> > > > Bilan mi-saison : Force India, sauvée des eaux !

Bilan mi-saison : Force India, sauvée des eaux !

La première moitié de saison de Force India a été marquée par ses difficultés financières, le flou concernant son avenir et enfin l'espoir, avec l'investissement d'un consortium canadien, qui sauve l'équipe de la faillite. D'un point de vue sportif, le podium de Sergio Pérez en Azerbaïdjan est le moment fort d'un championnat jusque-là moins réussi qu'en 2017.

© Force India - L'horizon est enfin dégagé pour l'équipe Force India...peut être un peu moins pour Ocon © Force India - L'horizon est enfin dégagé pour l'équipe Force India...peut être un peu moins pour Ocon

6ème au championnat des constructeurs : 59 pts

Brillante quatrième force du plateau depuis deux saisons, l'équipe Force India semblait avoir trouvé une stabilité dans la performance que l'ex-équipe Jordan, puis Midland, puis Spyker, peinait à atteindre depuis quelque temps. Malheureusement, si l'aspect sportif offrait de beaux horizons avec deux pilotes talentueux se tirant vers le haut, Sergio Pérez et l'espoir français Esteban Ocon, c'est plutôt du côté structurel qu'il fallait porter ses inquiétudes.

Vijay Mallya, l'homme d'affaire indien propriétaire de l'équipe depuis 10 ans, est en effet englué dans des soupçons de fraudes fiscales dans son pays, l'assignant à résidence sur le sol britannique et l'empêchant d'investir à bon escient dans son jouet et donc, de payer ses créanciers. La situation a pris une tournure catastrophique au matin du Grand Prix de Hongrie lorsque Sergio Pérez, poussé par d'autres membres de l'équipe, a fait placer Force India sous administration judiciaire.

Mais alors que l'avenir de l'équipe semblait suivre celui de la défunte Manor fin 2016, un consortium canadien emmené par Lawrence Stroll, père de Lance, sauve l'équipe en investissant massivement et en payant toutes les créances, mettant ainsi sur la touche l'encombrant Mallya. L'avenir de l'équipe assuré, Force India regarde désormais devant et va déjà profiter de cette manne financière inespérée pour, enfin, faire évoluer sa monoplace et redonner de l'importance principale à l'aspect sportif, jusque là délaissé.

Les pilotes

Pris en otage par le manque de développement de la VJM11, Sergio Pérez a une nouvelle fois tiré les marrons du feux en offrant un podium inespéré, lors de la chaotique course en Azerbaïdjan. Mais la dernière née de Force India a un comportement plutôt erratique et ne permet pas souvent au Mexicain de briller. Il arriva cependant à mener son bolide quatre fois en Q3. Un bilan plutôt fade pour un pilote habitué au Top 10 l'an passé, entré à 9 reprises dans les points à même époque.

Dominé dans tous les domaines par son équipier, forcé de faire placer son équipe en administration judiciaire, la saison de Pérez est l'une des plus dures depuis son année chez McLaren en 2013. Le Mexicain se doit de rebondir après une trêve estivale salvatrice. Mais il l'assure lui-même : son avenir serait assuré, chez Force India ou dans une autre équipe, comme le Haas F1 Team.


Le début de saison d'Esteban Ocon a aussi été plus compliqué que prévu. Jouant de malchance et de mauvais choix, comme à Bakou au départ, le Normand n'a marqué qu'un point dans les cinq premières courses, avant d’enchainer des résultats plus probants dominant au passage son expérimenté équipier dans l'exercice des qualifications. Le comportement en dents de scie de sa monoplace n'aide en rien, mais le Français garde à l'esprit que son premier objectif est de dominer son équipier cette année dans tous les domaines pour avoir la chance d'enfiler la combinaison Mercedes dans un futur proche. Ca ne sera pas pour 2019, Valtteri Bottas ayant prolongé. Pire, la signature de Daniel Ricciardo chez Renault lui ferme également une porte intéressante. Le statut quo chez Force India pourrait donc être la meilleur solution pour Ocon à court terme, lui qui est un bon ami de Lance Stroll dans le paddock.

Face à face... Score
1En Qualifications8-4 pour Ocon
2En Course7-4 pour Ocon

* : la statistique ne prend pas en compte les cas de double abandon (en France ici)

PiloteQualifications : nombre de top 10Qualifications : meilleure placeCourse : nombre de top 10Course : meilleure placeNombre de points au championnat
1Sergio Pérez58ème (Chine et Azerbaïdjan)53ème (Azerbaïdjan)30
2Esteban Ocon56ème (Monaco)66ème (Monaco et Autriche)29

La suite de la saison

Bien entendu, le rachat de l'équipe par Lawrence Stroll fait beaucoup parler. Il semble évident que Lance, le fils du nouveau propriétaire, ait déjà sa place chez les Roses, voire dès le Grand Prix de Belgique. Les investisseurs de Sergio Pérez vont être difficiles à déloger et c'est donc la place d'Esteban Ocon qui est la plus menacée. Seule la pression de Mercedes pourrait éviter une fin de saison prématurée au pilote normand, qui ne mérite pas de se retrouver sur la touche.

En tout cas, ce nouvel apport financier a également permis de débloquer le développement de la monoplace. Force India a du potentiel et l'a déjà prouvé ces deux dernières années en accrochant avec panache la 4ème place du championnat constructeurs. il faudra donc compter sur elle pour la deuxième partie de saison et au delà, quelque soit les pilotes derrière le volant.




Sondage : Qui sort vainqueur du duel interne entre Pérez et Ocon sur cette partie de saison ?




Bilan, Force India et 2018 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.