Red Bull pourrait remporter le titre de champion des constructeurs dès Austin

L'écurie autrichienne pourrait renouer avec le sacre du championnat des constructeurs dès le Grand Prix des États-Unis, une première depuis 2013 et la suprématie de Mercedes.
Logo Mi mini
Rédigé pPar
Le patron de Red Bull Racing, Christian Horner, et le double champion du monde Max Verstappen.
© Red Bull / Le patron de Red Bull Racing, Christian Horner, et le double champion du monde Max Verstappen.
Après Suzuka et le deuxième titre de champion du monde de Max Verstappen dans la confusion générale, c'est son écurie qui pourrait bien être sacrée le week-end prochain, à Austin. Avec 619 points empochés jusqu'à présent, Red Bull jouit en effet d'une avance confortable sur son dauphin, Ferrari, qui stagne à 454 points. L'abandon de Carlos Sainz au Japon suite à sa glissade au premier tour n'a pas joué en faveur de la Scuderia, tandis que Charles Leclerc a terminé derrière les deux pilotes Red Bull, le cinquième doublé de la saison pour ces derniers.

Plusieurs scénarios sont désormais possibles pour que l'écurie de Milton Keynes sécurise son titre dès le Grand Prix des États-Unis. Il reste 191 points du classement constructeurs à distribuer pour les quatre dernières courses de la saison, qui se déroulent donc à Austin, au Mexique, au Brésil (qui offre des points supplémentaires lors de la course Sprint), avant la conclusion à Abu Dhabi.

Pour faire simple, Red Bull doit avoir un minimum de 147 points d'avance sur son poursuivant après le Grand Prix des États-Unis pour mettre fin au suspense (s'il en reste encore). Autrement dit, si on prend le problème à l'envers, Ferrari doit devancer sa rivale de 19 points lors de la prochaine course si elle veut retarder le titre de l'écurie autrichienne. Il faudrait vraisemblablement espérer l'abandon d'au moins un des deux pilotes Red Bull, tandis que Charles Leclerc et Carlos Sainz doivent terminer haut dans les points. Rappelons qu'un doublé et le tour le plus rapide rapportent un total de 44 points à une équipe.

Une première couronne depuis 2013 ?



Avec 165 points d'avance actuellement, il "suffirait" à Red Bull de remporter 27 points à Austin pour décrocher le titre. Cela sera par exemple le cas si ses deux pilotes terminent en 3e et 4e position. Cela signifie aussi que si Max Verstappen gagne la course, Sergio Pérez peut se contenter d'une 9e position, et inversement. Et c'est sans compter le point additionnel pour le tour le plus rapide. Sans un doublé de la Scuderia, il suffit qu'un des deux pilotes Red Bull remporte la victoire et le meilleur tour pour consacrer leur écurie.

En conclusion, il est donc bien probable de voir Red Bull célébrer son titre sur les terres américaines. C'est d'ailleurs le souhait du Néerlandais et du Mexicain, qui ont déclaré, suite à la confusion du titre du premier à Suzuka, qu'ils seraient bien heureux d'une célébration aux États-Unis. « Je pense qu'ils se sont plantés, il me manque encore un point », avait déclaré un Max Verstappen particulièrement confus après la course au Japon, en se masquant la bouche pour ne pas être entendu. Ce à quoi son coéquipier avait répondu : « Je pense que c'est mieux (d'avoir) une fête à Austin ».

Cette couronne est attendue chez Red Bull depuis leur dernier sacre en 2013, après une - très - longue traversée du désert marquée par la suprématie totale de Mercedes et ses huit titres consécutifs. Avant le retour en force de la marque allemande, l'écurie autrichienne avait elle-même dominé le championnat avec quatre titres consécutifs remportés entre 2010 et 2013, avec son sulfureux duo Sebastian Vettel - Mark Webber, le premier ayant également été sacré quatre fois champion du monde lors de cet intervalle.
Votre avis

Connectez-vous pour écrire un commentaire

Pilotes concernés

Haut