Grand Prix du Portugal : les 7 faits marquants

Si le Portugal n'a accueilli "que" 17 Grand Prix dans l'Histoire de la F1, bon nombre de premières, de titres et de records ont été obtenu sur ses terres. Nous avons retenu pour vous les 7 principaux.
Logo Mi Redaction
Rédigé par
La 92ème victoire d'Hamilton, l'un des principaux faits marquants des précédents Grand Prix au Portugal
© Mercedes / La 92ème victoire d'Hamilton, l'un des principaux faits marquants des précédents Grand Prix au Portugal

1. La 92ème d'Hamilton, record absolu (2020)



Comment commencer cette énumération sans citer le recordman de victoires en catégorie reine, qui continue encore son ascension vers les sommets ?

Pour ce premier Grand Prix du Portugal depuis 1996, Hamilton tient sa revanche face à Bottas en obtenant la pole position après l'avoir manquée au Nürburgring.

Si par la suite, les circonstances du départ le feront redescendre en troisième position, il doubla rapidement Sainz pour se retrouver derrière son coéquipier en première partie de course.

Sa meilleure gestion des pneus et de la course le font ressortir largement devant après son arrêt retardé par rapport au Finlandais. Il ne sera plus jamais inquiété et ira cueillir son 92ème succès, un stade qu'aucun autre pilote n'a jamais atteint avant lui.

Légendaire.



2. Prost perd le titre pour un demi-point face à Lauda (1984)



En 1984, pour son retour au calendrier pour la première fois depuis 1960, le Portugal accueille la dernière manche du Championnat du monde sur le magnifique circuit d'Estoril.

Le championnat est on ne peut plus serré entre les deux pilotes McLaren : Alain Prost et Niki Lauda. Le Français chasse un premier titre qu'il a manqué par deux fois les années précédentes avec Renault alors que Lauda est en quête d'un troisième après son retour en F1 deux ans auparavant.

Lauda est en position de force : il possède 3,5 points d'avance sur son équipier et une deuxième place lui suffirait même si Prost venait à l'emporter. En qualifications, Prost se retrouve 3ème derrière la Brabham du champion en titre Nelson Piquet et la Williams de Keke Rosberg alors que Lauda s'élance plus loin.

Le Brésilien rate son départ et Rosberg vire en tête devant Prost au premier tour. Après seulement 8 boucles, le moteur de la Williams du champion du monde 1982 lâche laissant la tête à Alain Prost virtuellement champion du monde.

Seulement, Lauda est un metteur au point exceptionnel privilégiant le réglage de sa voiture pour la course plutôt qu'aux qualifications. Ainsi, l'Autrichien remonte un à un ses adversaires pour terminer deuxième derrière le Français et décrocher son troisième et dernier titre de champion du monde.

A ce jour encore, il s'agit du championnat du monde le plus serré de l'Histoire de la F1 puisque Alain Prost ne concéda qu'un demi point à Niki Lauda.

3. La première pole et première victoire de Magic Senna (1985)



S'il s'est révélé l'année précédente au Grand Prix de Monaco au volant de sa Toleman, c'est en 1985 qu'Ayrton Senna va confirmer tout le bien que l'on pense de lui.

Le Brésilien confirme ses aptitudes sous la pluie au volant de sa fameuse Lotus JPS en signant la pole le samedi puis en n'ayant aucune concurrence le lendemain en course. Son plus proche rival, Michele Alboreto sur sa Ferrari, est relégué à plus d'une minute et est le seul dans le même tour qu'Ayrton.

Le début d'une belle (mais trop courte) carrière.

4. Le départ canon de Raikkonen et les premiers tours en tête de Sainz (2020)



Revenons à Portimão et à l'édition précédente. Peu avant de démarrer la course, quelques gouttes de pluie commencent à tomber lors du tour de formation. Les monoplaces s'installent sur la grille et une averse s'abat sur le circuit rendant les conditions très glissantes.

