Grand Prix de Toscane : « la grosse frayeur » de Grosjean

F1. Auteur de sa meilleure performance de la saison, la 12e place de Romain Grosjean au Mugello relève du miracle. Au milieu d’un incident avec Pierre Gasly, puis rescapé d'un carambolage, les dégâts sur la Haas l'ont empêché d'inscrire des points

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Grosjean auteur d'une solide course au Mugello, malgré des gros dégâts sur sa voiture
© Haas / Grosjean auteur d'une solide course au Mugello, malgré des gros dégâts sur sa voiture

Qualifié à la 15e place, le Grand Prix de Toscane de Romain Grosjean s’annonçait prometteur. Mais à l’extinction des feux, l’entassement des voitures au deuxième virage, l’a envoyé direct dans le bac à graviers ! Le pilote Haas a été poussé par son compatriote Pierre Gasly.

Motors Inside sans pub ?

Avec une voiture endommagée au niveau du fond plat et des déflecteurs latéraux, la course de Grosjean aurait déjà pu se terminer au premier tour.

C’était sans compter sur l'instinct du Français : « mon premier réflexe, je me dis j’éteins la voiture, c’est terminé. Et puis j’ai quand même deux roues sur l’herbe : peut-être qu’avec un peu de chance, je vais pouvoir redémarrer » expliquait le pilote Haas dans le carré des interviews, au micro de Canal+.

Au premier drapeau rouge, les mécaniciens ont essayé de réparer la monoplace. Selon Grosjean, il y avait environ "2 secondes de perdues par tour" à cause des dégâts.

Au restart, à la sortie de la voiture de sécurité, l’expérience du pilote français a parlé. Quand la plupart des pilotes du peloton ont eu le pied au plancher sur la ligne droite avant même que Bottas n’ait donné le ton du restart, Grosjean a senti le carambolage.

L'ancien pilote Lotus a été l'un des seuls rescapés du carnage du fond de peloton, qui a notamment provoqué l'abandon de Kevin Magnussen, son coéquipier.

Connu pour être l'un des doyens du paddock, Grosjean a condamné l’attitude des pilotes qui ont ré accéléré trop tôt « j’ai eu la plus grosse frayeur de toute ma vie…
je n’avais surtout pas envie de prendre un impact de derrière. ça aurait pu très mal se finir »
avouait celui qui est aussi directeur de l'Association des Pilotes de Grands Prix (GPDA) depuis 2017.

Au dernier départ arrêté, Grosjean a enfin réussi une manœuvre tout en finesse pour passer Vettel, se retrouvant dans les points pendant les deniers tours.

Malheureusement, le rythme de course aura eu raison de sa combativité, la pénalité attribuée à Raikonen non plus n’aura pas été utile pour le récompenser du point de la 10e place. 12e place à l'arrivée de ce Grand Prix de Toscane pour Romain Grosjean, qui termine dernier classé. Le compteur du Français reste toujours bloqué à zéro point au classement général des pilotes.

Grosjean : « j’ai eu la plus grosse frayeur de toute ma vie… je n’avais surtout pas envie de prendre un impact de derrière. »

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Grand Prix de Toscane

Plus d'actualités

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut