> > > > Raikkonen : "Si vous voulez que je le laisse passer, dites-le moi simplement"

Raikkonen : "Si vous voulez que je le laisse passer, dites-le moi simplement"

Avant de partir à la faute, Vettel, alors en deuxième position, fait comprendre à son écurie qu'il y a nécessité de faire passer une consigne à Raikkonen. Retour sur la stratégie d'équipe de la Scuderia Ferrari !

© Scuderia Ferrari - Une consigne d'équipe finalement pour rien, mais qui fait quand même parler !© Scuderia Ferrari - Une consigne d'équipe finalement pour rien, mais qui fait quand même parler !

Valtteri Bottas n'est pas le seul pilote à avoir du s'effacer au profit de son coéquipier sur le circuit d'Hockenheim. En effet, Kimi Raikkonen a lui aussi fait les frais de la stratégie d'équipe.

Retour sur la situation en course :

C'est au tour 34 que tout commence. Agacé de perdre du temps derrière son co-équipier, Sebastian Vettel lance ce message à la radio : « C'est stupide cette situation. Je perds du temps, je détruis mes pneus et je suis plus rapide » L'Allemand roule alors en tendres, avec des gommes plus fraîches que son coéquipier à ce moment du Grand Prix. Raikkonen s'était en effet arrêté au 14e tour pour chausser son train de pneumatiques... soit onze tours plus tôt que Vettel. Les pneus de Raikkonen présentaient à ce moment des traces importantes de cloquage.

Le message est passé à l'équipe : Vettel veut passer Raikkonen. La marque au Cheval cabré fait la sourde oreille jusqu'au 37ème tour où son quadruple champion du monde attaque de plus belle : il est facilement capable d'aller plus vite que son partenaire de garage. Frileuse à l'idée de donner la consigne, l'écurie cherche auprès de Vettel les justifications nécessaire à cette prise de décision. La directive est passée au 39e tour, de façon peu claire au début.

La scène a même amené Raikkonen à demander un éclaircissement à l'ingénieur Jock Clear. «Si vous voulez que je le laisse passer, dites-le moi simplement ... » Juste après la confirmation de ce qui est en fait un ordre déguisé, Raikkonen s'exécute, la Ferrari #5 prend la tête. La stratégie paraît payante. Toutefois, elle ne permettra pas à Vettel de gravir la plus haute marche du podium, son leader étant victime d'un accident au tour 52.

La réaction après course de Raikkonen :

C'est bien la déception qui prime essentiellement dans la voix du Finlandais au micro de David Coulthard à l'arrivée. Lorsque ce dernier interroge le pilote de 38 ans sur les consignes de course, il déclare simplement, stoïque comme à son habitude : « on a certaines règles mais pour moi ce n'était pas clair. »

Quoi qu'il en soit, Vettel a bien changé en quelques mois. Celui qui refusait en 2017 les consignes d'équipe dans sa bataille pour le titre avec Hamilton, a cette fois poussé son écurie à demander à Raikkonen de s'effacer à son profit. Pouvait-il en être autrement ? La pratique a aussi touchée Mercedes, qui a verrouillé les positions lors de la relance post Safety Car, alors que Bottas pouvait largement dépasser Hamilton. Dans cette saison incroyablement serrée, chaque point comptera. La quête du titre mondial des pilotes est à ce prix.


Hockenheim, Ferrari et Raikkonen Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




13 réactions sur cet article Donnez votre avis
dahou ouabou
dahou ouabou :
Celui qui refusait en 2017 les consignes d'équipe dans sa bataille pour le titre avec Hamilton, a cette fois poussé son écurie à demander à raikkonen de s'effacer à son profit.
Je ne sais pas si vous êtes au courant qu'il s'agit de l'équipe en rouge, et que, ce n'est pas le début de saison en ce moment.
Ils eurent fait l'inverse de ce qu'ils ont commencé. Quelle est donc la logique ?
On ne comprend pas bien qu'est-ce qu'il a refusé en 2017 ?. La logique elle s'appelle ferrari.
C'était envisagé qu'il (raikkonen) entre aux tours 14 ? , puisqu'il n'a rien à dire là deçu. Bah !!! , alors pourquoi il se plaint. Pour mercedes idem.
Il y a 11 mois
Tat
Tat :
"...alors que Bottas pouvait largement dépasser Hamilton."
Vous en êtes sûre, Madame?
Il y a 11 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Je trouve Raîkkönen très diplomate dans l'acceptation des consignes de la Scuderia en disant simplement qu'elles n'était pas claires . On ne peut pas mieux ménager la chèvre et le chou pour un pilote en fin de carrière et qui fait un boulot formidable .

Après mes préférences partiales pour le doyen du championnat le plus prestigieux de la course automobile , je me demande aujourd'hui si la Scuderia n'a pas misé sur le moins bon cheval " cabré " .
Il y a 11 mois
Aifaim
Aifaim :
Les consignes d'équipe dans une écurie qui joue le titre ne me choquent pas. Chez Ferrari, elles datent, en Formule 1 de ... 1950... et non pas de l'arrivée de Jean Todt. C'est dans les années 60 qu'elles étaient les pires, entachées d'un chauvinisme exacerbé

Plus intéressant, c'est qu'il n'y a pas eu de collusion pour freiner la remontée des "déclassés" de la grille. C'est même paradoxal : On s'écarte ou, tout du moins, on freine le moins possible un Ricciardo ou un Hamilton - merci les rétros ou plutôt la radio - mais lorsqu'on se fait prendre un tour, drapeaux bleus aidant, là, on fait sa course sans vergogne.
Il y a 11 mois
dahou ouabou
dahou ouabou :
Je suis d'accord avec vous Dr Diskus sur les relations humaines , concernant cette épisode. Mais faire machine arrière est bien trop tard.
Il y a 11 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
dahou ouabou@
Oui , c'est trop tard !
Lewis est dans une dynamique de succès . La saison comporte encore 9 GP . Mercedes et Ferrari vont persister dans leur choix de préférence pour leurs pilotes favoris , que je trouve à l'inverse de ce qui se fait sur un 100m , un 200m ou 400m en athlé international .


Ah oui ! La F1 représente plus de revenus financiers mais ça n'enlèvera jamais l'investissement total d'un pilote , après un cheminement personnel souvent difficile , pour accéder à ce statut .

Il y a 11 mois
V6 Turbo
V6 Turbo :
@Marc Diskus
J'aime bien le fait que tu soulignes les qualités de Raikko. on a tendance à ne pas assez parler de lui quand il performe. Si Vettel est de fait probablement un peu supérieur quand il faut sortir toute la quintescence d'une monoplace, le Finlandais reste à mon sens un pilote qui n'a presque rien perdu de ses qualités avec les années.
Coté anecdote, au début de cette décennie j'ai assisté en live dans les stands à un test (officiellement secret et oui!!) de Raikonnen pour une équipe d'endurance pour laquelle j'étais très impliqué. Il faisait partie d'une short list de pilotes embauchables. Bref c'était l'époque où il s'était essayé au rallye avant de tenter de retrouver un volant sur piste. Il reviendra peu de temps après à la F1 chez Lotus après s'être essayé à la Nascar. Lors de ce test privé, sans photographes ni journalistes, il nous avait surpris par sa vélocité exceptionnelle dés les premiers tours avec notre auto. C'était un team d'usine et nous comptions parmi les favoris à l'époque. L'auto n'était pas si facile à prendre en main, le défi était osé. Disposer d'un pilote d'une telle qualité aurait été pour nous un plus, surtout pour s'assurer la pôle. Outre sa rapidité en piste, bien plus rapide que le meilleur temps de certains de nos très bons pilotes maison, son contact a été tellement surréaliste à ce que je m'en souvienne, que les gars avaient gardé un souvenir très mitigé du personnage. Probablement une fausse impression mais c'était déjà Iceman! Pour ma part j'avais été impressionné par ses datas et également par la distance qu'il prenait avec la situation.
Un type qui arrive, écoute les consignes, pilote quelques tours s'en va sans émotion quelconque. L'histoire s'est terminée là, les patrons de l'équipe n'ont pas conclu, probablement pour des questions financières je suppose.
Tout cela pour dire que Raikkonen, du haut de ses 16 saisons en F1, reste aujourd'hui encore un pilote très doué naturellement mais pas facile à comprendre si l'on n'a pas un décodeur. Loin de moi de lui reprocher son attitude, mais il reste "à part" de l'avis de tous ceux qui l'on cotoyé. Ce n'est pas un type à faire des polémiques inutiles. Dans le cas de ce week-end, son comportement et surtout sa réaction est tout à fait dans la droite ligne de ce que l'on connait de lui. Coup de chance pour Hamilton, Bottas ne semble pas trop différent sur ce plan là.
Il y a 11 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Merci à toi V6 Turbo@ pour ton témoignage , qui représente la réalité d'un vécu personnel de la course automobile et qui recadre certaines idées reçues . Super .
Il y a 11 mois
Casper
Casper :
Chouette témoignage V6, Merci.

