Les qualifications sprint au coeur du débat

La question autour de cette fameuse « qualification sprint » est le sujet de nombreuses discussions au sein du paddock et l’on arrive peu à peu à y voir plus clair pour ce nouveau format.
Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Aston Martin /
En effet, de nombreux détails restent encore flous mais nous commençons peu à peu à se faire une idée sur les modalités de ce format. Tout d’abord, le projet est d’organiser une course sprint qualificative de cent kilomètres, soit environ un tiers d’un Grand Prix classique, pour les manches de Silverstone, Monza et Interlagos cette saison. L’objectif étant d’évaluer son aspect spectaculaire que ce soit en piste comme pour la télévision. Le nom officiel de ces courses sprint sera « qualification sprint » afin de réserver le terme « course » au Grand Prix du dimanche et ne pas créer de confusion. Celle-ci se déroulera le samedi en lieu et place des qualifications classiques qui seront avancées au vendredi.

L'aspect financier



De nombreux domaines restaient des sujets à discussion, notamment l’aspect financier demeurait un sujet à débattre comme le rappelait Christian Horner lors du Grand Prix de Bahreïn. « Il faut qu’il y ait une allocation raisonnable qui prenne ça en compte, car nous cherchons actuellement à économiser 10 000 £, 20 000 £ voire 30 000 £ pour nous assurer de respecter le plafond » déclarait le directeur de l’équipe autrichienne. « Avoir soudain un tel facteur est quelque chose qui requiert juste un ajustement. »

Effectivement, les patrons de Mercedes et de Red Bull ont expliqué que les équipes auraient besoin de 400 à 500.000 euros supplémentaires chacune du fait des nouvelles règles de plafond budgétaire afin de couvrir le coût supplémentaire d’une qualification sprint, l’ensemble multiplié par trois samedis cette saison.

Stefano Domenicali, PDG de la F1, avait répondu : « La différence de coût n’est pas aussi grande qu’on le prétend, […] il devrait y avoir des exceptions spéciales au plafond budgétaire de 145 millions de dollars pour les qualifications sprint ou toute autre mesure ». Il ajoute : « Si nous demandons une compensation pour tout ce que nous voulons essayer, nous n’y arriverons jamais. Nous ne devons pas perdre de vue la situation dans son ensemble. » Néanmoins, les tensions semblent désormais apaisées et le premier test du format aura bel et bien lieu à Silverstone.
Cependant la FOM ( Formula One Group ), a déclaré que les équipes seront indemnisés à hauteur de 500.000 $ chacune pour l’essai de ce nouveau format de week-end de course, et même que des fonds supplémentaires seraient versés en cas de dommage causés par un accident.

« Nous ne devons pas perdre de vue la situation dans son ensemble »


Trouver un consensus



Après la réunion des patrons d’équipe avec la FIA et la FOM à Bahreïn, il fut établi que les trois premiers de cette « qualification sprint » gagneront respectivement 3, 2, et 1 point. Cependant aucun podium ne sera mis en place et le gagnant de la « qualification sprint » sera logiquement désigné comme le poleman. Dès à présent, un vote électronique est prévu. Le patron de l’équipe Mercedes, Toto Wolff, a déclaré qu’il voterait « probablement » pour ce changement. «  Nous devons être honnêtes avec nous-mêmes et vérifier les avantages et les inconvénients du format, tant du point de vue sportif que commercial. Et comme Ross Brawn l’a dit, si on voit que cela ne donne rien d’intéressant en plus, nous ne poursuivrons pas dans cette voie. »

D’autres détails du format doivent encore faire consensus. En effet, des questionnements existent au sujet des changements sur les composés de pneus et l’idée d’un DRS pouvant être activé avec un écart de deux secondes au lieu d’une. Enfin, on se questionne sur l’effet du format à propos des règles du parc fermé, qui dictent le moment où les équipes peuvent apporter des modifications à leurs monoplaces ou non.
Mattia Binotto, ex directeur technique Ferrari, a ajouté que la réunion entre les équipes et la F1 concernant ces plans était positive et ne pense pas que les points de blocage sur le format empêcheront son introduction cette année.
Il déclare :  « Nous sommes évidemment heureux de soutenir le concept. Il reste encore quelques détails à régler, sur lesquels nous discutons et travaillons, mais je ne pense pas qu’ils seront bloquants. Il ne s’agit donc que de finaliser la proposition sous tous ses aspects. Mais nous y travaillons vraiment et nous espérons que cela pourra être annoncé dans les prochains jours. »
Simon Roberts, directeur de l’équipe Williams, a déclaré que son équipe « soutenait également l’idée. […] Je pense que la plupart des aspects techniques sont à peu près là. Ce fut une rencontre positive. Nous attendons juste de voir ce qui se passera ensuite. »

Cette « qualification sprint » prendra donc bel et bien jour cette saison en Formule 1, un format qui devrait tenir toutes ses promesses, notamment si des accords sont trouvés entre tous les partis. Même la légende automobile colombienne Juan Pablo Montoya confiait à motorsport.com « Il me semble que la Formule 1 parle de courses sprint, et c’est la voie à suivre. »

« Il me semble que la Formule 1 parle de courses sprint, et c’est la voie à suivre »
Partager

Qualification

Plus d'actualités
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Top