Pirelli livre ses conclusions sur les crevaisons de Bakou

Ce mardi soir, la firme italienne a dévoilé les conclusions de son enquête menée avec la FIA sur les problèmes de pneus rencontrés à Bakou. De nouveaux contrôles seront introduits au Grand Prix de France afin de limiter ce problème à l’avenir.
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Les défaillances seraient dûes à une mauvaise utilisation des gommes par les équipes
© Pirelli / Les défaillances seraient dûes à une mauvaise utilisation des gommes par les équipes
Dix jours après le Grand Prix d’Azerbaïdjan, Pirelli a tiré des conclusions après les incidents intervenus sur les monoplaces de Lance Stroll et de Max Verstappen. Les deux pilotes avaient été victimes d’une défaillance de leur pneu arrière gauche sur la partie la plus rapide du circuit, entraînant deux gros accidents et leur abandon.

Dans un premier temps, Pirelli avait émis l’hypothèse que les gommes des deux pilotes auraient été abimées par des débris présents sur la piste, sans pour autant confirmer cette thèse. Dans un communiqué, le manufacturier basé à Milan a annoncé que les défaillances ne sont pas dues à une mauvaise qualité de ses pneumatiques. La marque italienne avance également que les problèmes rencontrés auraient été occasionnés par une mauvaise utilisation des gommes.

« Pirelli, en collaboration avec la FIA, a terminé l'analyse des pneus arrière gauche concernés par les incidents qui ont touché Lance Stroll et Max Verstappen pendant le Grand Prix d'Azerbaïdjan », déclare Pirelli ce mardi soir.

« Cette analyse a également concerné les pneus utilisés pas d'autres voitures pendant la course et qui avaient le même nombre de tours ou plus par rapport à ceux endommagés. Le processus a établi qu'il n'y avait pas de défaut de production ou de qualité sur aucun des pneus, ni aucun signe de fatigue ou de délamination. Les causes des défaillances à l'arrière gauche sur les voitures d'Aston Martin et Red Bull ont clairement été identifiées. Dans chacun des cas, il s'agissait d'une rupture circonférentielle sur le flanc intérieur, qui peut être liée aux conditions de roulage du pneu, bien que les paramètres de départs prescrits (pression minimale et température maximale des couvertures chauffantes) aient été respectés. »

De nouvelles mesures prises



Comme nous vous l’expliquions hier, le contrôle de la pression des pneus est réalisé au départ, mais que celle-ci n’est pas forcément contrôlée en course. Afin d’éviter un nouvel épisode comme celui de Bakou, la FIA va introduire de nouveaux contrôles dès ce week-end (Grand Prix de France).

Afin de vérifier la bonne pression des gommes, ces dernières seront analysées dès la fin des relais. Lors des séances libres et des qualifications, les contrôles se feront au hasard, tandis qu’en course, tous les pneus seront inspectés. Pour éviter toute « triche » des équipes, les gommes seront placées sous scellé.

La FIA a également annoncé que des procédures de contrôles des pressions à froid ont été mis en place, et que celles-ci devront concorder avec les recommandations de Pirelli. La Fédération a tenu à préciser que si une équipe utilise des pneus sous gonflés, après roulage, l’infraction sera rapportée aux commissaires.

Sera également mis en place des contrôles via des caméras infrarouge afin de s’assurer que les équipes ne surchauffent pas les pneus pour valider les contrôles d’avant course.
Partager

Grand Prix d'Azerbaidjan

Plus d'actualités
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Dernières actualités F1

    Toutes les actualités F1
    Top