A ce petit jeu, les pilotes partant en pneus tendres (plus faciles à chauffer) profitent d'un grand avantage. Ainsi, Carlos Sainz a pu couvrir ses 5 premières boucles en tête d'un Grand Prix après être passé proche de la victoire à Monza.

L'Espagnol profita pleinement des difficultés des Mercedes à chauffer leurs gommes pour s'octroyer le leadership de la course éphémèrement puisque la pluie s'arrêta aussi nette qu'elle ne fut arrivée.

Et que dire de Kimi Raikkonen ? Parti 16ème au volant de sa poussive Alfa Roméo, le Finlandais s'est rappelé au bon souvenir de tous en prenant un départ époustouflant en doublant pas moins de...10 concurrents en 1 seul tour !

Un départ à montrer dans toutes les académies de pilotage !



5. Prost, puissance 4 (1993)



En 1993, Alain Prost fait son retour en F1 après une année sabbatique et revient dans l'écurie en forme du moment : Williams. Critiqué par bon nombre de ses pairs, le Français va vivre une année émotionnellement compliquée malgré une superbe monoplace à sa disposition.

Il domine la première moitié de saison devant son éternel rival, Ayrton Senna sur McLaren. Au Portugal, il ne lui faut qu'une deuxième place pour être titré alors qu'il aurait pu conclure au Grand Prix précédent à Monza, où une casse mécanique lui a enlevait la victoire.

Le Français commence la course derrière la Ferrari de son compatriote Jean Alesi puis prend la tête après l'arrêt de l'Avignonnais. Il conserve le leadership pendant 9 tours avant de se retrouver derrière le jeune Michael Schumacher.

Prost ne va rien tenter de fou et ira chercher la deuxième place derrière Schumacher (qui décroche son deuxième succès en F1) pour enlever son quatrième et dernier titre alors que Senna est contraint à l'abandon.

6. 28 victoires : quand Prost s'offrait lui aussi le record (1987)



On en a peu parlé mais avant Hamilton qui dépasse Schumacher, le Portugal a également été le théâtre d'une passation de pouvoir tout en haut de l'affiche en Formule 1.

En effet, en 1987 Alain Prost et McLaren sont en retrait par rapport aux Williams-Honda pilotées par Nelson Piquet et Nigel Mansell. Cela n'empêcha pas le Français de signer 3 victoires cette année là dont la troisième à Estoril en fin de saison.

Cette victoire remportée après un beau duel face à la Ferrari de Gerhard Berger, était le 28ème succès de Prost en catégorie Reine soit une de plus que l'ancienne référence, Sir Jackie Stewart.

L'Histoire est bien faite !

7. Cooper et Brabham signe le doublé (1960)



En conclusion de ce top 7, place aux premiers à avoir fait des exploits au Portugal. Nous sommes en 1960 sur le tracé urbain de Boavista dans les rues de Porto. Cette année est dominée comme l'année précédente par les Cooper-Climax et le titre se joue entre Jack Brabham et son coéquipier Bruce McLaren.

Parti en première ligne, Brabham réalise un bon départ mais se fait dépasser par la BRM de Dan Gurney et pointe en deuxième position. Le pilote Australien tente de dépasser son rival mais se rate en glissant... sur des rails de tramway ! Il parvient à reprendre la piste mais se retrouve désormais huitième (derrière McLaren) à bonne distance de Gurney.

Mais Brabham sait que la course est longue et tout en rattrapant son retard ne prend pas le moindre risque pour la mécanique. Doublant son coéquipier McLaren et Phil Hill, il profite des abandons de Gurney, Bonnier, Surtees, Moss et Graham Hill pour récupérer la tête à mi-course et conquérir sa 7ème victoire qui lui assure son deuxième titre de champion !

Il devance tout de même sur la ligne son coéquipier Bruce Mclaren de près d'une minute ce qui resitue un peu sa grande performance. La légende de Black Jack était née !
Partager

Grand Prix du Portugal

Plus d'actualités
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Top