Pour la remontée des déclassés, il est très clair que toutes les autres écuries laissent passer les 3 premières, les pilotes de toutes les écuries vont même parfois jusqu'à se déporter pour laisser passer une auto qui se serait mal qualifiée ou aurait subi une pénalité. Cela rend évidemment les remontées moins homériques qu'elles n'aurait pu l'être. Quand Hamilton ou Bottas partent dernier ils savent que de toutes façons ils seront au pire P6 après 20 tours. Lorsque les 6 voitures de tête mettent de toutes façon un tour à toutes les autres, pourquoi se battre? l'erreur stratégique de red bull sur le changement de pneus était finalement sans cout puisque de toutes façons ils peuvent se permettre deux arrêts au stand en restant devant la 4eme équipe...
Cela soulève à mon avis deux points :
-l?existence de fait d'un championnat à deux divisions, qui semble évident cette année, j'ai pour ma part un faible pour la seconde division que je trouve beaucoup plus diversifiée que pour la première malgré l'excellence des 3 premiers pilotes
- les points associés à ces deux divisions : je trouve qu'il faudrait attribuer des points à un peu plus de monde pour que les places 11 et 12 apportent quelque chose. Autant je pense que donner des points à tout le monde est une mauvaise chose car la rareté rend le challenge passionnant, autant le fait de n'avoir aucune différence entre finir 16eme et 11eme me choque profondément. J'imaginerai une règle ou un poil moins des deux tiers des inscrits à un championnat inscrivent des points à 20 partants il faut rentrer dans les 12, à 22 dans les 13, à 18 dans les 11. Une sorte de mix entre la prime à l'excellence mais la carotte pour faire se battre les plus petits.
Il y a 11 mois
dahou ouabou
dahou ouabou :
Kimi il est bon , il a accepté le statut de numéro 2. Les six premières épreuves du championnats le prouvent. Dimanche dernier , comme si ferrari permettrait qu'il reste devant vettel , et que mercedes quant à lui, allait laisser bottas attaquer Hamilton . Le contraire serait d'ordre humoristique. J'aime toujours ce pilote car il m'a fait rêver avec la flèche d'argent. En 2018 il s'exprime un peu "+" sur la piste , après 2017 , ferrari ayant bien pris note qu'il fallait une deuxième auto compétitive , cela permettrait de mieux contrecarrer les mercedes.
Il y a 11 mois
Claude
Claude :
Je pense que les strategies d'équipes nuisent clairement au spectacle,si Bottas avait passé Hamilton cela aurait fait une belle bagarre pour la victoire et idem pour les deux pilotes ferrari Raikkonen etant bien parti pour remporter le grand prix,mais ce n'est qque mon avis.
Il y a 11 mois
Tat
Tat :
@Claude
Botta, armé de pneus neufs, a essayé de passer Lewis ; sans succès.
Après cet échec, l'équipe a décidé que ça suffisait, l'équipe a compris que Lewis et ses pneus usés ne se laisseraient pas faire ; et qu'il valait mieux arrêter la bagarre sous le risque évident de faire le bonheur de Ferrari par un crash des deux Mercos, et de friser le ridicule...
Certes, ça aurait été super pour Vetel, mais bon...
Il y a 11 mois
Radical SLR
Radical SLR :
La vraie perf du week-end c'est Hamilton 42 tours en à l'attaque en softs! Qui dit mieux?
Il y a 11 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.