> > > > Bahreïn : Webber ne comprend pas, la FOTA va se réunir

Bahreïn : Webber ne comprend pas, la FOTA va se réunir

Quatre mois après une première prise de position sur la question d'un Grand Prix à Bahreïn alors que le peuple s'y battait pour sa liberté, Mark Webber tient sa ligne et réagit avec vigueur à la décision prise par la FIA d'organiser quand cette course en 2011.

(c) Gepa(c) Gepa

Webber : « La bonne décision n’a pas été prise »

« Mon opinion personnelle, c'est que la discipline aurait dû adopter une position beaucoup plus ferme plus tôt cette année, au lieu de constamment repousser sa décision en espérant reprogrammer la course en 2011. Un message très clair aurait alors été transmis quant à la position de la F1 sur un sujet aussi fondamental que les droits de la personne, et aussi sur la façon dont elle traite les questions morales ».

Voici la première réaction d’un Mark Webber qui « ne comprend pas pourquoi [sa] discipline souhaite se place dans une position où elle sera le catalyseur de telles choses ». Ces déclarations, qui sont les toutes premières d’un pilote suite à la décision prise par la FIA de réintégrer la course bahreïni au calendrier 2011 de la Formule 1, font écho à celles que le pilote australien avait déjà tenues en février, alors que la "révolution arabe" touchait l’Etat du Golfe.

« La bonne décision n’a pas été prise. Qu'on le veuille ou non, la F1 et le sport en général ne sont pas au-dessus des responsabilités et des consciences sociales. J'espère que la F1 pourra éventuellement retourner à Bahreïn, mais ce n'est pas le bon moment » ajoute Webber sur son site Internet. « En tant que compétiteur, je ne me sens pas à l'aise de participer à un événement quand il semble inévitable que cela provoquera encore plus de tensions pour les gens de ce pays ».

Une communication de la FOTA est attendue à Montréal

Si aucune écurie n’a pour le moment pris position concernant la décision prise par la Fédération Internationale de l’Automobile, le journal britannique Times révèle que les équipes ont insisté fortement auprès de Bernie Ecclestone, président de la Formula One Management, sur le fait qu’elles ne souhaitaient pas se rendre à Bahreïn, pour des raisons morales avant tout.

La FOTA, association qui regroupe les écuries de F1, tiendra une réunion à Montréal pour discuter de la situation et émettre une « proposition détaillée » concernant le retour du GP au programme. Cette déclaration commune devrait, sans nul doute, s’orienter contre cette décision.

En outre, même si leur position n’est pas connue, les sponsors de la Formule 1 et des écuries pourraient voir d’un mauvais œil cette épreuve et pourraient vouloir s’en dissocier en n’y prenant pas part.

L’affaire est donc bien loin d’être résolue, d’autant qu’au plan international et diplomatique, un certain nombre d’Etats déconseille à leurs citoyens les voyages vers Bahreïn.


Sakhir, Webber et FIA Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
nigel
nigel :
Avant le GP de Montreal ,la communication de la FOTA devrait prendre en compte l'instrumentalisation politique et négative pour la F1 de cette décision de la FIA, qui en plus n'a pas été voté à l'unanimité des 26 membres du comité ... La balle reste dans le camp des équipes et des assureurs pour ne pas s'y rendre à Bahreïn.
Il y a 79 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.