Grand Prix du Mexique - Max Verstappen remporte la victoire et bat le record historique de succès en une saison

Max Verstappen s'est une nouvelle fois imposé au Mexique, profitant de la stratégie perdante des Mercedes pour les pneus hard. Le Hollandais termine devant Lewis Hamilton et le Mexicain Sergio Pérez, devant son public local.
Logo Mi mini
Rédigé pPar
Max Verstappen remporte le Grand Prix du Mexique et bat ainsi le record historique de victoires glanées en une seule saison avec ses 14 succès.
© Red Bull / Max Verstappen remporte le Grand Prix du Mexique et bat ainsi le record historique de victoires glanées en une seule saison avec ses 14 succès.
Côté pneumatiques, le poleman Max Verstappen est en pneus tendres, comme son coéquipier Sergio Perez et les Ferrari, tandis que les Mercedes sont montées sur pneus medium. Plus de 395 900 spectateurs se sont déplacés à l’Autodromo Hermanos Rodriguez ce dimanche pour espérer un spectacle à la hauteur de leurs attentes.

Max Verstappen effectue un très bon départ, tandis que Lewis Hamilton essaie de prendre l’avantage sur son coéquipier, ce qu’il réussira à faire après le premier virage et les plus de 800 mètres qui séparent la ligne de départ du premier tournant. Parti en deuxième position, George Russell perd une position supplémentaire lorsque Sergio Pérez le dépasse et se positionne derrière Hamilton. C’est Lance Stroll qui gagne le plus de positions au départ (5) et se retrouve 15e, tandis que Fernando Alonso gagne deux places pour se placer en 7e position derrière Charles Leclerc (qui a pris une place), le même nombre que Yuki Tsunoda, 11e après le départ.

Dès le 5e tour, Valtteri Bottas part à l’attaque de Fernando Alonso, tandis que son coéquipier Guanyu Zhou, 12e, peine à garder derrière lui un Daniel Ricciardo désireux d’effacer son très malheureux Grand Prix des États-Unis. L’Australien finira par gagner une position au 11e tour. Outre ces tentatives, ce début de course s’avère plutôt calme, les pilotes se retenant face aux 71 tours qui les attendent.

On notera que Max Verstappen ne parvient pas à s’échapper dans les premiers tours et reste à moins d’1,5 seconde de son poursuivant, Lewis Hamilton.

Alors que les pilotes enchainent les tours sans grand événement, Lance Stroll se plaint à la radio d’un manque d’adhérence sur la piste. Le Canadien tente de se défendre contre Pierre Gasly, qui le dépasse après l’avoir poussé dehors, un mouvement qui est rapidement annoncé sous enquête par la FIA. Le Français recevra 5 secondes de pénalité et 2 points sur son permis, désormais à 1 point d’écoper d’une suspension d’une course.

Au tour 16, les pilotes commencent à augmenter le rythme. Max Verstappen enchaîne les tours les plus rapides et creuse quelque peu l’écart avec Hamilton, flirtant avec les 2 secondes, mais le Britannique appuie lui aussi sur l’accélérateur. George Russell augmente aussi son avance sur Carlos Sainz, à 10 secondes du pilote Ferrari. On sent que le premier arrêt aux stands se rapproche et, avec lui, l’urgence de creuser les écarts. C’est Lance Stroll, qui fait du patinage artistique à chaque virage, qui ouvrira la danse avec un premier arrêt.

Changements de stratégies pneumatiques



De son côté, Charles Leclerc, 6e et 4 secondes derrière son coéquipier, demande à la radio de considérer le « plan C » car « nous n’avons rien à perdre », mais son ingénieur le met en garde contre le trafic avec ce plan.

Le local Sergio Pérez est spectateur d’un mauvais arrêt aux stands, de 5 secondes, Red Bull ne nous ayant pas habitués à des arrêts si lents. Le leader de la course Max Verstappen, qui souffre de la dégradation de ses pneus soft depuis plusieurs tours, s’arrête au tour 26 et ressort juste devant Carlos Sainz, en 3e position. Les Red Bull sont désormais chaussées des medium. Des pneumatiques qui profitent grandement aux Mercedes, avec la chute de la température.

C’est ensuite à Charles Leclerc de chausser les pneus medium, qui ressort en 12e position, peu avant la moitié de la course. Lewis Hamilton suit directement au tour 30, ainsi que Carlos Sainz. Chaussé désormais de pneus durs et donc parti pour ne plus s’arrêter jusqu’à la fin de la course, Hamilton ressort derrière Verstappen, en 3 place, tandis que l’Espagnol souffre d’un mauvais arrêt aux stands. De son côté, George Russell mise sur une stratégie risquée : faire durer ses medium le plus longtemps possible pour chausser des tendres en fin de course. Mais Mercedes l’appellera quelques tours plus tard aux stands pour lui monter également des pneus durs. À la moitié de la course, l’écurie allemande mise donc sur un arrêt supplémentaire pour leurs rivaux de Red Bull et ainsi leur prendre l’avantage en fin de course.

Pendant ce temps, Sergio Perez se rapproche dangereusement de Lewis Hamilton sous les cris d’encouragement de la foule mexicaine. Le Britannique notifie à son équipe que les pneus hard ne sont pas aussi performants que les medium, ce que lui confirme son ingénieur. Mercedes semble avoir – encore une fois – mal choisi sa stratégie pneumatique…

Esteban Ocon fait (un peu) le spectacle



On notera à ce sujet la bonne gestion de Fernando Alonso, en 5e position mais dépassé au 40e tour par son compatriote Carlos Sainz. Un signal pour son équipe de le faire rentrer aux stands ? Alpine l’appelle en tout cas au tour 41 pour le chausser… des hard, un choix discutable quand on voit la contre-performance des Flèches d’Argent. Pendant ce temps, Esteban Ocon effectue plusieurs beaux dépassements, d’abord sur Pierre Gasly, puis sur Valtteri Bottas et Guanyu Zhou, pour se caler en 8e position, pour le moment dans les points.

En tête de course, Max Verstappen creuse l’écart à un peu plus de 10 secondes avec Lewis Hamilton, ce dernier souffrant des pneus hard et d’une pression croissante de Sergio Perez, à un peu plus d’1,5 seconde. Les pilotes Mercedes n’en finissent plus de se plaindre de leurs pneumatiques à leurs ingénieurs, tandis que les Red Bull n’auront vraisemblablement aucun souci pour gérer leurs medium jusqu’à la fin.

Alors que cette course souffre d’un certain manque d’action, Ricciardo part au contact avec Yuki Tsunoda au tour 51 pour lui rafler la 11e place et abîme la monoplace du Japonais, qui s’arrête aux stands pour tenter de réparer les dégâts, mais est forcé à l’abandon. L’Australien écope de 10 secondes de pénalité pour ce mouvement dangereux.

Les Ferrari invisibles au Grand Prix du Mexique



Avec un écart abyssal de près de 30 secondes entre Carlos Sainz et George Russell, tandis que Charles Leclerc est à 3,5 seconde de l’Espagnol, on peut dire que les Ferrari se sont faites toutes petites pendant la course au Mexique. Invisible à l’écran, la Scuderia poursuit la déception entamée sur cette seconde moitié de saison.

Un autre pilote à souffrir énormément, c’est Nicholas Latifi, en dernière position à… 44 secondes de la Haas de Kevin Magnussen. Un écart qui se creusera encore à 52 secondes. La lenteur extrême du Canadien est d’autant plus frappante quand on voit son coéquipier Alex Albon en milieu de peloton, à la 12e place derrière Lando Norris.

Au tour 65, Fernando Alonso est forcé à l’abandon à cause d’un problème moteur. Une triste conclusion pour l’Espagnol, qui menait jusque-là une course remarquable. Et une énième défaillance moteur pour Alpine, qui devrait se concentrer en priorité sur ce problème pour la saison prochaine…

La course touche doucement à sa fin sans grand événement, George Russell s’arrêtant aux stands pour espérer décrocher le point du meilleur tour, ce qu’il accomplira sans encombres. C’est donc Max Verstappen qui remporte le Grand Prix du Mexique sans grande surprise, et bat ainsi le record historique de victoires glanées en une seule saison avec ses 14 succès. Lewis Hamilton termine en deuxième position, talonné par le Mexicain Sergio Perez, pour le plaisir de son public local.

PiloteEquipeTempsEcartTours
1VerstappenOracle Red Bull Racing1:38:36.729
71
2HamiltonMercedes-AMG Petronas Motorsport+15.186
71
3PerezOracle Red Bull Racing+18.097
71
4RussellMercedes-AMG Petronas Motorsport+49.431
71
5SainzScuderia Ferrari+58.123
71
6LeclercScuderia Ferrari+68.774
71
7RicciardoMcLaren F1 Team+1 tour
70
8OconBWT Alpine F1 Team+1 tour
70
9NorrisMcLaren F1 Team+1 tour
70
10BottasAlfa Romeo F1 Team ORLEN+1 tour
70
11GaslyScuderia AlphaTauri+1 tour
70
12AlbonWilliams Racing+1 tour
70
13GuanyuAlfa Romeo F1 Team ORLEN+1 tour
70
14VettelAston Martin Aramco Cognizant F1 Team+1 tour
70
15StrollAston Martin Aramco Cognizant F1 Team+1 tour
70
16SchumacherHaas F1 Team+1 tour
70
17MagnussenHaas F1 Team+1 tour
70
18LatifiWilliams Racing+2 tour
69
19AlonsoBWT Alpine F1 Team+DNF
63
20TsunodaScuderia AlphaTauri+DNF
50

Les photos du Grand Prix du Mexique 2022 de F1

Fond circuit
GP Mexique
00h 00m 00s
Course terminée
Vendredi 28 oct.
20h - 21h
23h - 24h
Samedi 29 oct.
19h - 20h
22h - 23h
Dimanche 30 oct.
21h - 23h
Votre avis

Connectez-vous pour écrire un commentaire

Haut