Grand Prix d'Australie : Max Verstappen remporte une course surréaliste marquée par trois drapeaux rouges

F1. Le pilote Red Bull est sorti vainqueur d'une course marquée par de nombreux accidents, devant Lewis Hamilton et Fernando Alonso.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Le podium du Grand Prix d'Australie.
© Red Bull / Le podium du Grand Prix d'Australie.

La F1 a pris la direction du circuit d’Albert Park, en Australie, pour sa troisième manche de la saison, après deux premières courses déroulées au Moyen-Orient. Si Max Verstappen a pris la pole, tous les regards seront rivés sur la surprise du samedi : les Mercedes en 2e et 3e position.

Motors Inside sans pub ?

Classés derniers aux qualifications, Valtteri Bottas et Sergio Perez se sont élancés depuis la pitlane après avoir enfreint le régime de parc fermé : changement de batterie et d’ECU sur la Red Bull, réglages de suspension modifiés sur l’Alfa Romeo. De son côté, Mercedes a changé la boîte de vitesses de George Russell en raison d’un problème de capteur, sans que cela n’entraîne de pénalité pour le Britannique, 2e.

George Russell qui prend la première place peu après l’extinction des feux, suivi par Lewis Hamilton qui brûle également la priorité au Hollandais. Notons au passage la plainte de Verstappen à la radio : « Il (Hamilton) m’a poussé hors de la piste ! J’étais devant à l’apex, il m’a poussé à l’extérieur ».

De son côté, Charles Leclerc part dans le gravier après avoir été touché par l’Aston Martin de Lance Stroll, et reste bloqué, entraînant la sortie de la voiture de sécurité dès le premier tour. Grosse déception d’entrée de jeu pour le Monégasque.

Esteban Ocon en profite pour passer par les stands et effectuer un changement de pneus pour chausser les durs. La stratégie d’Alpine est sans doute d’aller jusqu’au bout de la course avec ces gommes. Parlons de pneus justement : les trois quarts de la grille sont en gommes medium, à l’exception des cinq derniers, en durs, et de Pierre Gasly, en tendres.

Premier drapeau rouge

Au 6e tour, Lewis Hamilton décide de passer à la vitesse supérieure et tente d’attaquer son coéquipier, alors que le DRS est enfin autorisé après ce début de course mouvementé. Sauf qu’Alex Albon part à la faute et déclenche une nouvelle Safety Car, la piste étant jonchée de graviers. George Russell en profite pour changer ses pneus et chausse les durs, à l’instar d’Ocon au 1er tour.

Au bout de quelques minutes, la direction décide de sortir le drapeau rouge suite à cet accident qui a abimé les barrières de protection. Le Thaïlandais s’en sort heureusement indemne, malgré un choc à très haute vitesse.

Ce drapeau est une très mauvaise nouvelle pour George Russell, qui venait de passer aux stands, puisque tout le monde peut désormais changer ses pneus pendant cette interruption. Le Britannique s’élancera en 6e position, tandis que son coéquipier partira premier. Déception également pour Carlos Sainz, qui était aussi passé par les stands, et s’élancera 11e.

Au redémarrage, sous forme de départ arrêté, Hamilton conserve sa position, mais le Hollandais finit par lui prendre la première place un tour plus tard à l’aide du DRS, et s’envole rapidement devant le Britannique. La Red Bull est à un autre niveau. De son côté, Russell a gagné deux positions, désormais 5e. Derrière, on assiste à une petite bataille entre Gasly, Stroll et Sainz. L’Espagnol a très faim et dépasse le Canadien sans difficulté avant de s’élancer vers le Français.

La voiture de Russell en feu

Au tour 17, c’est une bataille entre deux champions du monde, Hamilton et Alonso, qui nous sort de ce rythme que prend doucement la course. Et puis nouveau rebondissement : la voiture de George Russell est en feu. Le Britannique s’arrête sur la piste et déclenche une voiture de sécurité virtuelle.

Au tour 25, Carlos Sainz réalise un beau dépassement sur Pierre Gasly et se place désormais quatrième, aux portes du podium. Pendant ce temps, Sergio Perez remonte lentement la grille, désormais dans les points en 9e position derrière Norris, mais il ne parvient pas à se défaire du pilote McLaren si facilement. Ocon dépasse, lui, Piastri et se retrouve dans les points également, derrière le Mexicain.

Alors que Max Verstappen semblait s’endormir devant, il bloque ses pneus avant au tour 48 et sort dans l’herbe. Les visages sont tendus chez Red Bull, alors que le Hollandais perd quelques secondes de son avance insolente et que ses pneus pourraient en avoir bien souffert. Il est désormais 7,5 secondes devant Hamilton.

Deuxième et… troisième drapeau rouge

Au tour 54, Kevin Magnussen nous sort de cette course devenue monotone après avoir pris un mur et perdu un pneu qui se retrouve sur la piste, avec de nombreux débris. La voiture de sécurité sort donc en fin de course. Les mécaniciens Mercedes sont prêts à changer les pneus d’Hamilton pour l’occasion, qui pourrait réaliser un beau coup sur le Verstappen. Le Hollandais a tout à perdre dans cette histoire… Et puis, autre retournement de situation : on agite le drapeau rouge, à deux tours de la fin. Une opportunité à ne pas rater pour le pilote britannique.

On a donc droit à un mini sprint pour clore cette course folle, qui reprend via un départ arrêté. Max Verstappen réalise cette fois un bon départ, Hamilton également, mais derrière, c’est le carnage. Alonso est touché par Sainz et part en tête-à-queue. Deux Alpine, une AlphaTauri et une Williams ont également été détruites dans plusieurs carambolages au départ : Pierre Gasly a manqué son freinage et s’est accroché avec son coéquipier, terminant leur course contre le mur. Logan Sargeant a percuté Nyck de Vries au premier virage. De son côté, Perez a tiré tout droit dans le gravier, également au premier virage, mais reste en lice. Et c’est donc un nouveau drapeau rouge, à un tour de la fin.

La direction de course décide finalement d’un départ lancé pour terminer ce Grand Prix qui prend des airs surréalistes, avec Verstappen, Hamilton, Alonso et Sainz en tête, puisque le classement précédent est appliqué pour la relance, moins ceux qui ont abandonné. On termine donc avec un podium dans l’ordre mentionné ci-dessus. Max Verstappen sort vainqueur de cette course qui restera sans aucun doute dans les annales. On notera par ailleurs la pénalité de cinq secondes de Carlos Sainz pour son accrochage avec Alonso, alors que la direction de course avait annulé le tour précédent le dernier drapeau rouge.

Le classement du Grand Prix d'Australie

PiloteEquipeTempsEcartTours
1VerstappenOracle Red Bull Racing2:32:38.371
58
2HamiltonMercedes-AMG Petronas Motorsport+0.179
58
3AlonsoAston Martin Aramco Cognizant F1 Team+0.769
58
4StrollAston Martin Aramco Cognizant F1 Team+3.082
58
5PerezOracle Red Bull Racing+3.320
58
6NorrisMcLaren F1 Team+3.701
58
7HülkenbergHaas F1 Team+4.939
58
8PiastriMcLaren F1 Team+5.382
58
9GuanyuAlfa Romeo F1 Team ORLEN+5.713
58
10TsunodaScuderia AlphaTauri+6.052
58
11BottasAlfa Romeo F1 Team ORLEN+6.513
58
12SainzScuderia Ferrari+6.594
58
13GaslyBWT Alpine F1 Team+DNF
56
14OconBWT Alpine F1 Team+DNF
56
15De VriesScuderia AlphaTauri+DNF
56
16SargeantWilliams Racing+DNF
56
17MagnussenHaas F1 Team+DNF
52
18RussellMercedes-AMG Petronas Motorsport+DNF
17
19AlbonWilliams Racing+DNF
6
20LeclercScuderia Ferrari+DNF
0

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

0 photos dans l'album

Les photos du Grand Prix d'Australie de F1 2023. Toutes les photos

Fond circuit
Drapeau AustralieGP Australie
00h 00m 00s
Course terminée
Vendredi 31 mars
03h30 - 4h30
Samedi 1 avr.
03h30 - 4h30
Dimanche 2 avr.
07h - 8h
Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Pilotes concernés

Haut