Bilan mi-saison : Ferrari, un duo bien trouvé

Que retenir de la première partie de saison de l'écurie Ferrari ? Entre l'arrivée de Carlos Sainz et les améliorations du moteur et du châssis, Ferrari cherche à redorer son blason. Après onze courses, c'est plus au moins réussi pour l'équipe.
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Leclerc qui tente de résister au retour de Hamilton à Silverstone
© Ferrari / Leclerc qui tente de résister au retour de Hamilton à Silverstone
La Scuderia Ferrari pouvait-elle faire pire que l'année dernière ? En 2020, l'écurie italienne a réalisé l'une de ses pires saisons en F1 de son histoire, orpheline de victoire avec seulement trois podiums et une sixième place au classement des constructeurs. Rien n'a fonctionné pour la SF1000 avec une perte de puissance conséquente de son moteur et un châssis défaillant, empêchant alors de rivaliser avec les meilleures voitures du plateau. L'objectif de 2021 pour l'équipe était donc de repartir sur des bases solides et surtout de redorer son image.

Après une saison catastrophique, Ferrari a décidé d'opérer quelques changements. À commencer par l'arrivée de Carlos Sainz. Tout droit venu de chez McLaren, l'Espagnol réalise son rêve de rouler dans une Ferrari. À ses côtés, Charles Leclerc effectue sa troisième saison en rouge.

Avant le début de la saison, Mattia Binotto, le patron de l'écurie, affichait des ambitions plutôt élevées pour 2021 : « Troisième doit être notre objectif minimal. Dire que nous pourrons nous battre pour le championnat serait irréaliste ». Bien que l'écurie au cheval cabré ait réalisé des améliorations sur la voiture, l'écart avec Mercedes et Red Bull reste encore énorme. On parle d'un regain de puissance de 50ch sur le moteur et quelques modifications sur le châssis. Pour jouer régulièrement les premières places, il faudra attendre 2022 et les nouvelles réglementations.

Un duo efficace



L'ère Sebastian Vettel étant terminée, Ferrari devait réagir rapidement pour trouver son remplaçant. Et elle n'a pas attendu longtemps. Au cours de la saison 2020, l'équipe a annoncé la venue de Sainz, auteur d'une très bonne dernière saison avec McLaren. Entre la volonté de confirmer pour Leclerc et l'envie de prouver pour l'Espagnol, le duo se montrait prometteur. Et il y a de quoi. À la mi-saison, l'écurie italienne fait déjà mieux que l'an passé. Elle se positionne troisième avec 163 points et bat déjà son triste résultat de 2020 (131 points).

Ferrari peut compter sur son duo efficace

Le duo est efficace et se complète totalement. Quand un des deux pilotes est en difficulté, le deuxième arrive à se surpasser dans une voiture encore à la peine face à ses concurrents. Sainz a 83 points au classement des pilotes, tandis que le Monégasque a 80 points. Un écart proche prouvant alors la complémentarité des pilotes. Des résultats plus que convaincants pour Ferrari qui attend beaucoup de sa paire. À titre de comparaison, McLaren est à égalité avec Ferrari grâce aux performances de Lando Norris. 113 points à lui tout seul, alors que Ricciardo est à la traîne (50 points). Si l'Australien répétait les mêmes résultats que son coéquipier, McLaren sera au-dessus. Binotto est très fier de ses pilotes et pense même avoir « la meilleure paire de tout le paddock ». En termes de résultats réguliers, on ne peut pas trop lui donner tort.

Charles Leclerc, l'heure de la confirmation



On ne présente plus Charles Leclerc, promis à un avenir radieux avec un titre de champion du monde. Il devra attendre 2022 pour se battre pour le titre. Après avoir vécu un enfer en 2020, Leclerc avait à cœur de rebondir cette année. Avec les quelques améliorations de sa monoplace, le Monégasque compte bien montrer tout son talent et tenter d'empocher quelques podiums. Leclerc doit se montrer régulier et éviter les fautes bêtes. Cette saison, le pilote prend beaucoup de plaisir avec son coéquipier. Et les résultats sont là pour le prouver. Régulièrement en Q3, Leclerc continue de réaliser des prouesses avec sa voiture. Par deux fois, il a obtenu la pole position. Dans une saison encore particulière, Charles doit aussi rivaliser avec la malchance.

Leclerc attend patiemment 2022

À Monaco, il a empoché la pole position pour la première fois depuis 2019. Mais lors de son deuxième tour de qualification, le pilote percute le rail de sécurité, endommageant la boîte de vitesse. Alors que les mécanos ont tout tenté pour remettre la voiture en course pour le Grand Prix, Leclerc a rencontré le même problème lors du tour de formation. Devant son public, il n'a pas pu participer à la course. Pire, en Hongrie, Lance Stroll le percute violemment lui coûtant un moteur. Parfois, il ne peut qu'en vouloir à sa voiture. À Silverstone, le pilote a atteint la deuxième marche du podium. L'écart de puissance et de vitesse avec Mercedes est trop grand. Alors qu'il avait la tête depuis le second tour, Lewis Hamilton le rattrape à la fin de la course, détruisant tout espoir d'une première victoire depuis Monza 2019. Il ne serait pas surprenant de voir Leclerc encore sur le podium cette saison. Il arrive à profiter des erreurs des autres pilotes. Avec un peu plus de chance, il pourrait terminer dans le top 5 des pilotes de la saison.

Carlos Sainz, dans la progression



Avec la saison délicate de Ferrari l'année dernière, certains pensaient que Carlos Sainz avait fait une erreur en rejoignant l'écurie italienne. Pourtant, l'Espagnol persistait à croire le contraire malgré ses performances intéressantes avec McLaren. Cette saison, le pilote prouve bien qu'il avait raison et il donne le meilleur de lui-même. En constante progression, Sainz a même pris le dessus face à son coéquipier avec ses trois points en plus. En Hongrie, Sainz, parti 15ème, a profité des accidents en début de course pour terminer à la troisième position. Ce n'est pas la seule prouesse de l'année. Il a fini deuxième à Monaco. Durant ces deux courses, son coéquipier a été contraint d'abandonner.

Sainz confirme les attentes placées en lui

Avec deux podiums déjà acquis, il confirme les attentes placées en lui. Sainz ne semble pas intimidé par les ambitions de Ferrari. Si les véritables changements se feront en 2022, l'Espagnol peut espérer jouer les trouble-fêtes dans le haut de tableau et pourquoi pas rêver d'une victoire dans un Grand Prix. On ne doute pas de sa motivation dans le projet de reconstruction de l'équipe.

Le match des coéquipiers



Neuf Q3 et quatrième dans la course sprint en Grande-Bretagne, Leclerc domine les débats face à son coéquipier (10-1). Sainz, quant à lui, éprouve quelques difficultés durant les qualifications, mais il n'est pas loin derrière. Son point fort reste les courses, même si le Monégasque est toujours un poil au-dessus (6-5). À lui de continuer à progresser dans les qualifications pour concurrencer Leclerc. Les deux abandons de ce dernier ont coûté des points importants.

Ferrari va mieux. La monoplace de cette saison permet de jouer le haut de tableau. On sent une équipe plus à l'aise et surtout motivée à se surpasser malgré les difficultés. Si jouer le titre est encore inenvisageable, l'écurie italienne peut compter sur son duo efficace. Les deux pilotes s'entendent très bien et amènent de bons résultats. Comme annoncé avant le début de la saison, Ferrari préfère attendre 2022 pour concurrencer de nouveau Mercedes et Red Bull. Avant, il reste encore de nombreux courses à réaliser et une troisième place à garder.
Partager
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Dernières actualités F1

    Toutes les actualités F1
    Top