> > > > Matt Bishop quitte McLaren

Matt Bishop quitte McLaren

Un nouveau cadre dirigeant de McLaren quitte l'équipe : Matt Bishop, directeur de la communication, a décidé de remettre sa démission mais compte rester en F1.

© McLaren - Matt Bishop veut de nouveaux challenges© McLaren - Matt Bishop veut de nouveaux challenges

Depuis le changement de motoriste, McLaren est loin de sa gloire passée et les points ramenés par les deux pilotes lors du dernier Grand Prix de Hongrie ne sont qu'une éclaircie dans une saison bien terne.

Dans ce contexte, Matt Bishop, le directeur de la communication de l'équipe et du groupe, a décidé de quitter Woking, comme il l'a lui même annoncé : « Après beaucoup de réflexion, j'ai décidé de quitter McLaren, une entreprise que j'ai aimé et servi pendant 10 années parfois fabuleuses et occasionnellement difficiles. C'était une décision difficile mais c'était la bonne : c'est le bon moment. »

Mais cette figure du paddock ne devrait pas s'éloigner beaucoup d'un sport qui le passionne. Il est ainsi fort probable qu'une annonce ait lieu dans un futur plus ou moins proche, potentiellement du côté de chez Liberty Media : « Les récents changements dans le capital et la direction de la Formule 1 en ont fait une entreprise encore plus excitante où travailler. Avec mon désir d'élargir mon horizon professionnel, j'ai l'intention de me reposer et réfléchir avant d'examiner quels nouveaux challenges je serai en mesure de relever. »

Zak Brown, le président du groupe, a ainsi commenté l'annonce de son désormais ex-directeur : « Je respecte toujours l'ambition et je sais que les opportunités en Formule 1 pour Matt sont nombreuses et variées. Etant donnée l'époque excitante de notre sport, je peux comprendre qu'il souhaite suivre de telles opportunités. »

Il ne reste donc plus qu'à savoir où ira l'ancien journaliste et directeur en chef du magazine F1 Racing, qui a rejoint McLaren lors de la saison 2008, année du dernier sacre en date de l'équipe.

Avec la participation de www.racingbusiness.fr


McLaren Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




8 réactions sur cet article Donnez votre avis
chris_lo
chris_lo :
entre les résultats, les sponsors, les dirigeants et bientôt les pilotes ? tout le monde fuit le navire !
Il y a 15 jours
Marc Diskus
Marc Diskus :
Les propos d'Yusuke Hasegawa , dont je ne dévoilerai pas les sources à la demande du site éditeur d'articles sur la F1 , confirment que l'équipe continue de travailler d'arrache-pied sur le PU pour cette année et l'an prochain . Honda sera présent en 2018 . Une 4° spécification moteur sera peut-être présente après les vacances .

Après la démission de Matt Bishop pour insuffisance de résultats de McLaren Honda , Zak Brown et ses actionnaires attendent assurément quelques exploits de ses pilotes d'ici la fin de saison , pour prendre une décision sur leur motorisation 2018 . On parlait de Mercedes à Woking mais McLaren/Honda en 2018 , pourquoi pas . Les paroles plutôt déterminées de Hasegawa laissent planer un sérieux doute .



Il y a 2 jours
AP01
AP01 :
"dont je ne dévoilerai pas les sources à la demande du site éditeur d'articles sur la F1 " Trop drôle... On ne peut pas interdire de citer des sources mais encore faut-il qu'il y ait une citation !
Voici quand même le lien pour l'article complet : www.actuf1.com/article/210433

L'honnêteté intellectuelle n'est pas bien partagée ici-bas...
Il y a 1 jour
Aifaim
Aifaim :
Marc Diskus@, Spa et Monza vont jouer un rôle très important tant pour le choix de McLaren - mais en existe-t-il réellement un ? - que pour celui d'Alonso.

Le propulseur de ce dernier n'a qu'un GP dans sa longévité avant d'être confronté à deux courses qui solliciteront beaucoup plus sa résistance. Vandoorne n'a un GP supplémentaire. Autrement dit, si l'une ou a fortiori les deux McLaren passent ce test redoutable sans encombre, la fiabilité aura véritablement franchi un palier.

C'est ce que la firme japonaise espère et la condition sine qua non pour dépasser Renault d'ici la fin de saison. L'objectif paraissait bien téméraire avant la Hongrie, il l'est un peu moins aujourd'hui. Et c'est tant mieux !
Il y a 1 jour
Marc Diskus
Marc Diskus :
AP01@ : Je ne répondrai plus à vos insultes . L'honnêteté intellectuelle , commencez à l'appliquer à vous-même .

Alfaim@ : je partage tout à fait votre opinion mais un acte de bravoure est toujours possible avec Fernando Alonso et peut-être aussi Stoffel Vandoorne , dont l'implication dans de bons résultats pour les deux pilotes est juste remarquable après un début de saison ......les mots me manquent .
Il y a 1 jour
Aifaim
Aifaim :
Marc Diskus@, les pilotes McLaren font mieux que ce que leur attelage leur offre chaque fois que le matériel a le bon goût de passer la ligne d'arrivée. Donc, ce que vous appelez "un acte de bravoure" sera certainement de mise lors des prochaines courses. Le tout sera, pour le téléspectateur, de s'en rendre compte et ce n'est pas si évident que cela. Souvent un exploit se mesure au résultat brut, c'est-à-dire par comparaison avec celui des adversaires. C'est logique, concret mais pas obligatoirement suffisant pour repérer certains mérites hors normes. Si la puissance n'est pas au rendez-vous, il est difficile de briller même en disputant "la course de sa vie".

Le châssis McLaren reste un atout important dans les endroits délicats des circuits à venir. Malheureusement, on ne peut plus trop compter sur les phénomènes d'aspiration pour rouler au-dessus des moyens de sa monoplace.
Il y a 1 jour
Aifaim
Aifaim :
Marc Diskus@, disposer d'une monoplace moins puissante mais néanmoins réussir à se bien classer, c'est arrivé à Spa en 1983.

C'est l'année où il fallait un turbo. Les Cosworth étaient définitivement handicapés face aux Renault, Ferrari, BMW notamment.

A Spa, Rosberg va prendre tous les risques pour rester dans le sillage des turbos, rattrapant en courbe et en freinage ce qu'il perdait en accélération. En ligne droite, à l'époque, l'aspiration avait encore un petit rôle à jouer. La Williams était un bon châssis mais tout de même : Parce qu'il n'en demanda pas plus qu'elle ne pouvait, son équipier, Laffite, termina à une quarantaine de secondes.

Alors, pourquoi ne pas espérer que l'excellent châssis McLaren, le talentueux Alonso et le DRS, bien servis par une fiabilité indispensable ne réussiraient pas un bon classsement ?

NB. Spa 1983 est in extenso sur YouTube...
Il y a 9 heures
Marc Diskus
Marc Diskus :
Alfaim@ : votre petit rappel historique sur Spa 1983 ( j'apprécie beaucoup ) dans l'esprit David contre Goliath , montre qu'en course automobile l'espoir fait vivre .

Les pilotes McLaren seront certainement pénalisés à Spa après l'eau rouge et le raidillon dans la longue ligne droite de kemmel mais devraient se rattraper aux combes , malmédy , rivage et pouhon .

Pourvu que Honda amène sa dernière version de son PU si elle donne satisfaction à l'usine , ce qui serait peut-être un atout supplémentaire aux pilotes .

Et si Fernando Alonso répétait l'Histoire de Kéké ?
Il y a 6 heures
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.