> > > > ePrix de Santiago : Présentation et enjeux

ePrix de Santiago : Présentation et enjeux

Après l’Asie et l’Afrique place à l’Amérique pour le plateau de Formule E qui se rend pour la première fois dans la capitale Chilienne, Santiago. Comme de coutume MotorsInside vous propose une présentation détaillée de cette manche du championnat de monoplaces électriques.

© Audi Formule E - Le Chili est prêt pour la course électrique © Audi Formule E - Le Chili est prêt pour la course électrique

Un trio inséparable pour la tête, des anciens champions aux parcours différents

Après trois courses disputées c’est Felix Rosenqvist qui pointe en tête du championnat avec la conquête d’une deuxième victoire consécutive à Marrakech après celle récoltée sur tapis vert (disqualification de Daniel Abt) lors de la deuxième course de Hong Kong. Le nordique semble en pleine confiance et fera certainement tout pour maintenir son niveau de performance et creuser l’écart de quatre points qu'il possède actuellement sur Sam Bird.

Justement du côté de Sam Bird, la clé de sa deuxième place au championnat réside principalement sur sa régularité exemplaire lors de chaque course disputée jusqu’ici. Pour preuve une victoire et une cinquième place à Hong Kong puis une troisième place à Marrakech. Cette bonne série ne devrait pas s’arrêter là grâce à une DS Virgin qui lui permet de se battre aisément pour les premières places de la grille.

Un peu plus loin derrière au classement on retrouve un Jean-Éric Vergne très en forme depuis le début de la saison, à bord d’une monoplace qui ne dispose que de très peu de journées d’essais à cause de son statut de client de Renault. Le Français parvient enfin à convertir son agressivité en résultats probants. Son but lors de cette manche sera très certainement la victoire pour maintenir ses chances de se battre pour le titre en fin de saison.

Les autres pilotes à suivre sont Nelson Piquet qui retrouve un bon niveau de performance depuis qu’il a rejoint Jaguar, Sébastien Buemi qui a enfin débloqué son compteur avec une belle deuxième place à Marrakech malgré une position de tête pendant la majorité de l’épreuve, Daniel Abt qui enchaîne les désillusions depuis deux courses alors qu’il devance enfin son coéquipier et Lucas Di Grassi qui peine à lancer sa saison à cause d’une Audi plutôt performante mais peu fiable.

Une première épicée au Chili

La Formule E va découvrir un nouveau circuit à l’occasion de l’Antofagasta Minerals Santiago ePrix qui se disputera pour la première fois au Chili dans un pays peu habitué la course automobile. Les concurrents se disputeront la victoire sur une piste longue de 2,46 kilomètres constituée de 12 virages. La piste débutera sur l’avenue Santa Maria avant d’enjamber la rivière Mapocho vers la Place Baquedano avant de traverser le Forestal Park pour finir une boucle dans la capitale sud-américaine. Voilà qui plante le décor de cette quatrième manche du championnat 2018-2019.

Les dernières informations à retenir

La monoplace de deuxième génération dévoilée :

Le châssis qui constituera la deuxième génération de Formule E que les équipes utiliseront la saison prochaine, a été dévoilé au grand public. Les dirigeants de la Formule E avaient promis un style novateur et futuriste et le moins que l'on puisse dire est que la promesse a été tenue. L’aileron avant est assez complexe mais demeure monoplan, les roues sont carénées pour faciliter les dépassements et l’intégration du halo est plutôt réussie. Quant à l’arrière, on constate la présence d’un immense diffuseur qui permet de créer suffisamment d’appui pour pouvoir se passer d’un aileron arrière classique. Cette monoplace dispose d’ailleurs d’un aileron arrière en deux parties qui ne se rejoignant pas et qui constituent une forme de v. Cette toute nouvelle Formule E sera équipé de batteries fournies par McLaren Applied Technologie qui permettront d’effectuer la totalité de la course sur une voiture. La puissance autorisée en qualifications passera à 250 kW soit une hausse de 50 kW (environ 335 chevaux déployables au total) et en course de 180 kW à 220 kW. La véritable monoplace sera révélée en mars prochain à l’occasion du prochain salon automobile de Genève.



Fin du temps minimum pour les arrêts au stand :

La saison dernière et depuis le début de l’existence du championnat, le changement de monoplaces à la mi-course se voyait imposer un temps minimum à respecter pour éviter trop de précipitation pour détacher et attacher les harnais des pilotes. Pour la première manche de cette saison à Hong Kong, ce temps minimum avait été rabaissé à 35 secondes. Il était prévu de supprimer cette règle à partir de la course de Marrakech, mais face à la protestation des pilotes, cette remis en cause a été reportée à la course de Santiago. Le principal point d’inquiétude des pilotes étant que la suppression de ce temps minimum d’arrêt ne pousse les équipes à l’empressement, au risque de mal les harnacher, pour gagner quelques secondes. Le débat sera de toute façon de courte durée puisque cette procédure ne sera plus nécessaire à partir de la saison prochaine.

Pas de remplaçant pour l’ePrix de Montréal :

La double course canadienne qui devait avoir lieu cette année et qui a été annulée par la municipalité montréalaise ne sera pas remplacée au calendrier faute de candidats crédibles. La possibilité d’une course à Birmingham avait été évoquée sans que cela ne se concrétise en vue des délais trop courts pour organiser un événement. Le calendrier de cette saison comportera donc 12 courses au lieu de 14 ce qui constituera un manque à gagner de 750 000 Euros pour chaque équipe. En effet, chaque point marqué au championnat rapporte de l’argent aux équipes, mais comme aucun point ne sera distribué cette somme ne sera pas partagée entre les équipes.

Extension du partenariat entre Mahindra et Pininfarina :

La société indienne a racheté le groupe Pininfarina en 2014, mais ce partenariat va s’amplifier et s’appliquer à l’équipe de Formule E avec effet immédiat. Cela va permettre à l’équipe d’utiliser la soufflerie de la société italienne et toutes les infrastructures de celle-ci afin de développer la monoplace de l’an prochain et d’améliorer les zones ouvertes aux développements sur la monoplace actuelle. De plus, cela donnera accès à de la CFD (simulation par ordinateur) afin de permettre de bien corréler les simulations avec la réalité. Ce partenariat à grande échelle ne devrait toutefois pas donner lieu au développement d’un groupe propulseur avec la marque transalpine. L’association devrait permettre à Mahindra d’être mieux armé pour affronter la horde des constructeurs actuels et futurs en Formule E. Pininfarina développe d’ailleurs actuellement une hypercar électrique et s’intéresse de plus en plus aux voitures non polluantes.

Le programme TV

En raison du décalage horaire, les qualifications de l’ePrix de Santiago seront à suivre en direct sur Eurosport et Canal+ Sport à partir de 15h50. Par contre seul Eurosport vous proposera la course en direct à partir 19h50. Du côté de Canal+ Sport la course sera proposée en différé à 0h55 ainsi qu’à 18h05 le dimanche.


Preview, Formula E Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




2 réactions sur cet article Donnez votre avis
casper
casper :
Plus de lien streaming sur le site pour voir la course (belgique), obligé d'aller sur un streaming d'un pays de l'est.
Une première partie de course sans aucun intérêt sauf quelques manoeuvre de di grassi, une fin de course un peu plus sympa.

bravo pour le doublé avec Lotterer pas payé de ses efforts.

En revanche j'ai vu pour la première fois la course sur simulateur avec un mélange de pilotes et d'amateurs, ben autant çà doit être sympa sur place en vrai autant aucun intérêt de le diffuser avec des commentateurs qui commentent un jeu video çà me semblait lunaire.

Par contre le fiston prost si ce n'est pas sa dernière saison il faudra m'expliquer car autant il assurait les points pour la team dans les saisons précédente, autant là plus du tout...
Il y a 3 mois
Aifaim
Aifaim :
Casper@, je partage votre surprise concernant le début de saison de Nicolas Prost. Cela pourrait constituer une mauvaise passe. L'avenir le dira. Mais, le concernant, ce qui m'a le plus étonné, c'est son départ de l'équipe Rébellion : retrait volontaire ? Éviction ? En tout cas, il n'a fait part d'aucun programme de remplacement ni évoqué une implication plus importante dans la FE alors que Renault va passer le flambeau à Nissan à la fin de l'année.
Il y a 3 mois
Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation





Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.