Pourquoi la défense de Pérez sur Gasly échappe à une pénalité ?

Pourquoi la défense de Pérez sur Gasly échappe à une pénalité ?

La bataille pour la cinquième place du Grand Prix du Portugal ce week-end a été marqué par la dangereuse manoeuvre de Sergio Pérez défendant sur Pierre Gasly. Pourtant le Mexicain n'a pas reçu de pénalité. Explications.

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Racing Point - Pérez réprimandé mais pas pénalisé à Portimão
© Racing Point - Pérez réprimandé mais pas pénalisé à Portimão
Cela a été le point fort de la fin de course du Grand Prix du Portugal ! La bataille à trois opposant Sergio Pérez, Pierre Gasly et Carlos Sainz pour le gain final de la cinquième place a concentré l'objectif des caméramans de la Formule 1 dans les derniers tours.

Seulement, la défense rugueuse de Pérez a divisé le public. Une partie pensant qu'il faut laisser les pilotes se battre et une autre criant au scandale face à la dangerosité de sa manœuvre. Revenons sur les faits.

La situation


Les pilotes ne doivent plus observer d'arrêt, il reste une dizaine de tours. Pérez, s'étant arrêté au premier tour suite à une collision avec Verstappen, a rechaussé des pneus tendres au 45ème tour alors que ses adversaires sont en médiums depuis une vingtaine de tours.

Seulement, les tendres se dégradent extrêmement vite sur ce tracé et Pérez est à l'agonie en fin de course et voit revenir Gasly et Sainz.

Au 64ème tour, le Français tente un premier dépassement à l'intérieur sur le Mexicain. Mais Sergio ferme violemment et tardivement la porte et les deux pilotes manquent de s'accrocher et finir leur course dans le bac à graviers.

Au tour suivant, Gasly réalise le dépassement du Grand Prix en doublant le Mexicain par l'extérieur. Mais le Français s'y est pris en deux temps, en feintant son adversaire en lui faisant croire un dépassement à l'intérieur puis en le croisant par l'extérieur. Un dépassement à montrer dans les écoles de pilotage !



L'avis des commissaires


Mais revenons en à Pérez. Le Mexicain méritait-il une pénalité ? Pas pour les commissaires qui lui ont mis une réprimande en expliquant leur décision.

« Les commissaires ont entendu le pilote de la voiture 11 (Sergio Perez), le pilote de la voiture 10 (Pierre Gasly), les représentants des équipes et ont revu plusieurs angles de vidéo témoin.

Les commissaires ont déterminé qu'au 64e tour de la course à la fin de la ligne droite principale, Perez s'est déplacé en défense au même moment que Gasly qui dépassait par la droite après avoir aspiré Perez dans la ligne droite. Le déplacement de Gasly a été effectué avant la zone de freinage et était tout à fait raisonnable.

Alors que Gasly se déplaçait vers la droite avec une vitesse nettement plus élevée, Perez s'est déplacé vers la droite puis a continué à se déplacer devant Gasly sur une partie importante de la piste mais n'a pas laissé une largeur de voiture à l'intérieur. »




Pérez à Portimão / Grosjean à Silverstone : même combat ? Pas pour les commissaires ni pour les pilotes


Les commissaires ont tenu à rappeler que les pilotes eux-mêmes ce sont réunis pour parler de la dangerosité de ces manœuvres, notamment après celles de Romain Grosjean au Grand Prix de Grande-Bretagne cette année. Ils ont cependant jugé que Pérez avait bougé simultanément et non pas en réaction face à Gasly.

« Les commissaires ont noté que plus tôt cette année, les pilotes avaient discuté de ces 'mouvements tardifs' et ont convenu qu’ils sont potentiellement très dangereux. Les stewards ont considéré que ce mouvement était sur la partie la plus rapide de la piste, mais ont également noté que Perez n'a pas bougé en réaction, mais s'est plutôt déplacé en premier ou simultanément. Nous rappelons qu'il est autorisé d'effectuer un seul mouvement défensif, mais un tel mouvement ne peut constituer un danger
face à un autre pilote. »


Par ailleurs, il est intéressant de noter que d'après les commissaires, les pilotes dans leur discours ont jugé cette manœuvre «  à la limite » mais pas dangereuse. Les commissaires ont donc opté pour une réprimande.

« Lors de l'audience, les deux pilotes ont convenu que cette manœuvre était fondamentalement légale et était considéré comme être à la limite. Les stewards croient cependant que la manœuvre était trop proche de cette limite et que Perez n'avait pas suffisamment pris en compte le différentiel de vitesse.

Lors de la sélection d'une pénalité, les commissaires ont pris en compte les
vues des pilotes impliqués et infligé une réprimande (conduite).
Il est rappelé aux concurrents qu'ils ont le droit de faire appel de cette décision. »


Une réprimande qui passe mal chez Racing Point, une incidence pour la suite ?


L'annonce a toutefois du mal à passer dans le camp Racing Point car Pérez a écopé de 2 réprimandes ce week-end et n'est plus qu'à une réprimande d'une pénalité de 10 places sur la grille, ce qui a le don d'énerver son patron.

« On a vu l'autre incident, réprimande. Maintenant, il faut qu'il pilote comme un saint pour le reste de la saison. Il ne va pas pouvoir se battre durement, car il y a le risque d'une réprimande, puis on a une pénalité de dix places sur la grille. Je trouve ça assez sévère. On peut se dire que cette réprimande n'est pas sévère, mais elle l'est. » a déclaré Otmar Szafnauer.

Pour plus de détails sur le Grand Prix en lui même, nous avons entre autres décortiqué la course du Mexicain, élu "Pilote du Jour" par la communauté F1, dans notre traditionnel top / flop et notre avis est assez divergent à celui du public !

L'extrait complet du dépassement vu des caméras extérieures :




Grand Prix du Portugal

Plus d'actualités
    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    arrow-up icon