Vincent Vosse espère placer une BMW Hypercar en Hyperpole

WEC. Auteur du sixième temps lors de la journée test avec la numéro 20, BMW estime que le niveau était acceptable. Mais Vincent Vosse, le team principal de l'équipe, pense que tout le monde n'a pas dévoilé son jeu. Mais il reste optimiste pour les qualifications (19 h). Egalement engagé en LMGT3, le team WRT a bien plus d'espérances grâce à la connaissance de sa M4.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Vincent Vosse se veut positif et voit une BMW en hyperpole au Mans.
© Motors Inside / Alex Rodrigues / Vincent Vosse se veut positif et voit une BMW en hyperpole au Mans.

La saison 2024 marque le retour de BMW au Mans. La marque allemande a, pour l'occasion, engagé deux voitures pour le double tour d'horloge manceau. Le premier roulage sur la piste sarthoise, lors de la journée test, avec l'Hypercar, a plutôt été mitigé.

Motors Inside sans pub ?
Abonnez-vous

La voiture numéro 15 a été victime d'un problème moteur. Celui-ci a été changé pour des raisons de sécurité et a été envoyé à Munich pour l'analyser. La voiture sœur a davantage roulé et a terminé avec le sixième temps (3'28''072). Une performance « acceptable » pour Vincent Vosse, le team principal de l'équipe.

Le Belge reste méfiant des performances cachées des adversaires. Selon lui, Porsche et son armada de six Hypercar placeraient au mieux BMW à la septième place. « Cadillac n'a pas tout montré et il ne faut pas oublier Toyota. »

Avec une telle concurrence, la marque allemande pourrait donc avoir du mal à se hisser en Hyperpole. Mais Vincent Vosse, préfère rester positif. « Je pense qu'il y en aura une. » Lors de la première séance d'essais libres, BMW a montré que le rythme était là. Et que la voiture pouvait rouler très vite. La numéro 15 a terminé à la troisième place avec un temps en 3'26''671. Soit une marque à six dixièmes de la Toyota numéro 8.

À lire aussi : 24 Heures du Mans - Essais libres 1 : Toyota répond à Porsche

BMW est également engagé en LMGT3. Deux M4 représenteront la marque à travers le team WRT. Avec ces deux bolides, le constructeur a bien plus d'attente. « Il y a moins d'incertitudes avec la voiture, elle existe depuis trois ans. Elle a gagné des courses de 24 heures. »

Si WRT a la connaissance de sa M4, au Mans, elle roule en Goodyear et pas en Michelin. Un paramètre qui change complètement le comportement de la voiture. « Ça change son feeling, les réglages, la hauteur de caisse. C'est tout à fait différent. Selon comment tu attaques un vibreur, ce n'est pas pareil. »

Toute l'équipe gardera un œil sur la météo, qui s'annonce incertaine cette semaine. Jusqu'à présent, la pluie a épargné la Sarthe, mais elle pourrait s'inviter cette fin de semaine. Si WRT a « toujours été bon » dans la gestion des conditions changeantes, une erreur est vite arrivée. « Regardez Ferrari au Canada (en F1, N.D.L.R.) et à Imola (en WEC). »

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut