Damon Hill a le regret de voir la F1 aller dans le même sens que la Formula E

F1. Djeddah, Miami, Las Vegas et bientôt Miami, le nombre de circuits urbains en F1 augmente depuis l'arrivée de Liberty Media en 2017. Cependant, l'intégralité du monde de la F1 ne voit pas cela d'un bon œil. Damon Hill y voit, de son côté, une politique identique à la Formula E.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Le champion du monde 1996 craint que la catégorie reine du sport automobile ne suive de trop près la voix de la Formula E et redoute une baisse de puissance des F1 dans le futur.
© Williams / Le champion du monde 1996 craint que la catégorie reine du sport automobile ne suive de trop près la voix de la Formula E et redoute une baisse de puissance des F1 dans le futur.

Depuis l'arrivée de Liberty Media en 2017, de nouveaux tracés ont rejoint la catégorie reine du sport automobile. Si Zandvoort et Losail possède tous deux des circuits permanents, la majorité des nouveaux arrivants en F1 sont des tracés urbains à l'image de Djeddah, Miami, Las Vegas, et le futur Grand Prix de Madrid à partir de 2026.

Motors Inside sans pub ?

Certains circuits historiques comme le Castellet n'ont fait qu'un court passage sous le mandat de Liberty Media, de 2018 à 2022. Tandis que d'autres tels que Silverstone, Monza seront bientôt en fin de contrat et il n'est pas impossible qu'ils disparaissent.

« A Las Vegas nous avons eu un Max Verstappen très ennuyé »

Cependant cette multiplication des tracés urbains a reçu de nombreuses critiques. Max Verstappen a déclaré plusieurs fois que ces circuits ne lui plaisaient pas. Dans le podcast Sky F1, le champion du monde 1996, Damon Hill, trouve que la discipline opte pour des tracés de même type que ceux de la Formaula E.

« Ce genre d'évolution vers un circuit plus étroit et sinueux, cela va dans le sens de la Formule E, qui a choisi d'avoir ses courses dans les centres-villes et aussi sur des circuits très restreints. J'espère que ce n'est pas une indication d'une concession faite au fait que ces voitures seront moins performantes qu'aujourd'hui », explique Damon Hill.

« Avec la course à Las Vegas, nous avons eu un Max Verstappen très ennuyé qui a parlé de la nature des circuits et du type de circuits sur lesquels il aimerait courir. Le fait est que la F1 doit s'adapter aux nouvelles exigences qui lui sont imposées du point de vue automobile ainsi qu'aux gouvernements qui imposent des questions environnementales. Elle est donc mise au défi dans cette direction », détaille le champion du monde 1996.

« Mais j'espère que ce sera un circuit passionnant, le plus important est que la course soit excitante et que les voitures puissent y courir », s'impatiente l'ancien pilote Williams.

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Pilotes concernés

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut