> > > > On vous explique comment la lourde décision de la FIA à Montréal a été décidée

On vous explique comment la lourde décision de la FIA à Montréal a été décidée

La décision, rendue aux deux tiers de la course, a clairement déterminé le futur vainqueur de la course à Montréal, donnant virtuellement la première marche du podium à Lewis Hamilton. Mais comment cette décision, pénalisant Sebastian Vettel de cinq secondes, est-elle expliquée ? Voici le compte-rendu complet des commissaires décisionnaires.

© FIA - La décision de la FIA au cœur des débats© FIA - La décision de la FIA au cœur des débats

Les commissaires, après avoir reçus de la direction de course un rapport, se sont vus confrontés aux faits suivants:

N° pilote : 5 - Sebastian Vettel

Equipe : Scuderia Ferrari

Heure : 15:13

Session: Course

Fait: La voiture n°5 sortie du circuit, a rejoint la piste de manière non-sécuritaire et a poussé une autre voiture hors de la piste.

Infraction: Impliqué dans un incident défini par l'Article 38.1 du règlement sportif de la FIA Formula One.

Décision: 5 secondes de pénalités (ainsi que 2 points de moins sur sa Super License, 7 points au total sur la période de 12 mois).

Motif: Les commissaires ont revisionné la vidéo illustrant le fait et ont déterminé que la voiture n°5, sortie du circuit au virage n°3, a rejoint la piste au virage n°4 de manière non-sécuritaire et forçant le véhicule n°44 hors du circuit. La voiture n° 44 a dû effectuer une manœuvre d'évitement pour échapper à une collision.

Il a été rappelé aux équipes qu’elles disposent du droit de faire appel de certaines décisions des Commissaires Sportifs, conformément à l’article 15 du Code Sportif de la FIA et à l’Article 9.1.1 du Règlement judiciaire et disciplinaire de la FIA, dans les délais impartis.

Notons que Ferrari a annoncé qu'un appel sera effectué vis-à-vis de cette décision controversée.



Montreal, Débat et Pénalité Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




9 réactions sur cet article Donnez votre avis
V6 Turbo
V6 Turbo :
Ce que j'ai vu:
-Seb dans le secteur 1 est sous la pression de Lewis. Ce secteur est le moins favorable à la Ferrari contrairement au troisième.
-Seb va clairement à la faute, coupe le virage en hors piste et sur l'élan tire tout droit empêchant Lewis de le dépasser au prix d'un freinage et d'une manoeuvre d'évitement qui l'oblige du coup à sortir de la piste.
Dans l'affaire, Lewis est la victime, pas le responsable de la faute de Seb. J'insiste. Je suis outré par les sifflets et les noms d'oiseau de certains spectateurs (une fois de plus...) contre Lewis à l'arrivée. Ca commence à bien faire. Merci d'ailleurs à Seb d'avoir pris la parole pour demander au public de respecter le pilote qui n'est pour rien dans cette affaire. Qui peut dire le contraire?
Mettez vous à la place de Lewis. Il accomplit (une fois de plus) un super travail toute la course, évite de justesse une collision pour laquelle il n'est pour rien et ne peut même pas en profiter. A l'arrivée il se fait siffler, injurier et reste quand même assez beau joueur en acceptant de partager symboliquement le haut du podium quelques instants avec son challenger. Mais que peut-on lui reprocher?
Par ailleurs je suis partagé sur la décision du collège des commissaires:
-d'une part ils appliquent le règlement, certes à la lettre, mais ils sont aussi là pour prendre des décisions qui de toutes manières seront contestées. Ils font leur job.
-d'autre part, ils jouent les "casseurs d'ambiance" au paroxysme d'un combat de gladiateurs et c'est quand même dommage pour le spectacle. Il y a la loi et l'esprit de la loi. Un peu comme au foot, main volontaire ou pas dans la surface...
Si on prend un peu de hauteur, je critiquerais plutôt l'attitude de la colère de Seb qui me parait certes humaine mais pas très valorisante au final pour lui. Par exemple je rappelle le grand calme de Lewis lors de l'épisode du fameux coup de roue et pourtant volontaire de Seb à Bakou il y a deux ans... Il a d'ailleurs depuis reconnu son erreur d'appréciation après avoir revu les images vidéo. C'était pourtant bien plus méchant et il a été pénalisé pour celà et dans d'autres sport il aurait pris plusieurs courses de suspension pour cet acte anti-sportif. Dans toutes les circonstances, un pilote de haut niveau, comme tout sportif, doit garder son calme. Et manifestement Seb en manque un peu trop souvent. Il n'a pas besoin de celà, lui qui a assez de galons pour se faire respecter
Pour moi, cette affaire de Montréal, c'est un incident de course qui aurait bien pu en rester là. Les commissaires en ont décidé autrement.
Je ne peux toutefois m'empêcher de vous présenter une autre vision des choses que plusieurs de mes amis disposant d'une longue expérience de la compet auto ont tout de suite souligné. Pour eux, la manoeuvre de Seb c'est idem un freinage manqué et une chicane coupée. La règle qui s'applique de fait pour éviter une sanction sportive: on doit tout de suite redonner l'avantage au pilote qui en a subi les conséquences. A ce sujet, beaucoup de spectateurs croient que le pilote qui a coupé la chicane doit redonner l'avantage uniquement s'il en a profité pour doubler celui qui le précède. Et bien sachez que cette règle s'applique aussi si un pilote en a tiré un avantage sur celui qui le suit et qui n'a pas commis d'erreur. C'est explicite dans le règlement sportif de la FIA.
Logiquement Seb aurait donc dû laisser l'avantage à Lewis dans les mètres qui ont suivi, quitte à le repasser dans le secteur 3 où il aurait pu facilement redoubler vu sa Vmax et son DRS.
Cette fois les commissaires ont plutôt insisté sur l'aspect "unsafe" du retour en piste. Un choix que l'on peut aussi discuter.
Avec des si et des mais...



-


Il y a 4 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Juste " une minute papillons " .
Si j'en crois l'opinion de beaucoup de gens , Pirro et ses commissaires étaient en droit d'infliger une pénalité à Vettel selon la réglementation mais , ils n'auraient pas dû le faire pour ne pas saboter le spectacle de deux CDM en pleine lutte et qui totalisent 9 titres à eux deux .

Jusqu'où va le spectacle s'il transgresse les règlements ? Va-t-on créer un règlement spécial pour les Champions du Monde ? A quoi sert un règlement s'il n'est qu'interprétations ? Faut-il rajouter une couche de subjectivité à des réglementations déjà pléthoriques ?

Je préfère de loin aux rédacteurs de règlements et ceux qui les interprètent , les pilotes qui essaient de les respecter et qui sont de bonne foi .
Il y a 4 mois
GV27
GV27 :
Le problème c'est surtout qu'avec ce genre de débat, ils vont faire asphalter tous les bords de piste.
Car comment demander à un pilote de regagner la piste
proprement"quand il passe par du gazon? Si c'était bitumé,il aurait pu regarder dans ses rétros mais quand il passe dans la pelouse,il ne peut que s'occuper à garder le contrôle de sa monoplace...
De la même manière Hamilton sait très bien qu'en attaquant Vettel à ce moment là, soit il peut passer, soit il fera constater une man?uvre litigieuse aux commissaires (il a bien raison de profiter de ces règles douteuses et cela montre son intelligence de course). Avant la direction de course informait les pilotes s'ils devaient "rendre" la place, maintenant c'est punition directe et débats d'après course...
Il y a 4 mois
DR F1
DR F1 :
Le vrai problème est que lorsque Lewis fait une faute, même très dangereuse, il n'est jamais sanctionné.
Il y a 2 poids et 2 mesures.
Donc, par réaction, je suis solidaire avec Vetel. D'ailleurs, le jour où il voulu invectiver la direction de course après une faute de LH, il l'a payé cher. Et peut-être cela lui restera collé à la peau.
Je souhaite très vivement que cela sera préjudiciable à Mercédès, qui en faux c... joue "profil bas".
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
"lorsque Lewis fait une faute, même très dangereuse, il n'est jamais sanctionné." Des exemples ?
Il y a 4 mois
V6 Turbo
V6 Turbo :
@DR F1
La difference vient surtout du fait qu'Hamilton fait très peu de fautes depuis deux saisons. Faisons le bilan des 30 dernières courses entre Hamilton et Vettel. À votre avis, point par point, noir sur blanc, colonne de gauche l'un colonne de droite l'autre lequel est le plus sorti de la piste ou provoqué des situations critiques? Il y a le ressenti bien naturelle du fan et la réalité de la piste. À ce petit jeu je crois qu'Hamilton n'a pas grand chose à voir avec les multiples fautes de pilotage de Vettel ces deux dernières saisons. Cela ne fait pas pour autant de Vettel un gros nul, il reste un redoutable pilote mais la réalité est qu',il est tombé sur un Hamilton qui a su aligner rapidité et constance sans commettre beaucoup de fautes.
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
"Il y a le ressenti bien naturelle du fan et la réalité de la piste." : il y a surtout inventer n'importe quoi quand on n'aime pas un pilote et être aveugle quand son pilote péféré accumule erreur sur erreur. Cela s'appelle, au minimum, de la subjectivité et, plus vraisemblablement, de la mauvaise foi... Il n'y a que cela pour taper sur un pilote qui, objectivement, pilote presque parfaitement depuis plusieurs saisons, est fair-play avec son équipier et ses rivaux et reconnait honnêtement ses erreurs tout en restant compétiteur.
Les Schumacher et autre Senna ne lui arrivent pas à la cheville sur nombre de ces points...
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
Je suppose que DR F1@ fait référence à la déclaration de Ricciardo à propos de l'incident qui l'opposa à Hamilton à la chicane au cours du GP de Monaco en 2016. A lui de le confirmer !

La nuit dernière, lors de la première séance de qualification des 24 Heures du Mans, une LMP2 s'est arrêtée en tête à queue au virage du Raccordement. Son pilote a relancé sa voiture alors que survenait une Toyota qui l'a accrochée. C'est l'illustration de la situation où, de mon point de vue, devrait s'appliquer la notion de reprise de la piste de manière dangereuse.
Il y a 4 mois
Tat
Tat :
Ce débat surréaliste sur la sanction à l'encontre de Vettel n'a aucun lieu d'être. Il existe un règlement, qui dit qu'on ne peut reprendre la piste de manière dangereuse après en être sorti. Qu'on le fasse exprès ou pas n'est pas le sujet. Qu'on soit pilote Ferrari ou pas n'est pas mentionné. Que l'intérêt du championnat soit relancé ou pas ne compte pas.
Personnellement, je pensais fermement que les commissaires n'auraient pas le courge d'appliquer le règlement, vu la capacité d'intimidation de Ferrari. J'ai été très surpris qu'ils aient osé.
Quant à savoir si cette règle, appliquée en la circonstance, est à changer, c'est un autre débat. On peut la changer ; mais d'ici-là, il faut l'appliquer, si on en a le courage.
Allez! Un peu de patience ; quand Hamilton gagnera en rouge, cela fera moins scandale ; on tortillera moins...
Diskus : D'accord avec tous vos posts sur le sujet.
Il y a 4 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.