « Nous avons trouvé un accord avec un investisseur et nous sommes encore en train de travailler là-dessus. Je ne peux donc pas rentrer dans le détail. »

Parmi les potentiels repreneurs, on retrouvait ainsi des noms familiers puisqu'un premier consortium était mené par Tavo Hellmund, l'homme à l'origine de l'arrivée de la F1 à Austin. De même, le nom de Ron Dennis a également été mentionné puisque l'homme d'affaires est désormais libre de ses engagements vis-à-vis de McLaren tandis que Graeme Lowdon se serait également montré intéressé pour revenir aux commandes de l'équipe qu'il a créé.

Un autre nom important est également apparu et pourrait présenter une solution de sauvetage, à savoir le milliardaire Ricardo Gelael. Le père du pilote de GP2 Sean Gelael, il est également le protecteur d'Antonio Giovinazzi, qui vient de devenir le troisième pilote Ferrari. Une solution pourrait donc être trouvée pour placer le jeune pilote sur la grille tout en offrant une forte visibilité à la filiale indonésienne de KFC.

Alors que l'échéance des premiers essais hivernaux approche à grands pas, les prochaines semaines s'annoncent donc intenses pour les dirigeants à la tête d'une équipe qui emploie plus de 200 personnes et qui viennent d'être informés de cette mise en administration judiciaire.

Avec la participation de www.racingbusiness.fr


Manor Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




4 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
L'IMBROGLIO MANOR

La situation de l'écurie Manor évolue sans avancer. Personne souhaite assister à son naufrage mais si un sauvetage survient, il se fera, du point de vue sportif, dans de mauvaises conditions.

La limite pour trouver un repreneur était le week-end prochain. Elle est repoussée à la fin du mois. Une bonne nouvelle concrétisée par une reprise des négociations avec un des susceptibles repreneurs et des salaires du personnel versés pour Janvier.

La (sur)vie ou la mort. Mais si la plus faible équipe du plateau en réchappe, il faut trouver les moyens techniques et financiers pour poursuivre la mise au point de la monoplace. Inutile de se voiler la face : Même si le travail s'est poursuivi, il est sans commune mesure avec ce qu'ont pu faire les adversaires, y compris les plus petits.

Le premier compromis secourable, c'est le châssis : Celui de 2016 adapté à la réglementation nouvelle serait validé, éventuellement sans crash-test si les modifications sont mineures. Sur le plan du temps et de l'argent, c'est presque inestimable pour une structure qui pourra aussi faire l'impasse sur le tout début de saison si les monoplaces ne sont pas opérationnelles.

On ne parle pas du propulseur. La moins mauvaise solution serait de conserver le Mercedes 2016 pour réduire encore les adaptations techniques. Il faudra au futur propriétaire prouver qu'il a les moyens de ses ambitions.

Les pilotes constituent le dernier volet du problème, leur apport financier et leur super-licence (tout de même !) suffiront pour embarquer sur la galère.

Si tout se met en place, les Manor retrouveront les grilles de départ... en dernière ligne à la limite des temps de qualification requis, comme en 2015. Toute autre scénario est à l'heure actuelle du domaine du rêve et constituerait une infinie et bonne surprise.
Il y a 3 mois
Nicolas
Nicolas :
A tout prendre, si Manor devait faire faillite, je préférerai que ce soit maintenant. L'équipe s'est débattue le plus possible pour survivre et a même eu des résultats prouvant que la démarche, contrairement aux insinuations malsaines de Bernie Ecclestone, n'était pas de juste encaisser le bénéfice de la performance de Jules Bianchi mais bel et bien de continuer à courir.
Le fait est que rester en dernière position pour une petite équipe retire la majeure partie des chances de rester en lice. Dès lors, quel intérêt de se ruiner en F1 ?

D'un autre côté, l'équipe semble toujours susciter l'intérêt d'acteurs significatifs. Les noms évoqués permettraient de reprendre la structure en main, mais quel terrible handicap que le manque de développement !
Au passage, Graeme Lowdon reviendrait renforcé, son absence s'étant traduite par un manque de performance insuffisamment compensé par le moteur Mercedes. Car le moteur ne pouvait pas tout faire et on a bien pu voir que malgré la vitesse de pointe remarquable en 2016, le châssis en faisait perdre tout le bénéfice dans les secteurs lents. Reprendre cette base ne serait pas une régression mais pas un progrès non plus car il va falloir trouver beaucoup plus d'appui pour 2017, pas facile avec des modifs mineures ne requérant pas de crash-test.

Cette histoire nous rappelle que les modèles économiques de la F1 sont très fragiles et que le système de répartition des revenus réduit significativement les chances du dernier de survivre bien longtemps. Un peu plus et c'était Sauber qui se serait trouvée dans cette situation, comme quoi il n'y a pas que Manor qui souffre du système.
Il y a 3 mois
Aifaim
Aifaim :
Manor est peut-être sauvée : Une offre ferme est déposée et les discussions ne traîneront pas : L'investisseur a donné la date du 20 janvier comme dernier délai pour obtenir une réponse.

Passée cette date, l'offre tiendrait toujours mais minorée du fait des difficultés supplémentaires pour préparer à temps les monoplaces.
Il y a 3 mois
AP01
AP01 :
Je me demande si, plutôt que de recopier des articles lus sur d'autre sites, mettre un lien vers le ne serait pas plus correct... ?! www.actuf1.com/article/166628
Il y a 3 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.