Grand Prix de Singapour : Un circuit urbain de nuit revisité

F1. L'Europe, c'est fini : la Formule 1 plie bagages et se rend en Asie pour un des circuits les plus mythiques et les plus appréciés par les fans de course urbaine : le circuit de Marina Bay, au centre de Singapour.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Vue du circuit à Singapour depuis la baie.
© Ferrari / Vue du circuit à Singapour depuis la baie.

Singapour, ses buildings d'une hauteur interminable, ses lumières qui ne s'éteignent jamais, même au cœur de la nuit : c'est ici que débarque la Formule 1 pour la 16e manche de l'année après avoir fait la fête en Europe. Le tracé de Marina Bay, niché dans la cité-État voisine de la Malaisie, s'est érigé en un incontournable contemporain du calendrier. Son baptême a eu lieu en 2008, marquant ainsi la première course entièrement nocturne de son genre. Depuis cette première édition, il s'est solidement enraciné dans le paysage de la compétition, à l'exception des années 2020 et 2021, tristement éclipsées par la pandémie et contraintes à l'annulation.

Motors Inside sans pub ?
Abonnez-vous

Un tracé de Marina Bay revisité

Traditionnellement, le circuit de Singapour offre des courses exaltantes, mais son agencement très sinueux rendait les dépassements extrêmement délicats. Les nombreuses incursions de la voiture de sécurité ont parfois provoqué une course s'étirant jusqu'à la limite des deux heures avant que l'intégralité du parcours ne soit parcourue. L'unique opportunité véritable de dépassement se nichait à la conclusion de la longue ligne droite du premier secteur.

Que l'on se réjouisse : cette année, une transformation drastique s'est opérée au niveau de la portion située entre les virages 16 et 19, à savoir les derniers du circuit (notons qu'il y avait jusqu'ici 23 virages). Ces quatre virages ont été remplacés par une nouvelle ligne droite propice aux dépassements. Cette modification a tronqué la longueur totale du tracé à 4,940 kilomètres, contre 5,063 km précédemment, ce qui se traduira par une course de 62 tours, en lieu et place des 61 précédents. Il est à noter que les temps au tour devraient s'améliorer de 12 à 15 secondes, réduisant ainsi la probabilité que la course se conclue avant d'atteindre la distance totale, à savoir 306,143 km. Nous voilà rassurés. Les trois zones de DRS se situent entre les 4e et 5e virages, entre les 12 et 13e virages, et entre les 17e et 18e virages.

Malgré le tracé désormais plus rapide, Singapour demeure un circuit exigeant en matière d'appui aérodynamique, obligeant les monoplaces à affronter des conditions extrêmes, particulièrement en ce qui concerne le refroidissement des composants. Cette bataille commence dès le cœur de la machine, le moteur à combustion interne, sollicité au maximum pendant un peu plus de la moitié du tour. Ajoutez à cela que le système de freinage est mis à rude épreuve pendant près de 20 secondes à chaque tour. Nous ne sommes pas à l'abri de quelques soucis techniques dimanche, malgré l'impressionnante fiabilité des monoplaces cette année.

Les pneus Pirelli pour le Grand Prix de Singapour

Tout comme pour les autres circuits en milieu urbain cette saison, Pirelli présentera à Singapour sa trilogie de composés les plus tendres : le C3 revêtu de l'étiquette P Zero Blanc, qualifié de dur, le C4 arborant la teinte P Zero Jaune, considéré comme médium, et enfin le C5 affublé de la couleur P Zero Rouge, représentant le tendre.

L'optique stratégique privilégiée est sans équivoque : une tactique à un seul arrêt, d'autant plus que le temps de perte au stand, qui s'élève à environ 28 secondes, s'avère le plus conséquent de toute la saison, partageant cette distinction avec le circuit d'Imola. Normalement, c'est donc le composé le plus durqui se profile comme le pneu principal en course, pour autant que les conditions demeurent sèches.

À l'instar des autres tracés urbains, la position de départ revêt une importance cruciale pour aspirer à un résultat favorable, en raison des rares occasions de dépassement offertes. Les qualifications laissent invariablement une forte empreinte sur l'issue finale : il ne faudra pas se louper samedi.

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Grand Prix de Singapour

Plus d'actualités

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut