Le règlement 2026 de F1 sera une ode au spectacle

F1. Conjointement, la FIA et la F1 ont organisé une conférence de presse et ont dévoilé les premières décisions validées concernant les règlements de F1 pour les saisons 2026 - 2030. Au programme : réduction du poids, de la taille mais aussi des changements concernant l'aéro et les moteurs dans l'objectif d'améliorer le spectacle.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
La face avant des F1 2026 supposé par la FIA.
© FIA / La face avant des F1 2026 supposé par la FIA.

La règlementation 2026 est attendue de pied ferme pour mettre fin aux problèmes de spectacle en Formule 1. Le championnat de Formule 1 2026 devra ainsi mettre en place un nouveau règlement technique (aéro), mais aussi un nouveau règlement moteur.

Motors Inside sans pub ?
Abonnez-vous

Le Président de la FIA, Fédération Internationale de l'Automobile, Mohammed Ben Sulayem, s'est expliqué sur ses refontes de règlement : « A la suite de la publication d'un nouveau règlement moteur, il y a deux ans, nous en avons profité pour travailler sur un nouveau règlement châssis, afin de répondre aux besoins énergétiques de ces nouveaux groupes propulseurs. »

« Nous collaborons avec la Formule 1 et les 10 équipes ainsi que toutes les parties prenantes. Cela représente une révision unique qui garantira que notre championnat reste encore plus pertinent par rapport à ce qui se passe dans le monde. »

En 2026, 3 nouveaux motoristes viendront en Formule 1 : Honda, Ford et Audi. Ces arrivées massives seraient le fruit de l'attrait de cette nouvelle règlementation moteur, qui correspondrait plus aux besoins des particuliers en terme de voiture de quotidien et donc intéresserait plus les marques à investir en Formule 1.

Ainsi, en 2026, avec 10 équipes, il y aura 6 motoristes, un record dans le championnat de F1. « Ces réglementations ont déjà permis à un nombre record de fabricants de PU à s'engager en F1. Et maintenant, parallèlement aux réglementations sur les châssis qui prévoient des voitures plus légères et plus agiles dotées de solutions aérodynamiques innovantes, nous avons créé un ensemble de réglementations conçues non seulement pour améliorer les courses, mais également pour rendre le championnat encore plus attractif pour les motoristes, les équipementiers et les constructeurs existants. »

En 2026, les F1 auront un look légèrement différent comparé à aujourd'hui, mais c'est surtout sur le plan technique que les choses deviennent intéressantes. En effet, la FIA a introduit la notion d'aérodynamique active, qui permettra aux monoplaces d'avoir plus ou moins d'appui et de charge aéro en fonction de leur position sur le circuit. Ainsi, en ligne droite, les ailerons avant et arrière s'aplaniront pour laisser la monoplace se déplacer avec moins de trainée, tandis qu'en virage, l'appui sera maximal pour permettre une bonne adhérence.

En plus de l'aérodynamique active, les moteurs seront techniquement bien différents. Actuellement composé de deux moteurs à récupération de l'énergie thermique et cinétique, accumulant ainsi la puissance dans des batteries, les F1 2026 auront un moteur électrique en moins. Les système d'unité de puissance sera donc simplifié pour être plus proche du concept des voitures de série. On retrouvera donc un moteur thermique comme actuellement, V6, mais avec un peu moins de puissance, ainsi qu'un moteur électrique, qui génèrera beaucoup plus de puissance qu'actuellement. Le ratio devrait être d'environ 50% d'énergie produite par chacun des moteurs thermique et électrique.

« Notre objectif, avec la F1 était de produire une voiture adaptée à l'avenir de la catégorie élite du sport. Nous pensons avoir atteint cet objectif. » conclut Mohammed Ben Sulayem.

Présent lors de la conférence de presse, Stefano Domenicali, Président et Directeur de la Formule 1 (détenue par Liberty Media), a confié vouloir également laisser place à plus de spectacle : « Ces réglementations marquent un moment important dans l'avenir de notre sport alors que nous attendons avec impatience une nouvelle génération de voitures [...] qui visent à offrir à nos fans des courses plus serrées et passionnantes. Le nouveau groupe motopropulseur hybride alimenté de manière durable présente une énorme opportunité pour l'industrie automobile mondiale. La baisse du carburant a le potentiel d'être utilisée par les voitures du monde entier et de réduire considérablement les émissions. Son potentiel est l'une des principales raisons pour lesquelles nous aurons un nombre record de fournisseurs de moteurs en Formule 1 en 2026. » A noter en effet que le moteur V6 thermique utilisera du carburant bio, issue de ressources naturelles et donc renouvelable. Bien sûr, il polluera toujours, mais sa production devra compensée son effet sur le climat.

Le directeur technique des monoplaces, à la FIA, Nikoas Tombazis, était également présent. Il a évoqué le concept de voiture « agile » dans le sens adaptable et intelligente.

« Avec cet ensemble de réglementations, la FIA a cherché à développer une nouvelle génération de voitures qui sera proche de l'ADN de la Formule 1 – des voitures qui seront légères, extrêmement rapides et agiles mais qui restent également à la pointe de la technologie. Pour y parvenir, nous avons travaillé vers ce que nous appelons un concept de "voiture agile". »

« Au centre de cette vision se trouve un groupe motopropulseur redessiné qui présente une répartition plus égale entre la puissance dérivée de l'élément à combustion interne et la puissance électrique. »

« Du côté du châssis, nous avons réussi à réduire la taille et le poids de la voiture de 30 kg, ce qui donne une voiture beaucoup plus dynamique. De plus, nous introduisons deux nouvelles fonctionnalités intéressantes pour améliorer la course : un aérodynamisme actif pour obtenir une très faible traînée en ligne droite. et le système de commande manuelle qui fournira aux conducteurs une charge de batterie à la demande lorsqu'ils seront suffisamment proches de la voiture qui les précède. »

Un mode boost sera ainsi utilisable par le pilote de derrière pour permettre d'améliorer les possibilités de dépassement. Ce mode n'a pas encore été détaillé sur son usage, mais le principe sera de ne pas limiter l'utilisation du moteur électrique passé une certaine vitesse. Ainsi, en mode "override" les pilotes pourront bénéficier de l'aide de leur moteur électrique jusqu'à 355 km/h avec plus de puissance que le pilote de devant, qui verra l'énergie du moteur électrique réduite à partir de 290 km/h et de plus en plus jusqu'à être nulle à 337 km/h.

Nikolas Tombazis rappelle lui aussi l'objectif principal : Améliorer le spectacle dans l'intérêt des fans et spectateurs sur les circuits.

« Plus léger, plus puissant et plus axé sur l'habileté du pilote, le Règlement Technique de Formule 1 de la FIA 2026 a été conçu pour permettre des courses plus serrées entre les pilotes, accroître la compétition entre les équipes et améliorer le spectacle. De plus, nous avons opté pour un composant électrique plus élevé. du groupe motopropulseur, une voiture globalement plus efficace et des carburants entièrement durables, dans le cadre de notre démarche vers un avenir plus durable pour notre sport. »

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut