Le Congrès américain interpelle Liberty Media sur le refus de faire entrer Andretti en F1

F1. Une douzaine de membres du Congrès américain ont interrogé Liberty Media à propos du refus de la candidature de Mario Andretti sur la grille de Formule 1, dans un futur proche.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Mario Andretti souhaite toujours voit son équipe arriver en F1
© Andrew Connell / Mario Andretti souhaite toujours voit son équipe arriver en F1

Nouveau tournant dans la saga opposant la Formule 1 et Mario Andretti. Si jusque là le combat se faisait de manière interne à la F1, cette fois l'histoire a pris une dimension plus importante, puisque le Congrès américain lui-même, s'est emparé de l'affaire.

Motors Inside sans pub ?

Le représentant républicain du Michigan, John James, qui représente une région associée à General Motors, a participé à une conférence de presse devant le Capitole des États-Unis à Washington, mercredi, aux côtés de Mario Andretti, champion du monde de Formule 1 en 1978 et propriétaire de l'équipe Andretti Global.

Formula One Management, dont Liberty est propriétaire, a rejeté l'offre d'Andretti car son « processus d'évaluation a établi que la présence d'une 11ème équipe ne fournirait pas à elle seule de valeur au championnat » et mettrait une pression financière inutile sur les organisateurs actuels de courses.

Avec 11 autres membres du Congrès, John James a envoyé une lettre demandant des explications à Liberty Media. Ils ont fait part de « leur inquiétude » face à de potentielles « actions anticoncurrentielles qui pourraient empêcher deux entreprises américaines, Andretti Global et General Motors (GM) de se produire et de concourir en Formule 1»

Un soutien de taille pour Andretti

Il a également remis en question le fait que FOM laisse la possibilité à Andretti de saisir la 11ème place, à partir de 2028 pour s'assurer de recevoir plus d'argent si la F1 poursuit son expansion commerciale rapide. « En observant de l'extérieur, on peut se demander : s'agit-il d'une prise d'argent ? », a-t-il déclaré à NBC News. « On peut se demander : la Formule 1, Liberty Media, repousse-t-elle l'échéance pour obtenir une meilleure affaire pour elle-même, afin de passer de 200 millions de dollars à 1 milliard de dollars prélevés à Andretti-Cadillac. Entre-temps, l'engagement a été montré par Andretti-Cadillac, je pense, à hauteur de millions de dollars par mois en préparation pour répondre à toutes les normes de conformité. »

« Nous espérons pouvoir résoudre cela pour faire des affaires ensemble dans notre intérêt mutuel, mais surtout pour l'Amérique. Mais sinon, nous obtiendrons des réponses à nos questions. Parce que nous avons l'obligation de protéger le consommateur américain, de protéger les entreprises américaines, et c'est notre première allégeance. Et ceux qui cherchent à en profiter seront tenus pour responsables. Ce n'est pas seulement soutenir Andretti. Il s'agit de soutenir les Américains. »

Le représentant a soulevé la question auprès du président du Comité judiciaire de la Chambre des représentants des États-Unis, Jim Jordan, ce qui pourrait entraîner un examen plus approfondi du refus de la place d'Andretti sur la grille en appelant les dirigeants de Liberty à s'expliquer devant le gouvernement.

« Nous avons montré que nous étions prêts »

Mario Andretti, 84 ans, a déclaré au sujet de l'affaire de son équipe : « Nous avons fait tout ce qui nous a été demandé. J'ai fièrement représenté les États-Unis dans ma carrière en F1. Mes moments les plus fiers ont été debout sur le podium avec l'hymne national américain qui jouait. »

« La F1 est devenue très présente maintenant aux États-Unis avec trois courses, ce qui est sans précédent. Nous avons montré que nous étions prêts avec tous les outils disponibles, avec des partenaires fantastiques à nos côtés. »

« Il ne nous reste plus qu'à obtenir le feu vert. Donnez-nous un feu vert et laissez-nous faire notre travail. Nous sommes les seuls candidats approuvés par la FIA pour la Formule 1, et nous n'avons plus qu'une seule étape à franchir. »

Il s'est dit satisfait de recevoir ce soutien de poids. « Nous sommes reconnaissants envers les membres bipartisans du congrès pour leur soutien face à ce comportement anti-concurrentiel », explique l'équipe dans un communiqué. « Nous restons impliqués pour faire débuter la première équipe et le premier motoriste basés aux États-Unis en F1, et à offrir aux passionnés américains une équipe à soutenir. Nous espérons un dénouement rapide pour qu'Andretti Cadillac puisse être approuvé sur la grille en 2026. »

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Liberty Media

Plus d'actualités

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut