> > > > Sébastien Philippe (ART Grand Prix) : "la philosophie de la Formule 2 actuelle n'est pas loin de celle de 2017"

Sébastien Philippe (ART Grand Prix) : "la philosophie de la Formule 2 actuelle n'est pas loin de celle de 2017"

Le président-directeur général de l'écurie française nous a reçu à Monaco pour une interview. Performance, duo de pilotes, voiture 2018, expérience personnelle, perspectives de l'écurie... Sébastien Philippe se confie !

© Alexandre Lepère / Motors Inside - Sébastien Philippe nous présente l'équipe ART Grand Prix © Alexandre Lepère / Motors Inside - Sébastien Philippe nous présente l'équipe ART Grand Prix

Dans l'ombre de la Formule 1, l'équipe ART Grand Prix sévit depuis 14 saisons en GP2/F2. Issue d'ASM, une écurie de Formule 3 crée en 2005 par Frédéric Vasseur, ART Grand Prix a été porté au sommet par l'actuel Team Principal d'Alfa Romeo Sauber et par Nicolas Todt, avec quatre titres pilotes et quatre titres constructeurs remportés. Cette année, la belle histoire continue, avec deux pilotes britanniques, George Russell (20 ans) et Jack Aitken (22 ans), respectivement couvé par Mercedes et Renault. Pour l'instant, le benjamin domine l'aîné : Russell pointe à la quatrième place du championnat avec 62 points (deux victoires) tandis que l'aîné, cinquième, ne totalise que 49 points (une victoire). Les deux jeunes loups ont connu un week-end frustrant à Monaco, avec deux abandons pour Russell et une simple septième place pour Aitken sur la course longue, avant un abandon le samedi lors de la course sprint, à cause d'un ennui mécanique.

Pour les diriger, Sébastien Philippe, qui a succédé à Frédéric Vasseur au moment de son départ pour Renault début 2016. Ancien pilote en karting (et en Formule 3 sous les couleurs d'ASM !), Sébastien Philippe est passé de l'autre côté du muret des stands pour veiller sur une écurie en pleine mutation, elle qui s'engage depuis le début de saison en WEC avec un programme LMP1, en association avec le SMP Racing. Entre deux briefings, l'homme âgé de 43 ans a accepté de répondre à nos questions à Monaco, au pied du camion de l'écurie.

Sébastien, déjà trois victoires pour l'écurie de F2 et une deuxième place au championnat des constructeurs (33 points de retard sur l'équipe Carlin)... quel est votre regard sur le début de saison ?

« Le bilan est bon, même si il y a un peu de frustration. Sur les quatre premiers meetings, on perd pas mal de points. À Monaco, nous avons mal géré le trafic lors des qualifications, ce qui a hypothéqué nos chances. Pour George (Russell) le week-end a été compliqué : on a cassé un moteur en Essais Libres. Il ne connaissait pas le circuit et devait prendre des risques pour remonter au classement. À partir de là, on sait que ça peut mal se passer à Monaco, surtout qu'il y avait de l'huile sur la piste au moment de son accident. S'agissant de Jack (Aitken), le bilan est satisfaisant, d'autant qu'il avait fait le nécessaire le samedi. Le point positif est que nous avons de la performance. Il faut rappeler que nos deux pilotes débutent dans la série ! »

Comment se passe la gestion des deux pilotes ?

« Ils sont très intelligents : ils ont compris qu'il fallait bosser ensemble pour progresser. C'est le moment le plus important de leur carrière : ils ne peuvent pas se louper cette saison si ils veulent accéder à la Formule 1. Il y a donc forcément beaucoup de pression. »

Quelques repères sur Jack Aitken et George Russell :

SaisonJack Aitken (23 septembre 1995, Britannique)George Russell (15 février 1998, Britannique)
12018 (en cours)F2 - 5e, 49 pts, 1 victoireF2 - 4e, 62 pts, 2 victoires
22017GP3 Series - 2èmeGP3 Series - 1er
32016GP3 Series - 5èmeChampionnat d'Europe de FIA F3 - 3ème

Extrait du Jeux F1 2013

Qu'est ce qui a le plus changé sur cette nouvelle voiture, comparée à sa devancière ?

« On la découvre en permanence ! On ne peut plus compter sur le set-up que l'on avait sur l'ancienne voiture : avec elle, on savait exactement comment réagir. Au niveau du moteur et de la consommation, les choses sont différentes, mais ça reste abordable. Dans la philosophie générale, cela ne reste quand même pas très loin du modèle 2017.

Les méthodes de travail n'ont pas changé, c'est juste que l'on a moins de certitudes. Le règlement limite toujours le nombre de personnes travaillant sur la voiture à douze. Aussi, il nous est interdit de développer de nouvelles pièces, on exploite un produit fini. Après, on peut faire la différence sur les réglages de la voiture, comme sur la hauteur de caisse, les ailerons, les amortisseurs, le différentiel et l'étalonnage de la boite. »

Des partenariats techniques sont-ils quand même passé avec des écuries de Formule 1 ?

« On a la chance d'avoir des pilotes appartenant à des filières fortes : George avec Mercedes, Jack avec Renault mais aussi en GP3, avec Callum Ilott, soutenu par Ferrari. Ce qui est sûr, c'est que ces équipes font tout pour aider leurs pilotes. Mais le soutien d'un team de Formule 1 est limité : ils sont surtout présents pour échanger sur les performances de leur pilote. »

À propos de lien... est-ce que des ingénieurs du monde de la Formule 1 arrivent chez ART ?

« Très peu. Avec Frédéric (Vasseur), nous avons une politique : on forme énormément de mécaniciens et d'ingénieurs qui sortent des écoles d'ingénieurs. Aujourd'hui, on a une grosse qualité d'effectif, formée dans la philosophie ART. »

Comment développer l'équipe à plus long terme ?

« Notre gros projet du moment est ce programme en LMP1, avec deux voitures engagées. Nous allons participer aux 24 heures du Mans pour la première fois de notre histoire. On est encore dans une phase d'apprentissage : on sait que le plus important est la fiabilité. Nous irons là-bas avec beaucoup d'humilité, sans se fixer un objectif bien précis. Mais on saisit les opportunités de grandir. »

« Le budget global s'estime dans une fourchette comprise entre 3 millions et 3,8 millions. »

Extrait du Jeux F1 2013

Quelles sont vos fonctions à titre personnel ?

« Les week-ends de course, on bosse tous ensemble, avec le directeur technique et les ingénieurs.
Ma mission est d'élaborer la meilleure stratégie possible. Je discute beaucoup avec les pilotes pour les conseiller dans l'approche de la course. Je n'ai pas besoin des les motiver : à ce niveau ils le sont ! Je fais uniquement part de mon expérience dans le domaine du sportif, je laisse les ingénieurs faire le boulot. Ma fonction est surtout de mettre les personnes aux bonnes places. »

Vous vous occupez aussi du repérage des jeunes pilotes : comment cela se passe ?

« Je regarde et je prospecte du karting à la F4 en passant par la Formule Renault. J'analyse les performances : nous voulons récupérer les pilotes aux plus gros potentiels. Pas forcément les vainqueurs des championnats mais ceux qui font du bon boulot comparativement à leur voiture. Pour avoir roulé en compétition, je comprends bien les pilotes ! »

Par rapport à vos perspectives, est-ce que vous vous imaginez encore longtemps à la tête de ART ?

« Pour l'instant, je ne me pose pas de questions. Chaque année, j'essaie d'atteindre les objectifs fixés : gagner les titres et développer l'entreprise. Nous sommes à fond sur 2018, tout en se tournant progressivement vers 2019. »

« Je ne pense pas travailler en Formule 1 dans un futur proche. Je prends beaucoup de plaisir à travailler pour ART... et j'adore ça, tout simplement ! »


Extrait du Jeux F1 2013

Liste des principaux pilotes passés chez ART Grand Prix : un héritage prestigieux !


PilotePassage chez ART en...Performance
1Jules Bianchi2008-2009, F3 Euroseries / 2010-2011, GP2 SeriesChampion, 2009
2Valtteri Bottas2009-2010, F3 Euroseries / 2011, GP3 SeriesChampion, 2011
3Sébastien Buemi2007, GP2 Series21ème
4Lucas di Grassi2007, GP2 SeriesVice-Champion
5Paul di Resta2006, F3 EuroseriesChampion
6Romain Grosjean2007, F3 Euroseries / 2008, GP2 SeriesChampion GP2 Asia Series, 2008
7Esteban Gutierrez2009, F3 Euroseries / 2010, GP3 Series / 2011-2012, GP2 SeriesChampion, 2010
8Lewis Hamilton2005, F3 Euroseries / 2006, GP2 SeriesChampion, 2006
9Nico Hülkenberg2007-2008, F3 Euroseries / 2009 GP2 SeriesChampion, 2009
10Kamui Kobayashi2006-2007, F3 Euroseries4ème, 2007
11Charles Leclerc2016, GP3 SeriesChampion
12Pastor Maldonado2009, GP2 Series6ème
13Tiago Monteiro1999-2000, F3 FranceVice-Champion, 2000
14Esteban Ocon2015, GP3 SeriesChampion
15Nico Rosberg2005, GP2 SeriesChampion
16Alexander Rossi2010, GP3 Series4ème
17Sergey Sirotkin2016, GP2 Series3ème
18Adrian Sutil2004-2005, F3 EuroseriesVice-Champion, 2005
19Giedo Van der Garde2006, F3 Euroseries6ème
20Stoffel Vandoorne2014, 2015 GP2 SeriesChampion, 2015
21Sebastian Vettel2006, F3 EuroseriesVice-Champion


F2, ART Grand Prix et Interview Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.