Lewis Hamilton estime que Mercedes doit encore gravir une « immense montagne »

Alors que Mercedes retrouve enfin un rythme plus proche de ses rivales Red Bull et Ferrari, l'écurie huit fois championne du monde a encore un long chemin à parcourir avant de revenir à sa meilleure forme, selon Lewis Hamilton.
Logo Mi mini
Rédigé pPar
Lewis Hamilton lors du Grand Prix du Mexique, où il a terminé en deuxième position.
© Mercedes / Lewis Hamilton lors du Grand Prix du Mexique, où il a terminé en deuxième position.
Il aura fallu pas moins de neuf mois à Mercedes pour comprendre sa terrible erreur pour cette saison 2022 : selon le directeur technique Mike Elliott, les problèmes de la W13 se résument à un moment bien spécifique de l'an dernier, en octobre 2021 précisément. « Ce que vous voyez en termes de performance et la façon dont la monoplace oscille d'une course à l'autre est la conséquence de cela, et c'est une erreur que nous connaissons depuis un certain temps, et quelque chose que nous avons corrigé, et c'est pourquoi nos performances se sont progressivement améliorées. Mais ce n'est pas quelque chose que nous pouvons corriger complètement avant un petit moment, et nous le ferons pendant l'hiver. »

Si l'aérodynamicien est resté assez mystérieux quant à l'origine du problème, Toto Wolff en a dévoilé un peu plus, suggérant que l'erreur provient du plancher de la monoplace : « Je pense que nous comprenons mieux maintenant ce que nous avons fait de mal avec la voiture », a déclaré le dirigeant de l'écurie. « Nous pouvons presque remonter à une seule décision en octobre dernier, nous pensions que nous pouvions faire rouler la voiture sur le plancher, mais vous ne pouvez pas, donc c'est un petit niveau de la taille de pas de hamster. Tant que la trajectoire est ascendante, même avec de petits contrecoups, je pense que nous sommes sur une bonne voie. »

Une bonne voie qui a mis bien du temps à se dessiner, alors que la Formule 1 se dirige ce week-end vers l'avant-dernière manche du championnat... Mais Mercedes a profité des dernières courses pour expérimenter sur la W13, avec la saison 2023 en ligne de mire. À Austin, l'écurie a ainsi essayé un nouveau design de plancher, une pièce extrêmement importante de la monoplace qui a encore subi de nouvelles améliorations au Mexique. Mercedes a également expérimenté sur d'autres éléments de l'aérodynamisme de la W13, plus particulièrement celle de George Russell, en modifiant la configuration des ailerons avant et arrière. Autant de changements qui se sont avérés payants, et qui auraient même pu mener à une victoire de Lewis Hamilton, sans une terrible erreur de la stratégie pneumatique (une fois de plus...)

Une énorme montagne à gravir



Pourtant, le septuple champion du monde (qui court encore après sa première victoire cette saison) préfère se prémunir contre un excès d'optimisme. « La montagne que nous devons gravir est énorme », a ainsi déclaré Lewis Hamilton à Formula1.com. « Pour nous, il est important d'imaginer qu'il s'agit de la montagne la plus grande, la plus abrupte et la plus difficile à gravir, car si vous pensez qu'il s'agit d'une colline normale, vous ne serez pas à la hauteur. Vous devez penser que c'est l'ascension la plus difficile que vous puissiez imaginer, ce qui signifie que vous devez creuser profondément. »

Le Britannique admet toutefois que d'importants progrès ont été réalisés au fur et à mesure de la saison. « Il y a beaucoup de travail que nous avons déjà fait jusqu'à ce point pour comprendre où nous sommes, où nous nous sommes trompés dans les décisions précédentes qui ont été prises l'année dernière », a-t-il commenté, confirmant les propos de Toto Wolff et Mike Elliott.

« Pour ce qui est de prendre les bonnes mesures pour l'année prochaine, il n'est pas facile de s'y retrouver car il y a beaucoup d'options différentes, mais la communication est le point sur lequel j'essaie de travailler avec tout le monde, en m'assurant qu'il n'y a pas de détails à régler, qu'il n'y a pas de malentendu sur ce que je ressens dans la voiture et ce que je veux dans la voiture, et en m'assurant que nous créons continuellement un dialogue », a-t-il aussi expliqué.

« Aujourd'hui, je me suis assis avec Shov [Andrew Shovlin, chef de piste], Ron [Meadows, directeur sportif] et Mike [Elliott, directeur technique cité ci-dessus] et j'ai simplement posé des questions : "C'est ce qui me préoccupe, c'est ce qui me tient éveillé la nuit, que pouvons-nous faire à ce sujet ? Comment puis-je vous aider à faire mieux, à faire plus ?" Il n'y a pas grand-chose que l'on puisse faire, car nous devons avoir confiance dans le processus, mais il s'agit de faire savoir aux gens que vous êtes là - ce n'est pas à eux de se débrouiller seuls, nous allons le faire ensemble. »

Il faut dire que l'on n'est jamais de trop pour améliorer une situation qui semblait presque impensable en 2021. Mercedes est encore très loin, trop loin de son niveau de ces précédentes années, où sa suprématie n'a été bousculée que l'an dernier par Red Bull, et en vain. Les victoires qui s'enchaînent sans discontinuer et les huit titres au classement constructeurs semblent d'un autre temps, mais en Formule 1 comme dans d'autres sports, rien n'est éternel, et le succès ne fait pas exception. Ce ne sont pas Williams, McLaren et Ferrari qui diront le contraire...
Votre avis

Connectez-vous pour écrire un commentaire

Pilotes concernés

Haut