Damon Hill s'attend à un examen du circuit de Spa après la mort de Dilano Van't Hoff

F1. Après le terrible accident en FRECA où Dilano van't Hoff a perdu la vie, Damon Hill pense que la FIA doit examiner les circonstances de l'accident survenu à Spa-Francorchamps. Un circuit où de nombreux crashs graves ont eu lieu.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Damon Hill souhaite améliorer la résistance des cellules de survie des monoplaces.
© Williams / Damon Hill souhaite améliorer la résistance des cellules de survie des monoplaces.

Le sport automobile a été frappé ce week-end par le décès d'un jeune pilote de 18 ans, Dilano van't Hoff. Alors qu'il roulait sur le circuit belge de Spa-Francorchamps, le pilote FRECA (Championnat d'Europe de Formule Régionale) a vécu une sortie de piste au niveau du Raidillon avant de se faire percuter par une voiture alors que la piste offrait très peu de visibilité.

Motors Inside sans pub ?

Un nouvel accident mortel qui rappelle également celui vécu en 2019 par le Français Anthoine Hubert. Après son décès, le circuit belge avait effectué de nombreuses modifications et une rénovation pour que ce type d'accident, où la voiture revient sur la piste, ne puisse plus apparaitre.

Pour Damon Hill, champion du monde 1996, la pluie et les conditions météo ont été les facteurs qui ont créé ce drame. « Je pense que chaque fois que vous avez une longue ligne droite et des conditions humides, cela peut arriver », a déclaré le pilote à Sky Sport F1. « Les conditions humides sont vraiment le pire contributeur à cela, ne pas pouvoir voir où vous allez. D'après le son, on dirait qu'il a été touché de la même manière qu'Anthoine a été touché alors qu'il était immobile sur la piste, donc un impact très important », a expliqué l'ancien pilote Williams.

Pour le Britannique, la FIA doit examiner tous les facteurs de l'accident. Le champion du monde 1996 propose quelques solutions : « La FIA devra se pencher sur la cellule de survie. Il faut qu'elles puissent résister quand une voiture percute violemment cette cellule de survie pour que le pilote puisse survivre à ce genre de choc », affirme l'ancien pilote de Formule 1 au micro de la RTBF. Les véritables problèmes sont les conditions météo, a pointé du doigt l'homme de 62 ans : « Que pouvons-nous faire à ce sujet ? Arrêtez de courir sur piste mouillée, ne courez que lorsque vous pouvez voir ou rendre les voitures indestructibles de cette façon et permettre aux pilotes de survivre. »

« Je suis aussi coupable que n'importe qui, en regardant la course de F3 en disant 'nous voulons voir une course humide.' Nous voulons voir des courses sur piste mouillée parce que c'est excitant et qu'il y a de l'action, mais malheureusement, cela cache ce terrible risque que quelque chose comme ça se produise », a conclu le pilote sur Sky Sport F1.

La Formule 1 se rendra sur le tracé belge le 30 juillet prochain pour la 13e manche du championnat.

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut