Europe - Retour sur le week-end (1) : Le rookie Antonio Giovinazzi épate et évite les embûches

A l'image de la disciple reine, le GP2 Series découvrait le circuit urbain de Bakou à l'occasion du Grand Prix d'Europe.
Retrouvez le résumé combiné des Qualifications et de la course longue de la troisième manche de cette saison 2016. Antonio Giovinazzi a frappé fort alors que les trois pilotes français ont figurés sur la longue liste des abandons !
Logo Mi Redaction
Rédigé par
© GP2 Series - Première pole et première victoire en GP2 pour le jeune Antonio Giovinazzi !
© GP2 Series - Première pole et première victoire en GP2 pour le jeune Antonio Giovinazzi !
La pole de justesse pour Giovinazzi !

Équipier de Pierre Gasly au sein de l'écurie Prema Racing, Antonio Giovinazzi était resté très discret au cours des quatre premières courses. Avec zéro point au compteur, il était temps de penser à la vitesse supérieure. Deuxième au cours de la séance libre, le pilote Italien triompha dés les Qualifications en s'adjugeant une pole disputée à couteaux tirés.

En réalisant un meilleur temps de 1:51.752 dans les toutes dernières minutes (en pneumatiques super-softs, à bande rouge), il prit le meilleur sur son premier poursuivant pour une marge infime: 0,08s d'écart sur Nobuharu Matsushita (ART Grand Prix) ! Le Japonais comme Serguey Sirotkin (ART Grand Prix) ne sont pas passés loin de la pole position en améliorant la marque dans les dernières minutes, avant le passage décisif du pilote Prema.
Derrière ce trio de tête on retrouvait dans l'ordre : Raffaele Marciello (Russian Time), Luca Ghiotto (Trident), Oliver Rowland (MP Motorsport), Marvin Kirchhöfer (Carlin) ;et les deux Français : Pierre Gasly (Prema Racing) et Norman Nato (Racing Engineering) partaient modestement en huitième et neuvième position devant Sergio Canamasas (Carlin).

Sur cette piste neuve, les 22 pilotes du plateau étaient en plein apprentissage : à l'attaque dans cet exercice, deux pilotes se sont fait remarquer avec Daniel de Jong (MP Motorsport) et Philo Paz Armand (Trident). Les deux concurrents se sont ici accrochés, terminant leur course dans l'échappatoire du virage 3 et provoquant un drapeau rouge.

Disputée le Vendredi, il convient également de noter que cette séance qualificative fut décalée de quelques heures après des problèmes décelés sur les vibreurs du circuit de Bakou. Charlie Whiting et l'équipe de la FIA n'ont ainsi pris aucune précaution en décalant cette séance en fin de journée à l'issue des Essais Libres 2 de la Formule 1 (de 19 heures à 19 heures 30, heure locale)

Course 1 : Giovinazzi fait coup double dans le chaos !

Antonio Giovinazzi était décidément intenable en ce début de week-end azeiri, en remportant la toute première course de GP2 disputée sur ce nouveau circuit de Bakou !
Pourtant, il lui a fallu garder la tête froide face aux multiples péripéties de cette course longue ! Tout avait pourtant très mal commencé pour avec un départ catastrophique, à la limite du calage, qui l'avait vu retomber au cinquième rang.

Matsushita et Marciello se disputaient alors le commandement et c'est le Japonais qui menait à la sortie des premiers virages. Mais derrière quelle cohue ! Deux français étaient directement impliqués : en poussant involontairement Norman Nato, Pierre Gasly provoquait un carambolage et le retrait de cinq voitures dont la sienne. Sergio Canamasas, Nicholas Latifi et les deux Carlin de Marvin Kirchhöfer et Alex Lynn étaient les autres victimes de ce premier virage dantesque ! En tête à queue au milieu de la mêlée, Nato évitait cependant le pire et pouvait repartir mais en toute fin de peloton.

La voiture de sécurité était une première fois de sortie, pendant deux tours. Une fois la meute relâchée, Marciello s'emparait de la tête dés le premier virage face à Matsushita.
De son côté, Giovinazzi entamait peu à peu sa remontée en prenant d'abord l'avantage sur Luca Ghiotto qui commettait une petite erreur.

