Les discussions entre Renault et Andretti-Cadillac pour les moteurs se poursuivent

F1. Malgré un pré-contrat expiré avec le groupe Renault pour l'achat d'unités de puissance, le motoriste français affirme poursuivre les discutions avec les représentants d'Andretti-Cadillac, en vue d'une entrée en F1 en tant qu'onzième équipe de la grille.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
L'avenir d'Andretti-Cadillac passera peut-être par un moteur Renault...si la F1 en veut bien.
© michael andretti / L'avenir d'Andretti-Cadillac passera peut-être par un moteur Renault...si la F1 en veut bien.

La route d’Andretti pour arriver en F1 est extrêmement longue et difficile. L’équipe américaine, présente notamment en Formula E et IndyCar, souhaite rejoindre la catégorie reine du sport automobile depuis plusieurs années. La tentative de rachat de Sauber en 2021 a été un échec.

Motors Inside sans pub ?

La famille Andretti, veut donc lancer sa propre écurie, après que Mohammed Ben Sulayem ait annoncé son intention de voir de nouvelles équipes rejoindre la grille. Pour avoir une candidature sérieuse, Michael Andretti a obtenu un accord d’association avec le groupe Général Motors et la marque Cadillac.

La candidature d’Andretti-Cadillac a été retenue par la FIA. Mais ces derniers doivent encore convaincre la FOM et Liberty Media. Même si les propriétaires économiques de la F1 ne peuvent pas s’opposer légalement à l’arrivée d’une onzième équipe dans la catégorie, ils peuvent renégocier les accords Concorde et augmenter le fond anti-dilution, aujourd’hui à 200 millions de dollars, pour toute nouvelle équipe voulant rejoindre le championnat.

Un nouvel accord avec Renault pour le moteur ?

Andretti possédait un également un pré-contrat avec le groupe Renault, pour l’achat d’un moteur. Cependant, l’accord entre le constructeur français et l’équipe américaine avait expiré en raison de la longue période écoulée avant la validation par la FIA. Dans un entretien accordé à Autosport, Bruno Famin, directeur exécutif d’Alpine F1 Team, a confirmé que le groupe Renault était prêt à rouvrir les négociations avec Andretti-Cadillac.

« Nous discutons avec Andretti et General Motors et nous sommes heureux de leur parler. S’ils ont une entrée, nous sommes heureux de reprendre les pourparlers. Pour l’instant, c’est un peu en stand-by, et ce n’est pas à cause de nous : c’est parce que la longueur du processus est beaucoup, beaucoup, beaucoup plus longue que prévu. La FIA a mis beaucoup plus de temps à répondre qu’elle ne l’avait dit au début, maintenant la balle est du côté de la F1. S’ils ont une entrée, nous sommes heureux de discuter d’un accord avec Andretti », a déclaré Bruno Famin.

« Ce que j’ai dit la dernière fois, c’est que nous avions un pré-contrat, qui a expiré, alors en ce moment, nous n’avons aucun engagement ou aucun engagement juridique avec eux. S’ils ont une inscription, c’est parce qu’ils auront démontré qu’ils apporteront beaucoup de valeur ajoutée à la F1, et que la valeur du championnat et des équipes ne sera pas diluée à cause de cela », a poursuivi le Français.

Si cet accord avec Renault ne venait pas à se conclure, General Motors est prêt à produire ses propres unités de puissance, après la nouvelle réglementation moteur de 2026.

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut