Aston Martin ne construira pas son propre moteur en 2026

La firme britannique étudiait la possibilité de produire ses propres groupes motopropulseurs à partir de 2026. La nouvelle réglementation qui arrivera lors de cette saison apportera d'importants changements sur les moteurs des monoplaces.
Logo Mi mini
Rédigé pPar
Aston Martin ne poursuivra pas son projet de construction d'un moteur pour 2026.
© Aston Martin F1 / Aston Martin ne poursuivra pas son projet de construction d'un moteur pour 2026.
Depuis son retour en Formule 1 en 2021, Aston Martin utilise des groupes motopropulseurs fournis par Mercedes. La fiabilité des blocs-moteurs allemands est impressionnante et ils se montrent également très performants. Cependant, un groupe motopropulseur 100% Aston Martin était à l'étude, avant la confirmation de la nouvelle réglementation moteur qui arrivera en 2026.

Un sixième constructeur ?


Aston Martin est en pleine croissance depuis son retour en Formule 1, l'équipe anglaise investit massivement en recrutant des pilotes de renom etc. Le directeur technique de l'écurie anglaise, Andrew Green, avait donc évoqué l'éventuelle construction d'un moteur Aston Martin pour 2026. Si cela s'était concrétisé, Aston Martin serait devenu le 6ème constructeur de moteurs en Formule 1 et se serait aligner face à Renault, Red Bulll Powertrains, Ferrari, Mercedes et Audi.

« Pour l'avenir, au vu de nos ambitions, nous étudions clairement la possibilité de produire notre propre unité de puissance", avait déclaré Green plus tôt dans l'année. "2026 devrait voir apparaitre ce nouveau règlement et nous aimerions être impliqués. » Déclarait Andy Green.

Une piste écartée



À la suite de l'annonce de la nouvelle réglementation qui arrivera en 2026. Aston Martin s'est finalement décidé à conserver les groupes motopropulseurs de leur partenaire actuel qui remplissent leurs exigences. Il n'y aura pas de suite au projet de construction d'un groupe motopropulseur pour la prochaine réglementation.

« Par conséquent, nous avons décidé que nous étions très, très satisfaits de notre offre actuelle concernant les unités de puissance en compagnie de notre partenaire. Nous ne donnerons donc pas suite à l'idée de développer notre propre moteur. » Déclarait Mike Krack, le patron de l'écurie britannique.


Votre avis

Connectez-vous pour écrire un commentaire

Haut