Mais la voiture de sécurité allait encore sortir plusiers fois en piste. Au sixième tour, Philo Paz Armand percutait le mur et provoquait le passage par les stands de la plupart des pilotes, qui se débarassaient de leurs pneumatiques super-softs.

Au huitième tour, explication musclée entre Arthur Pic qui enfermait au freinage Artem Markelov. Le Français terminait dans l'échappatoire et le vainqueur de la course longue monégasque finissait dans le mur. Il fallait de nouveau évacuer les débris qui jonchaient la piste.

Marciello retrouvait lui les commandes de la course après son changement de gommes et toutes ces péripéties, devant Matsushita, Jeffri (qui ne s'était pas encore arrêté) et Giovinazzi. Au moment de la remise en action, Jeffri et Matshushita pliaient face aux attaques simultanées de Giovinazzi et Rowland qui montaient temporairement aux deuxième et troisième rang. Mieux même, passé deuxième, Giovinazzi pouvait chasser la tête de la course !
De son côté, la dégringolade continuait pour Matsushita, qui tirait droit dans le premier virage. Luca Ghiotto et Serguey Sirotkin bénéficiaient des largesses du Japonais qui ne pointait ainsi plus qu'au sixième rang. Aussi, Jeffri abandonnait au 15e tour, la faute visiblement à des problèmes de freins.

Après cette relance mouvementée, les choses s'éclaircissaient et en tête Giovinazzi se montrait menaçant sur son homologue italien.

Au 18e tour, Antonio Giovinazzi prenait la tête de la course après une aspiration parfaite et un dépassement propre au premier virage. Le pilote Prema Racing n'allait plus la lâcher.

Mais derrière la course d'élimination continuait. Au 19e tour, les deux Racing Engineering donnaient une bien mauvaise image d'équipe en s'accrochant dans le virage 3. Cette fois Norman Nato devait bel et bien abandonner alors que Jordan King repartait en fin de classement. La voiture de sécurité effectuait un éniéme passage sur la piste azéirie.

À ce titre, la limite de temps allait stopper les débats : une dernière fois les pilotes étaient relâchés et ce pour deux tours. Jordan King se prenait une nouvelle fois les pieds dans le tapis avec Jimmy Eriksson (Arden International), l'abandon était finalement au bout du chemin et un zéro pointé se profilait pour l'équipe Racing Engineering.

Devant, Antonio Giovinazzi franchissait la ligne en vainqueur. Première victoire dans la discipline pour le pilote italien, jeune loup (22 ans) en GP2 Series. Derrière lui sur le podium, Sergey Sirotkin faisait une belle opération en passant Raffaele Marciello à l'aspiration dans la dernière ligne droite, dernier moment fort de cette course à rebondissements !




La lecture de ce classement donnait ainsi un bilan de dix abandons, record dans cette cuvée 2016 des GP2 Series !

PiloteEcurieTemps / Ecart Tours
1A. GiovinazziPREMA Racing 1:03:05.42026
2S. SirotkinART Grand Prix+1.23326
3R. MarcielloRUSSIAN TIME+1.34326
4O. RowlandMP Motorsport+2.14126
5M. EvansPertamina Campos Racing+2.62826
6N. MatsushitaART Grand Prix+3.11026
7S. GelaelPertamina Campos Racing+5.80826
8D. De JongMP Motorsport+6.66326
9L. GhiottoTrident+7.05826
10G. MaljaRapax+7.59526
11J. ErikssonArden InternationalDNF24
12J. KingRacing EngineeringDNF24
13N. NatoRacing EngineeringDNF18
14N. JeffriArden InternationalDNF14
15A. PicRapaxDNF7
16A. MarkelovRUSSIAN TIMEDNF7
17P. Armand TridentDNF5
18S. CanamasasCarlinDNF0
19P. GaslyPREMA Racing DNF0
20N. LatifiDAMSDNF0
21M. KirchhöferCarlinDNF0
22A. LynnDAMSDNF0


Partager
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Top