Ron Dennis cède ses actions McLaren

Clap de fin pour Ron Dennis chez McLaren : le Britannique a cédé ses actions dans l'équipe et le constructeur automobile, qui en profitent pour fusionner. Il quitte également toutes ses fonctions pour se tourner vers d'autres projets.
 Icon For Chat#6  2
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Ron Dennis n'a plus aucun lien avec McLaren
© McLaren / Ron Dennis n'a plus aucun lien avec McLaren
En novembre dernier, Ron Dennis avait été contraint de quitter l'équipe qu'il dirigeait depuis 35 ans. La dernière étape de ce processus de départ a désormais été franchie avec la cession de ses actions (25% de McLaren Technology Group et 10,3% de McLaren Automotive). Le montant de la transaction n'a pas été révélé mais l'équipe indique désormais que le groupe, qui va fusionner les deux entités actuelles, est désormais valorisé à hauteur de 2,4 milliards de livres sterling, soit 2,7 milliards d'euros.

Il avait été décidé initialement de séparer l'équipe de F1 et ses dérivés technologiques de l'activité de véhicules sportifs afin d'éviter que les difficultés financières de l'une n'entrainent dans sa chute l'autre activité. A l'époque, il s'agissait surtout de protéger l'équipe de F1, alors en pleine gloire, alors que le lancement d'une nouvelle marque de véhicules sportifs était un risque important.

Mais depuis McLaren F1 subit d'importantes déconvenues en piste avec les problèmes de son moteur Honda tandis que McLaren vole de succès en succès avec sa gamme de véhicules de plus en plus étendue.

Mansour Ojjeh, le directeur du comité exécutif, explique ainsi sa volonté de fusionner les deux activités au sein de McLaren Group : « Depuis que je suis devenu un investisseur majeur dans l'entreprise il y a 33 ans, je suis très fier de ce que chacune des entreprises de McLaren ont réussi, en croissant de manière indépendante et entrepreneuriale. Maintenant qu'elles ont une échelle mondiale, il est temps d'unifier les stratégies et marques afin de créer un centre d'excellence encore plus fort dans le luxe automobile, la course automobile et la technologie. »

Les deux actionnaires, le groupe TAG de Mansour Ojjeh et le fonds souverain de Bahreïn, Muntalatak, ont ainsi décidé de maintenir en fonction l'ensemble des dirigeants actuellement en place, que ce soit Zak Brown, Jonathan Neale ou Eric Boullier.

Pour autant, l'heure n'est pas à la retraite pour Ron Dennis puisqu'il entend toujours jouer un rôle de consultant pour le Ministère de la Défense britannique. Il va également encore davantage s'impliquer dans sa fondation familiale, Chasedreaming, comme il l'explique : « C'est le fait d'avoir travaillé avec Lewis Hamilton, que j'ai pris sous mon aile alors qu'il n'avait que 12 ans et qui est devenu champion du monde de F1 avec McLaren en 2008, qui m'a donné l'idée de fonder Dreamchasing en tant que fondation caritative. »

Avec la participation de www.racingbusiness.fr
Partager
 Icon For Chat#6  2 commentaires

    Icon For Contact#1
    AP01, 2 Jul. 2017, 12:24

    Si la rédaction peut supprimer le commentaire ci-dessus qui n'y est pas à sa place... Sinon, ce clap de fin pour Ron Dennis chez McLaren tourne la page d'un sacré pan de l'Histoire de la F1. Et ceci dans une indifférence assez générale... Voilà ce qu'il en coûte d'avoir des saoudiens au capital... et d'avoir voulu profiter de la maladie de Mansour Ojjeh (comme ce dernier l'a évoqué). Alors, oui, il avait quelques casseroles mais en 40 ans de carrière, quasiment toutes au plus haut niveau, difficile d'en être autrement dans ce milieu... Mais, surtout, il a souvent eu le nez creux (sauf ces dernières années) et est l'artisan des plus belles pages de la F1, depuis 1980 du moins, avec le duel Prost / Senna. Et bien qu'il ait clairement affiché sa préférence pour le brésilien, il n'a jamais donné de consignes, sur la piste du moins... Ron Dennis mérite d'entrer au panthéon de la F1, pas pour sa chaleur humaine certes, mais pour son parcours exceptionnel. Peut-être que son histoire avec la F1 n'est pas totalement terminée d'ailleurs même si, de mon point de vue et à son âge, mieux vaudrait en rester là, même si sa sortie n'est pas très glorieuse.


    Icon For Contact#1
    Nicolas, 3 Jul. 2017, 5:19

    Quand on a pour associé un fonds souverain nommé "monte à l'attaque", il ne faut pas s'étonner de finir par se faire virer de la tête des opérations quand celles-ci tournent au fiasco. C'est donc une sortie par la petite porte mais les exploits resteront quand même. Indifférence générale ? Non, c'est plutôt le fait accompli, quelque chose qui échappe à toute forme d'influence extérieure. Résignation serait à peine plus adapté. Dans la pratique, Ron Dennis ne devait être toléré que parce qu'il avait encore des billes dans l'affaire. Il va probablement disparaître du paysage actif, du moins apparent, de la F1. Et comme il a d'autres projets, pas d'inquiétude pour lui.


graphical divider
Media centre Barcelone
La communauté digitale
pour

Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

Rejoignez la comu @motorsinside

Dernières actualités F1

Toutes les actualités F1
Top